Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • UE : Le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

Amériques

Législatives québécoises : la campagne vire à l'aigre

© AFP | La chef du PQ Pauline Marois lors de la victoire de son parti en 2012.

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 08/04/2014

La campagne en vue des législatives du 7 avril tourne à une série de passes d'armes entre Philippe Couillard, du Parti libéral du Québec, et Pauline Marois, du Parti québécois. Cette dernière pâtit notamment de ses prises de position sur la laïcité.

En décidant, le 5 mars dernier, de dissoudre le Parlement et de provoquer des élections législatives anticipées, la chef du gouvernement et du Parti québécois (PQ) Pauline Marois cherchait à offrir une majorité absolue à sa formation. À quelques jours de ce scrutin, prévu lundi 7 avril, cet objectif s’annonce plus compliqué que prévu. Il pourrait même se transformer en échec cuisant.

Selon un dernier sondage publié le 2 avril par la chaîne canadienne CTV, le PQ se trouve en effet devancé par le Parti libéral du Québec (PLQ) de Philippe Couillard. Ce dernier récolterait 37 % des intentions de vote contre seulement 28 % pour le parti au pouvoir. "Si la tendance se maintient, le PLQ sera majoritaire avec 70 sièges ou plus, contre 28 ou 29 pour le PQ. Mais les prédictions des sondages sont souvent inexactes au Québec, à cause, en partie, d'un taux habituellement élevé d’électeurs indécis en fin de campagne et par définition volatiles", précise à FRANCE 24 François Pétry, professeur au département de science politique de l’Université Laval à Québec.

Deux autres formations, la Coalition Avenir Québec (CAQ), de François Legault, et Québec solidaire, de Françoise David, se retrouveraient, selon la même étude, en position d'arbitre avec, respectivement, 19 % et 13 % des intentions de vote.

Polémique autour de la charte des valeurs

Au début de sa campagne, le Parti Québécois avait notamment choisi d'axer notamment sa campagne sur la charte des valeurs. Présenté en septembre dernier, ce texte vise à promouvoir la laïcité et préconise notamment "d’encadrer le port des signes religieux ostentatoires pour le personnel de l'État". L'initiative s’est finalement retournée contre le gouvernement. L’opposition n’a cessé, au cours de ces derniers mois, de critiquer ces mesures jugées intolérantes. Une candidate péquiste (du PQ), Louise Mailloux, a même été taxée de "xénophobe" pour avoir décrit "la circoncision des juifs et des catholiques comme un viol". Pauline Marois n'a pas été épargnée par la vague d'indignation contre cette charte accusée, entre autres, d’instaurer une discrimination à l’embauche. La Première ministre a accentué l'ire d'une partie de la population en reconnaissant, par ailleurs, que des personnes rémunérées par l'État qui refuseraient de se conformer aux préceptes de laïcités édictés par le texte pourraient être, "en tout dernier recours", congédiées.

Le Parti québécois a également été ébranlé par l’arrivée dans ses rangs du magnat de la Presse Pierre Karl Péladeau. La candidature de ce milliardaire, qui a annoncé qu’il comptait faire du "Québec un pays", a certes suscité l’espoir des indépendantistes mais a aussi provoqué la crainte des plus modérés. Comme le note le quotidien "Le Devoir" : "L’onde de choc créée par la profession de foi souverainiste de Pierre Karl Péladeau profite non pas au Parti québécois (PQ), mais plutôt au Parti libéral du Québec (PLQ), qui fait le plein d’appuis chez les électeurs fédéralistes francophones".

Pour François Pétry, ces réserves vis-à-vis des prises de position de l’homme d’affaires québécois s’expliquent par le fait qu’une majorité des Québécois ne veut plus de référendum sur l’indépendance : "La plupart des jeunes Québécois francophones (et je ne parle pas des jeunes allophones et des anglophones) se sentent peu concernés par le projet souverainiste de leurs parents (ou même de leur grands parents). C’est un projet générationnel qui a peut-être fait son temps, au moins sous sa forme actuelle".

Une tendance que confirme "Le Devoir" : "Le 'non' l’aurait d’ailleurs emporté par une majorité sans équivoque de 59 % si une consultation sur l’indépendance du Québec avait eu lieu cette semaine".

"Créer une grosse chicane"

Profitant du malaise autour de cette question, les Libéraux se sont engouffrés dans la brèche. Durant toute sa campagne, Philippe Couillard a brandi le spectre du référendum et la radicalisation de ses adversaires : "Le but n'était pas de légiférer sur la soi-disant identité. Le but était de créer une grosse chicane, une grosse division et tabler là-dessus de façon vraiment machiavélique pour aller vers un référendum", a-t-il ainsi expliqué selon "La Presse Canadienne", n’hésitant pas à qualifier le gouvernement de "dangereux, toxique et incompétent".

En réponse, Pauline Marois a tenté de rassurer les électeurs en promettant qu’il n’y aurait pas de référendum en cas de reconduite au pouvoir de son parti. "Pour l’instant, nous allons en élections sur le programme du gouvernement qui concerne l’emploi, l’économie, la culture et la santé. […] Ce n’est pas une élection sur la souveraineté", a-t-elle martelé dans les colonnes de "Métro Montréal", avant de poursuivre : "Pour ce qui est de l’avenir du Québec, nous avons l’intention de déposer un livre blanc qui permettra d’avoir un débat et de consulter les Québécois. On ne bousculera pas les Québécois dans ce débat".

Les préoccupations premières des Québécois sont finalement passées au second plan au cours de cette campagne surtout marquées par des attaques très virulentes entre les deux principaux partis et leurs chefs respectifs. Philippe Couillard a ainsi été pointé du doigt pour avoir, selon ses détracteurs, rechigné à dénoncer les exactions du pouvoir politique en Arabie saoudite avec lequel il a collaboré (il a été conseiller du ministre de la Santé). L'homme est également accusé de posséder un compte sur le paradis fiscal de l’île de Jersey. De l'autre côté, Claude Blanchet, le mari de Pauline Marois, a été pris pour cible après des allégations de financement illégal du Parti québécois.

"Nos campagnes électorales se déroulent maintenant sur fond d’accusations fallacieuses et de raccourcis intellectuels", dénonce Pierre Simard, professeur à l’Ecole nationale d’administration publique dans une tribune du "Journal de Québec" intitulée "Une campagne qui pue". Et de poursuivre : "Désormais, le mensonge et la suspicion triomphent de la réalité des faits. Il suffit à un politicien de répéter sans cesse le même mensonge pour que celui-ci devienne la vérité".

Comme le souligne également auprès de l’AFP Claire Durand, sociologue et spécialiste des sondages à l’Université de Montréal, ces querelles ont pris le devant de la scène au détriment des questions sur la santé, l’éducation ou l’économie. Selon elle, les électeurs ont finalement d'autres préoccupations : "En Gaspésie [au centre-est du Québec, NDLR], c’est le prix du poisson qui fait l’élection".

 

Le débat entre les principaux chefs de parti au Québec : François Legault (CAQ), Philippe Couillard (PLQ), Pauline Marois (PQ) et Françoise David (Québec Solidaire)

 

Première publication : 03/04/2014

  • CANADA

    Le Québec s'émeut de la venue de prédicateurs musulmans radicaux

    En savoir plus

  • QUÉBEC

    Interdire les symboles religieux, la charte qui ne passe pas au Québec

    En savoir plus

  • CANADA

    Le Québec veut bannir les signes religieux dans les institutions publiques

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)