Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Les défis diplomatiques de John Kerry

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Se battre pour les cendres pour étouffer la braise"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les peoples et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

FOCUS

États-Unis : les prisons californiennes surpeuplées

En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne suspend son offensive dans l'Est

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • L'Argentine de nouveau en défaut de paiement

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

  • Lille s'impose à Zurich et entrevoit la qualification pour les barrages

    En savoir plus

EUROPE

Hongrie : le populiste Viktor Orban favori des élections

© AFP | Le Premier ministre Viktor Orban

Vidéo par Maud ROUBEAUD

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/04/2014

Les Hongrois sont appelés à voter, dimanche, pour renouveler leur Parlement. Selon les sondages, le parti conservateur du populiste Premier ministre Viktor Orban est favori du scrutin.

Viktor Orban serait-il en route vers sa réelection ? Les Hongrois ont commencé, dimanche 6 avril, à se rendre aux urnes pour des législatives dont le parti conservateur du populiste Premier ministre est donné largement favori.

Les quelque 10 000 bureaux de vote ont ouvert leurs portes à 04h00 GMT et les opérations électorales se poursuivront jusqu'à 17h00 GMT, des résultats préliminaires étant attendus dans la soirée.

Selon les sondages, le parti Fidesz de Viktor Orban ne peut pas perdre : il est crédité de 46 à 51 % des voix, loin devant l'alliance de la gauche (21 à 31 %). Le parti d'extrême droite anti-Roms et antisémite Jobbik, qui a poli son image avec un certain succès, recueillerait entre 15 et 21 % des suffrages.

"Le changement de gouvernement est possible si le niveau de participation est suffisamment élevé", a toutefois assuré Gordon Bajnai, ancien Premier ministre technocrate (2009-2010) et l'un des leaders de l'alliance de la gauche.

Accusé de malmener l'État de droit et la liberté de la presse

Viktor Orban, 50 ans, a mis les bouchées doubles ces derniers jours pour mobiliser ses partisans, de peur qu'ils ne se rendent pas aux urnes, croyant la victoire déjà acquise.

Le dirigeant hongrois est accusé par l'Union européenne de malmener l'État de droit et la liberté de la presse et de flatter les sentiments nationalistes de ses compatriotes. En cause : plus de 850 lois adoptées sans débat, au moyen d'une majorité des deux tiers au Parlement.

En outre, son parti a accaparé toutes les institutions du pouvoir et les contre-pouvoirs du pays, comme les médias et la justice, mais aussi de l'économie, de la banque centrale et même de la culture. Une prise de contrôle tentaculaire que ni les manifestations populaires de 2011 et 2012, ni les sévères rappels à l'ordre de Bruxelles n'ont réussi à brider.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 06/04/2014

  • HONGRIE

    Bruxelles somme Budapest de revoir sa Constitution

    En savoir plus

  • HONGRIE

    La Commission européenne épingle Budapest pour ses lois controversées

    En savoir plus

  • HONGRIE

    La Hongrie assure à la Commission européenne être prête à lacher du lest

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)