Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Nuits de violences à Ferguson et 15e sommet de la Francophonie à Dakar

En savoir plus

DÉBAT

Débat en France sur un État palestinien et l'accord sur le nucléaire iranien

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La francophonie, belle et bien vivante !

En savoir plus

#ActuElles

Quarante ans d'IVG : un droit fondamental à défendre

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - Google : le géant du Net bientôt scindé en deux ?

En savoir plus

FOCUS

Bien qu'ébranlée, la protestation citoyenne se poursuit à Hong Kong

En savoir plus

TECH 24

Oculus Rift : la vie des autres

En savoir plus

REPORTERS

Liban : Chebaa au cœur de la poudrière

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Djilali Benchabane, spécialiste du Moyen-Orient et du Golfe arabo-persique

En savoir plus

Economie

SFR : Vivendi entretient le suspense

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/04/2014

À la suite d'une nouvelle offre de Bouygues, Vivendi a décidé de prendre le temps de la réflexion durant le week-end, concernant la vente de sa filiale SFR. Deux candidats sont en lice : Bouygues et Numericable.

Vivendi prend le temps de la réflexion et fait durer le suspense. La maison mère de SFR a annoncé, vendredi 4 avril au soir, qu'elle poursuivrait durant le week-end l'examen des offres de reprise présentées par Numericable et son rival Bouygues.

Les treize membres votants du conseil de surveillance de Vivendi ont commencé à se réunir, vendredi en milieu d'après-midi. Ils doivent décider si le groupe scelle un accord définitif avec le câblo-opérateur Numericable dans le cadre d'une transaction de quelque 15 milliards d'euros.

Bouygues,
qui a surenchéri à deux reprises depuis l'entrée de Numericable en négociations exclusives le 14 mars avec son rival, avait dégainé vendredi matin une nouvelle offre, dans l'espoir de revenir dans le jeu. Avant ce rebondissement, Numericable tenait la corde pour remporter la bataille, selon deux sources proches du dossier.

Pour Claudio Aspesi, analyste à Bernstein Research, les deux offres en lice restent au final peu éloignées en termes de valorisation totale. "Aucun des candidats n'est arrivé avec quelque chose qui a tué le match", a-t-il expliqué. "Les investisseurs s'attendaient à ce que cette bataille des offres conduise à une réévaluation des valorisations. Au lieu de cela, il y a juste eu des changements de la répartition du cash et de la participation".

Dernière ligne droite

Bouygues, qui a bataillé pour rester dans la course, a tenté le tout pour le tout vendredi en ajoutant 1,85 milliard d'euros pour porter à 15 milliards d'euros le volet en numéraire de son offre, grâce au soutien de nouveaux partenaires.

Le groupe, qui avait déjà enrôlé la Caisse des dépôts ou encore la famille Pinault, a également obtenu l'implication entre autres de l'assureur Axa, de la famille Dassault et du fonds souverain de Singapour.

La nouvelle offre valorise SFR à 16 milliards d'euros avant synergies et en excluant un éventuel complément de prix d'un demi-million d'euros que Bouygues se dit prêt à verser.

La dernière proposition connue de Numericable - 11,75 milliards d'euros en cash et une participation de 32 % pour Vivendi - valorise, elle, l'opérateur à 15,3 milliards d'euros, selon deux sources au fait du dossier. En Bourse, Bouygues a clôturé sur un gain de 0,64 %. Numericable a cédé 5,25 %.

Le paysage du marché français des télécoms modifié

Vivendi est depuis le début préoccupé par les risques d'obstacles réglementaires et les risques d'exécution que comporte l'offre de Bouygues, qui conduirait le marché français de la téléphonie mobile à revenir à trois acteurs contre quatre actuellement, expliquent des sources proches des discussions.

Vivendi, qui veut recentrer ses activités sur les médias, est aussi plus enclin à signer un accord avec Numericable dont l'offre apporte au conglomérat une sortie plus rapide des télécoms, soulignent encore ces sources.

La vente de SFR modifiera le paysage du marché français des télécoms fragilisé par deux années de guerre des prix dans la foulée de l'irruption de Free dans la téléphonie mobile.

Avec Reuters

Première publication : 05/04/2014

  • TÉLÉCOMMUNICATIONS

    Rachat de SFR : les bons baisers de Suisse du patron de Numericable

    En savoir plus

  • TÉLÉPHONIE

    Rachat de SFR : Bouygues mis à l'écart, Numericable seul en lice

    En savoir plus

  • TÉLÉCOMMUNICATIONS

    SFR - Bouygues : le drôle de plaidoyer d'Arnaud Montebourg

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)