Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Les indicateurs sont au rouge pour François Hollande

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Le livre de Trierweiler, coup de grâce politique pour le président Hollande ?

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

L'UMP en crise, l'heure de vérité pour Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Nicolas Sarkozy sur l'Europe, une tribune pour la reconquête ?

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Remaniement : un second souffle pour l'exécutif ?

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Manuel Valls, chef d'un gouvernement "de combat" ?

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Municipales : un remaniement en perspective ?

En savoir plus

  • En direct : Hollande promet un "soutien aérien" à l'Irak contre les jihadistes

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

EUROPE

Reportage : Les ultranationalistes ukrainiens refusent de désarmer

© AFP

Vidéo par Gulliver CRAGG

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/04/2014

Alors que le Parlement ukrainien a voté lundi une loi pour le désarmement des groupes paramilitaires, la milice d’extrême droite Pravy Sektor, qui fut en première ligne dans la contestation anti-Ianoukovitch, refuse de déposer les armes.

Ils refusent de désarmer. Malgré la chute du chef de l'État Viktor Ianoukovitch et la mise en place d’un pouvoir de transition, le groupe paramilitaire nationaliste Pravy Sektor (Secteur Droit), en première ligne dans la contestation pro-européenne, s'oppose à leur désarmement voulu par les autorités.

Dans les rues de Kiev, ils sont toujours là, armes à la main, montant la garde sur les barricades de la place Maïdan. "Nous ne faisons pas confiance à ce gouvernement", assène à ce titre un des militants nationalistes interrogé par France 24. Il faut dire que les rapports sont plutôt délétères entre Pravy Sektor et les autorités publiques. Lundi 31 mars, un membre de ce groupe radical avait ouvert le feu dans le centre de Kiev, blessant trois personnes, dont le maire-adjoint de la capitale. Selon le ministre de l’Intérieur Arsen Avakov, le jeune homme était ivre. Le 25 mars dernier, l’un des responsables de la milice, Olexandre Mouzitchko, avait été tué lors d’une fusillade avec des policiers venus l’arrêter.

Pour tenter de mettre un terme à cette spirale de violence, le Parlement ukrainien a donc voté, mardi 1er avril, une loi obligeant tous les groupes paramilitaires à déposer leurs armes. "Le peuple ukrainien exige de l'ordre. Tous ceux qui portent des armes, en dehors de la police, de l'armée, du Service de sécurité et la Garde nationale, sont des saboteurs qui œuvrent contre l'Ukraine", a déclaré le président par intérim Olexandre Tourtchinov avant le vote.

Si certains membres de Pravy Sektor se sont exécutés en quittant leur place fort à Maïdan, d’autres refusent catégoriquement cette option. Pourtant, estime Sergueï Sobolev, un député ukrainien, le temps presse. Car Pravy Sektor fait des émules. "Des gangs violents ont commencé à utilisé leur nom… Il faut être clair : si c'est un parti politique, il doit se concentrer sur des activités politiques. Si ce sont des combattants qui veulent servir leur pays, ils doivent le faire au sein de l'armée régulière", a expliqué Sergueï Sobolev à France 24.

Le désarmement de Pravy Sektor constitue une exigence répétée de l'Union européenne et de la Russie, qui n'a de cesse de dénoncer la présence d'extrémistes parmi les contestataires. Moscou pointe régulièrement du doigt cette milice nationaliste pour discréditer les nouvelles autorités ukrainiennes pro-européennes.

Première publication : 02/04/2014

COMMENTAIRE(S)