Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DEMAIN À LA UNE

2014-10-18 14:45-

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Russie - Ukraine - EU: Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Alain Duhamel signe "Une histoire personnelle de la Ve République"

En savoir plus

SUR LE NET

Data centers : un coût énergétique trop élevé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le fardeau d'une nation"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Aubry, beaucoup de silence pour rien"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Start-up, la tentation de l'étranger

En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Deux journalistes français jugés en Papouasie

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Kobané : les États-Unis larguent des armes aux combattants kurdes

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

  • Foot européen : excepté la Juve, les cadors assurent

    En savoir plus

  • Ebola : la course au vaccin bat son plein

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Serbie-Albanie : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

Afrique

Accusée par Kagame, Paris annule sa participation aux commémorations

© AFP | Paul Kagame, président du Rwanda

Vidéo par FRANCE 3

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/04/2014

Après les déclarations du président Paul Kagame l'accusant d'avoir participé aux massacres de 1994, la France a décidé, samedi, d'annuler sa participation aux commémorations du génocide rwandais à Kigali.

Après les déclarations du président Paul Kagame l'accusant d'avoir participé aux massacres de 1994, qui ont fait 800 000 morts en cent jours, la France a décidé d'annuler sa participation aux commémorations du vingtième anniversaire du génocide rwandais, a annoncé, samedi 6 avril, le ministère français des Affaires étrangères.

"La France est surprise par les récentes accusations portées à son encontre par le président du Rwanda" qui "sont en contradiction avec le processus de dialogue et de réconciliation engagé depuis plusieurs années entre nos deux pays", a déclaré le porte-parole du Quai d'Orsay, Romain Nadal.

"Dans ces conditions, Mme Taubira, Garde des Sceaux, ministre de la Justice, ne se rendra pas ce lundi à Kigali", a-t-il ajouté, alors qu'elle avait été choisie par le président François Hollande pour représenter la France aux cérémonies.

"La France regrette de ne pouvoir prendre part aux commémorations du 20e anniversaire du génocide, car elle tient à s'incliner devant la mémoire des victimes et à s'associer au deuil des familles et du peuple rwandais", a ajouté le porte-parole.

"Ce que le président Kagamé attend c'est une reconnaissance totale du rôle de la France."

Kagame accuse la France de "participation" au génocide

Dans une interview à paraître dimanche dans l'hebdomadaire "Jeune Afrique", le président rwandais Paul Kagame accuse une nouvelle fois la France de "participation" à l'"exécution" du génocide de 1994, qui a fait 800 000 morts, principalement tutsis.

Le président rwandais dénonce le "rôle direct de la Belgique et de la France dans la préparation politique du génocide" et "la participation de cette dernière à son exécution même". Il accuse les soldats français de l'opération militaro-humanitaire Turquoise, déployée en juin 1994 dans le sud du pays, d'avoir été non seulement "complices ", mais aussi "acteurs" des massacres.

Maintes fois démenties par Paris, ces accusations ont déjà été formulées par Kigali à plusieurs reprises, notamment en août 2008, lors de la publication du rapport de la commission d'enquête rwandaise sur le rôle supposé de la France dans le génocide. Dans une première réaction, la présidence française avait jugé, samedi, que les nouvelles déclarations de M. Kagame n'allaient "pas dans le sens de l'apaisement".

Alain Juppé, ancien ministre des Affaires étrangères à l'époque du génocide au Rwanda en 1994, a appelé samedi François Hollande "à défendre l'honneur de la France", face à ce qu'il qualifie d'''inacceptable mise en cause de la France".

Avec AFP

Première publication : 05/04/2014

  • GÉNOCIDE RWANDAIS

    Rwanda : Kagame accuse à nouveau la France de "participation" au génocide

    En savoir plus

  • GÉNOCIDE RWANDAIS

    Rwanda : Roméo et Juliette au pays des mille collines

    En savoir plus

  • COMMÉMORATION

    Génocide du Rwanda : 20 ans après, la "flamme du souvenir" libère la parole

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)