Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

Asie - pacifique

En images : les Afghans ont voté en nombre et dans le calme

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/04/2014

Sept millions d'Afghans se sont rendus aux urnes, samedi, pour élire le successeur d'Hamid Karzaï, malgré la menace que faisaient planer les Taliban. Selon des premières estimations, le taux de participation dépasserait les 50 %.

 
Ils ont été plus nombreux que prévu à aller voter. Sept millions d'Afghans – sur les douze millions d’électeurs inscrits – se sont rendus aux urnes, samedi 5 avril, pour élire un nouveau président.
 
Cette affluence inattendue a provoqué par endroits une pénurie de bulletins de vote et a conduit la Commission électorale indépendante à demander à ce que les bureaux restent ouverts plus longtemps que prévu. À Kaboul, la capitale, les bureaux ont fermé bien plus tard que les 16 heures locales prévues, et de nombreux électeurs ont dû faire la queue sous la pluie pendant plusieurs heures.
 
Selon les premières estimations de la Commission électorale, le taux de participation s'élève à environ 58 %. Des chiffres à prendre avec précaution toutefois. En 2009,  lors de la précédente présidentielle, l'instance avait annoncé une participation pouvant atteindre les 50 %, un chiffre démenti par l'ONU qui avançait un taux de 30 % seulement.
 
Aucun incident notable à signaler
 
Aucun incident notable n'a été signalé lors de ce scrutin que les rebelles taliban avaient pourtant juré de perturber par tous les moyens. Lors de la précédente présidentielle en 2009, ils avaient mené plusieurs attaques matinales qui avaient découragé des électeurs.
 
Le résultat du premier tour n'est pas attendu avant six semaines, le temps d'acheminer à dos d’ânes les bulletins depuis les zones montagneuses les plus difficiles d’accès. Il faudra ensuite plusieurs mois - peut-être jusqu'à octobre en cas de second tour - pour connaître le nom du nouveau chef de l'État. Si aucun candidat n'obtient 50 % des voix, le second tour aura lieu le 28 mai, prolongeant encore de plusieurs semaines l'issue du vote.
 
La présidentielle doit désigner le successeur de Hamid Karzaï, seul homme à avoir dirigé ce pays pauvre et enclavé de quelque 28 millions d'habitants depuis la chute des Taliban en 2001 et à qui la constitution interdit de briguer un troisième mandat.
 
Avec AFP et Reuters
 

Première publication : 05/04/2014

  • AFGHANISTAN

    Une photojournaliste allemande abattue à la veille de la présidentielle afghane

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Nouvelle attaque de Taliban à Kaboul, à une semaine de la présidentielle

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Infographie : les candidats clés de la présidentielle afghane

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)