Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

Afrique

"Le risque que le terrorisme international s’implante en Centrafrique est réel"

© Capture d'écran FRANCE 24

Vidéo par Gauthier RYBINSKI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/04/2014

Au cours d'un entretien accordé à FRANCE 24, le ministre centrafricain des Affaires étrangères a mis en garde la communauté internationale contre le risque terroriste, qui pèse sur son pays s’il n’est pas doté de moyens armés suffisants.

Le ministre centrafricain des Affaires étrangères, Toussaint Kongo-Doudou, est intervenu, vendredi 4 avril, sur FRANCE 24 pour commenter la situation, qui agite son pays. Le chef de la diplomatie centrafricaine s’est notamment montré inquiet sur le risque terroriste qui pèse sur sa nation.

"La partie à l'est de la Centrafrique a toujours été un peu délaissée, il faut bien le reconnaître, a-t-il concédé. Nous comprenons donc le désespoir de nos frères de l’Est, à qui nous tendons la main dans le cadre du processus de réconciliation."

Et d’ajouter : "Mais si cette zone est abandonnée et si l’image effroyable, qui est actuellement diffusée dans les médias occidentaux et arabes, montrent une Centrafrique en train de s’attaquer aux musulmans, alors le risque que le terrorisme international ne s’implante dans cette zone est réel."

Risque d’une cristallisation terroriste de la Centrafrique

Il est d’autant plus réel, selon le ministre, que des ex-rebelles soudanais se sont déjà implantés dans la région. Tout porte donc à croire que d’autres groupes comme Boko Haram ou Al-Qaïda pourraient investir à leur tour ces terres fertiles au terrorisme religieux dans les semaines ou mois à venir. "Le terrorisme est un cancer, a-t-il en outre martelé. Quand il s’installe, des métastases peuvent se former un peu partout. Le risque est grand pour la Centrafrique mais il l’est également pour nos pays voisins. Il faut faire vite."

Toussaint Kongo-Doudou s’est tout de même voulu confiant. Avec le soutien de la France, de pays africains et européens , l’homme politique est persuadé que "toute la communauté internationale est désormais mobilisée autour de la Centrafrique". Il compte notamment sur la résolution qui sera votée, "probablement la semaine prochaine à l’ONU pour l’envoi d’une opération de maintien de la paix des Nations unies".

Le ministre a par ailleurs exprimé ses regrets concernant le retrait des troupes tchadiennes. "Nous regrettons la décision tchadienne qui a été de retirer ses troupes de la Misca et de la République centrafricaine. D’autant plus que nous avons eu de très bonnes relations avec le Tchad. C’est un pays frère qui partage avec nous une très longue frontière et nous vivons sous le prisme d’une communauté de destin. Nous respectons cette décision, qui a été prise en toute souveraineté."

Première publication : 04/04/2014

  • CENTRAFRIQUE

    Centrafrique : au moins 24 personnes tuées par des soldats tchadiens

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Feu vert pour le déploiement d'une force militaire européenne à Bangui

    En savoir plus

  • RÉPUBLIQUE DE CENTRAFRIQUE

    Le Tchad annonce son retrait de la force africaine en Centrafrique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)