Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Plus de 68 millions de personnes chassées de chez elles à-travers le monde, en 2017"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron recadre un édutiant qui l'appelle "Manu"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Inondations en Côte d'Ivoire, au moins 18 morts à Abidjan

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : l'Europe à l'épreuve

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Jean-Marie Le Pen va mieux"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Le parlement européen est dans une démarche d'agression, tous nos droits ont été violés"

En savoir plus

FOCUS

VIH en Chine : la jeunesse particulièrement exposée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ingrid Chauvin et Jimmy Jean-Louis, stars du petit écran

En savoir plus

L’invité du jour

Chef Simon : "Ce n’est plus notre corps qui décide de ce que l’on va manger, mais notre cerveau"

En savoir plus

Afrique

Virus Ebola : trois cas suspects enregistrés au Mali

© Archive AFP

Vidéo par FRANCE 3

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/04/2014

Le gouvernement malien a annoncé jeudi soir avoir décelé sur son sol trois cas de fièvre hémorragique virale. Les sujets ont été placés en isolement en attendant les résultats de tests au virus Ebola, qui a tué 86 personnes en Guinée voisine.

Le virus Ebola, qui a tué 86 personnes en Guinée depuis janvier, a-t-il atteint le Mali ? Jeudi 4 avril au soir, le gouvernement malien a annoncé que les équipes socio-sanitaires déployées préventivement dans le pays avaient détecté "trois cas suspect" de fièvre hémorragique virale et effectué des prélèvements biologiques.

"Les échantillons prélevés ont été envoyés pour analyse au laboratoire de référence du CDC d'Atlanta, aux États-Unis", a affirmé le gouvernement dans un communiqué reçu par l'AFP. "En attendant les résultats de ces analyses, les sujets ont été placés dans une unité d'isolement où ils reçoivent des soins appropriés. À l'heure actuelle, leur état de santé s'améliore", a-t-il précisé.

Ni vaccin, ni traitement contre Ebola

Le ministre malien de la Santé et de l'Hygiène publique, Ousmane Koné, a exhorté au calme. "Nous attendons les résultats que nous publierons immédiatement" dès qu'ils seront connus, a-t-il assuré. "Le concept de cas suspect ne veut pas forcément dire maladie de fièvre hémorragique au virus d'Ebola", a précisé le gouvernement malien dans son communiqué.

Aucune information n'a été fournie pour l’instant sur l'origine de ces cas suspects. Le virus Ebola, contre lequel il n’existe ni vaccin, ni traitement, se transmet par contact direct avec le sang, les liquides biologiques ou les tissus des sujets infectés, qu'il s'agisse d'hommes ou d'animaux, vivants ou morts.

Le gouvernement malien exhorte les Maliens à "éviter les déplacements non nécessaires vers les zones d'épidémie", et à un respect strict des mesures d'hygiènes et de protection individuelles "indispensables à la prévention de la maladie".

Avec AFP

Première publication : 04/04/2014

  • SANTÉ

    Guinée : ce qu’il faut savoir sur le virus Ebola

    En savoir plus

  • SANTÉ

    L'épidémie d'Ebola s'amplifie en Guinée, ses voisins très inquiets

    En savoir plus

  • ENTRETIEN FRANCE 24

    Ebola : Conakry se veut rassurant, l’OMS tire la sonnette d’alarme

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)