Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Faut-il s'inquiéter de la chute du prix du baril ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

En Israël, les ventes d'armes à feu en forte hausse

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : que reste-t-il de la révolution du Maïdan?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"The Search", Bérénice Bejo sur le champ de bataille

En savoir plus

FOCUS

Violences conjugales : la France s'attaque à la source du fléau

En savoir plus

SUR LE NET

Ferguson : le web réagit à l'annonce du grand jury

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : le ministre de la Culture contraint à la démission

En savoir plus

DÉBAT

L’affaire Ferguson, triste miroir de la société américaine?

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : l'impossible accord ?

En savoir plus

Amériques

Texas : au moins quatre morts dans une nouvelle tuerie sur la base de Fort Hood

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/04/2014

Un militaire américain souffrant de "problèmes psychologiques" a abattu trois soldats et blessé une dizaine de personnes avant de retourner son arme contre lui sur la base de Fort Hood, au Texas, qui avait déjà été le théâtre d’une fusillade en 2009.

La plus grande base militaire des États-Unis a été le théâtre d’une nouvelle fusillade meurtrière, mercredi 2 avril, lorsque qu’un soldat suivi pour des troubles mentaux a ouvert le feu sur le personnel de Fort Hood avant de se tirer une balle dans la tête. Le bilan est lourd : trois militaires ont été tués sur le coup et 16 autres blessés, dont quatre dans un état critique.

Le tireur avait été déployé quatre mois en Irak en 2011 et souffrait "de problèmes psychologiques", notamment de dépression, pour lesquels il était traité, a déclaré le général Mark Milley, commandant de la base, lors d'une conférence de presse.

"À ce stade, il n'y a pas d'indication que (la fusillade) soit liée au terrorisme", a ajouté le général.

La fusillade s'est déroulée vers 16h00 locales (23h00 GMT), dans deux zones distinctes, celles assignées à une brigade médicale et à un bataillon de transport de l'immense base militaire. Elle a duré "entre 10 et 15 minutes", a précisé le général Milley.

L'homme est entré dans un bâtiment, a ouvert le feu avant de monter dans un véhicule puis a tiré à nouveau avec un pistolet semi-automatique Smith & Wesson de calibre 45, acheté récemment dans un magasin des environs. Il est ensuite ressorti du véhicule, a pénétré dans un autre bâtiment et a tiré à nouveau, a détaillé le général.

Obama "dévasté" par cette nouvelle tuerie

Les forces de l'ordre sont intervenues "très rapidement" et une policière militaire a mis en joue le suspect, qui a alors retourné l'arme contre lui. "Elle a fait exactement ce qu'on attend de la police militaire", a affirmé le commandant de la base.

Le soldat, dont l'arme avait été introduite illégalement sur la base, est "marié et a une famille", mais n'a pas été identifié. Il avait été transféré à Fort Hood en février.

Cette fusillade est la troisième en six mois sur une base militaire américaine. L'immense complexe militaire de Fort Hood avait déjà été endeuillé par une tuerie en 2009.

"Évidemment (cet événement) rouvre les plaies de ce qui s'est passé à Fort Hood il y a cinq ans", a déclaré le président Barack Obama depuis Chicago. "Nous sommes dévastés qu'une chose comme celle-là ait pu encore se produire", a-t-il dit.

Le 5 novembre 2009, le major Nidal Hasan avait ouvert le feu dans un cabinet médical de la base, faisait 13 morts, dont 12 militaires, et plus de 30 blessés. Le tireur avait été maîtrisé, touché par les balles d'un policier. M. Hasan, aujourd'hui partiellement paralysé, a été condamné à mort par un jury militaire en août dernier.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 03/04/2014

  • ÉTATS-UNIS

    Fusillade dans un lycée du Colorado un an après le drame de Newtown

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le tireur de la fusillade de Fort Hood écope de la peine capitale

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Débat sur les armes à feu : Barack Obama laisse la parole à la mère d'une victime de Newtown

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)