Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

La Shoah racontée dans le cinéma et la littérature

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : qui sont les manifestants du mouvement "Pegida"?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

"L'émirat jihadiste" d'une prison libanaise et des enfants en lutte pour leur cours de récré

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Terrorisme : qui est Sajida al-Rishawi ?

En savoir plus

DÉBAT

Victoire de Syriza en Grèce, un test pour l'Europe

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile japonaise réclame la libération de Kenji Goto

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : Kobané reprise par les Kurdes, un symbole fragile ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Longue vie au roi !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Un économiste iconoclaste pour négocier la dette grecque

En savoir plus

Afrique

Rwanda : Kagame accuse à nouveau la France de "participation" au génocide

© AFP | Paul Kagame président du Rwanda

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/04/2014

Dans une interview qui paraîtra dimanche dans l’hebdomadaire "Jeune Afrique", le président rwandais Paul Kagame accuse une nouvelle fois la France de "participation" à "l’exécution" du génocide, qui a fait plus de 800 000 morts en 1994.

À la veille des cérémonies marquant le vingtième anniversaire du génocide, le président rwandais Paul Kagame pointe à nouveau la responsabilité de la France dans le massacre, qui a fait  800 000 morts en 1994, dans une interview à paraître dimanche 6 avril dans l'hebdomadaire "Jeune Afrique".
 
Le président rwandais dénonce le "rôle direct de la Belgique et de la France dans la préparation politique du génocide" et "la participation de cette dernière à son exécution même". Il accuse les soldats français de l'opération militaro-humanitaire Turquoise, déployée en juin 1994 dans le sud du pays, d'avoir été non seulement "complices ", mais aussi "acteurs" des massacres.
 
"Interrogez les rescapés du massacre de Bisesero en juin 1994 et ils vous diront ce que les soldats français de l'opération Turquoise y ont fait. Complices certes, à Bisesero comme dans toute la zone dite ‘humanitaire sûre’, mais aussi acteurs", accuse Paul Kagame. Il estime que, "vingt ans après, le seul reproche admissible"  aux yeux de la France est celui de "ne pas en avoir fait assez pour sauver des vies pendant le génocide".
 
Maintes fois démenties par Paris, ces accusations ont déjà été formulées par Kigali à plusieurs reprises, notamment en août 2008 lors de la publication du rapport de la commission d'enquête rwandaise sur le rôle supposé de la France dans le génocide.
 
En 2008, la commission d'enquête avait déjà évoqué l'affaire du village de Bisesero (ouest), où jusqu'à 50 000 Tutsis avaient trouvé refuge, accusant l'armée française "d'avoir retardé sciemment de trois jours le sauvetage de près de 2 000 survivants afin de laisser le temps aux tueurs de les achever".

Avec AFP 

Première publication : 05/04/2014

  • GÉNOCIDE RWANDAIS

    Rwanda : Roméo et Juliette au pays des mille collines

    En savoir plus

  • COMMÉMORATION

    Génocide du Rwanda : 20 ans après, la "flamme du souvenir" libère la parole

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Génocide rwandais : des ONG réclament la mise en examen de Paul Barril

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)