Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Fin de règne au Burkina Faso

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Coup d'état au Burkina Faso

En savoir plus

DÉBAT

Violences au Burkina Faso : vers un nouveau coup d'état ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise au Burkina Faso : l’état de siège déclaré (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Tibéhirine : "Nous voudrions expertiser" les prélèvements, dit Trévidic

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Inès Boujbel, PDG de Deyma

En savoir plus

POLITIQUE

Drame de Sivens : Placé dénonce "l’absence absolue d’empathie" du gouvernement

En savoir plus

POLITIQUE

Bruno Le Roux : il est "indigne" de servir du drame de Sivens

En savoir plus

DÉBAT

Législatives en Tunisie, la désillusion? (partie 2)

En savoir plus

Afrique

Le Tchad annonce son retrait de la force africaine en Centrafrique

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/04/2014

Le Tchad a annoncé jeudi qu'il retirait ses troupes de la Misca, la mission de maintien de la paix de l'Union africaine en Centrafrique. N'Djamena dénonce les accusations dont elle fait l'objet sur son impartialité dans le conflit.

C'est une annonce surprise. Le Tchad a fait savoir, jeudi 3 avril, qu’il renonçait à sa participation à la Misca, la mission de maintien de la paix de l'Union africaine en Centrafrique, dénonçant "une campagne gratuite et malveillante" contre ses troupes, dans un communiqué publié à N'Djamena.

Face à des "accusations répétées" contre le comportement des soldats tchadiens de la Misca, dont ils constituent une des principales composantes, "le Tchad, après avoir informé la présidente de la transition centrafricaine, la présidente de la Commission de l'Union africaine et le secrétaire général des Nations unies, décide" de se retirer de la force africaine, ajoute le communiqué. Les modalités de ce retrait n'ont pas encore été arrêtées.

Le Tchad est régulièrement accusé de prendre parti en faveur des rebelles de la Séléka, composés essentiellement de musulmans. Le retrait des 850 soldats tchadiens présents en Centrafrique représenterait une perte non négligeable pour la Misca, qui compte aujourd'hui 6 000 soldats, épaulés des 2 000 militaires français de la force Sangaris.

Samedi à Bangui, la capitale de la Centrafrique, des soldats tchadiens, qui escortaient un convoi de musulmans centrafricains fuyant vers le Tchad, ont ouvert le feu, faisant au moins 10 morts et des dizaines de blessés, ont rapporté des responsables.

Avec AFP et REUTERS

Première publication : 03/04/2014

  • SUR FRANCE 24

    La Centrafrique face à "un nettoyage ethno-religieux massif"

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Les anti-balakas, "ennemis de la paix" selon le commandant des forces françaises

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Un convoi de 10 000 musulmans quitte Bangui en direction du Tchad

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)