Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

6 policiers poursuivis pour homicide involontaire: les habitants de Baltimore exultent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : A la rencontre de l'homme qui a recueilli les témoignages

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Viols présumés en Centrafrique : des zones d'ombre dans l'affaire

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Séisme au Népal : l'aide humanitaire internationale pressée par le temps

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centrafrique : des soldats français soupçonnés de viols sur des enfants

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : une enquête s'est ouverte à Bangui

En savoir plus

FOCUS

Liban : la prison de Roumieh, un fief pour les jihadistes de l'EI

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"En France, les PME ont du mal à grandir"

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Le pain, une tradition française

En savoir plus

Afrique

Chouf Chouf : les vidéos qui font le buzz en Algérie

© www.chouf-chouf.com

Texte par Dorothée Myriam KELLOU

Dernière modification : 07/04/2014

Les Algériens opposés à un quatrième mandat du président Abdelaziz Bouteflika ont investi la toile et publient chaque semaine des vidéos satiriques qui font le buzz. Chouf Chouf, média participatif sur l'Algérie, relaie ce qu'il s'y passe.

Le 30 mars dernier, la chaîne officielle YouTube d’Abdelaziz Bouteflika a mis en ligne le clip "Notre serment pour l’Algérie", entonné par une soixantaine d'artistes algériens ou d'origine algérienne, dont Cheb Khaled et l'humoriste Smaïn. Le même jour, le site Chouf Chouf a relayé une "campagne de Dislike" (une contre-campagne), lancée sur une page Facebook intitulée "DzWiki Leaks : non à un quatrième mandat" pour dénoncer les "chiyyatin" ("les lèche-bottes") du régime.

La mobilisation sur la toile contre ce clip a, semble-t-il, été réussie. Plusieurs artistes ont exprimé leurs regrets, comme Smaïn, qui a affirmé par la voix de son producteur Fabrice Roux, qu'il ne savait pas qu’il s’agissait d’une opération de communication en faveur du président sortant et candidat Bouteflika.

"Nous essayons de relayer l'agacement et les cris de colère d'une partie de la société algérienne, les jeunes en particulier, face à un paysage politique sclérosé et un processus électoral joué d'avance", explique le cofondateur de Chouf Chouf, Karim Amellal, jeune entrepreneur franco-algérien, écrivain et maître de conférences à Sciences-Po Paris. Il souligne cependant que Chouf Chouf ne soutient aucun parti : "Nous sommes républicains, laïcs et démocrates mais affiliés à aucun parti."

80 % des visites proviennent d'Algérie

Chouf Chouf est né en mars 2013 et traite de tout ce qui touche à l’Algérie et à sa diaspora. L’équipe bénévole effectue un travail de veille des vidéos qui circulent sur la toile et invite tous ceux qui s’intéressent à l’Algérie à participer en leur envoyant des vidéos. Les jeunes en Algérie, très connectés sur les réseaux sociaux, sont particulièrement actifs et réactifs.

Avec la campagne présidentielle en Algérie, l’équipe reçoit chaque jour de nombreuses vidéos et enregistre aujourd’hui entre 10 000 et 20 000 visites par jour : 80 % des visites proviennent d’Algérie. Les autres de France, du Canada, d’Angleterre ou encore du Maroc.

"Boutefoutai" : le dernier buzz sur la toile

Des dizaines d’Internautes ont signalé à Chouf Chouf - dès sa publication sur la page Facebook du Collectif "Non au 4ème mandat" - une version satirique du tube du chanteur Stromae "Papaoutai". Dans ce clip détourné, on voit, assis, dans une position identique à celle de la poupée de cire de Stromae, le visage et le corps immobiles d'Abdelaziz Bouteflika. Le fameux refrain qu’entonnait Stromae devient "Boutefoutai", interrogeant avec humour l’absence du candidat pendant sa propre campagne. Le reste de la chanson interroge son état de santé et sa capacité à gouverner en cet État "Sans même pouvoir parler, tu veux encore être le chef !".

Quant au contenu, Chouf Chouf ne modifie rien, même quand l'orthographe est approximative. "L’important est ce qu’elle exprime dans ce contexte électoral : amusement, agacement et mobilisation créative", précise Karim Amellal.

Première publication : 06/04/2014

  • PRÉSIDENTIELLE ALGÉRIENNE

    Au QG d’Alger de Benflis, se joue le combat de David contre Goliath

    En savoir plus

  • ALGÉRIE

    Bouteflika défend sa candidature à l'ouverture de la campagne électorale

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)