Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Et si la gauche assouplissait les 35 heures?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime l'entreprise"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

A Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71e Mostra de Venise

En savoir plus

  • Contre-offensive des pro-russes à l'Est, Kiev en appelle à l'Otan

    En savoir plus

  • Macron prêt à autoriser "toutes les entreprises" à déroger aux 35 heures

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • La mère de Steven Sotloff implore le "calife" de l’EI d’épargner son fils

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Coup d’envoi de la 71e Mostra de Venise

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

EUROPE

Hongrie : le populiste Viktor Orban favori des élections

© AFP | Le Premier ministre Viktor Orban

Vidéo par Maud ROUBEAUD

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/04/2014

Les Hongrois sont appelés à voter, dimanche, pour renouveler leur Parlement. Selon les sondages, le parti conservateur du populiste Premier ministre Viktor Orban est favori du scrutin.

Viktor Orban serait-il en route vers sa réelection ? Les Hongrois ont commencé, dimanche 6 avril, à se rendre aux urnes pour des législatives dont le parti conservateur du populiste Premier ministre est donné largement favori.

Les quelque 10 000 bureaux de vote ont ouvert leurs portes à 04h00 GMT et les opérations électorales se poursuivront jusqu'à 17h00 GMT, des résultats préliminaires étant attendus dans la soirée.

Selon les sondages, le parti Fidesz de Viktor Orban ne peut pas perdre : il est crédité de 46 à 51 % des voix, loin devant l'alliance de la gauche (21 à 31 %). Le parti d'extrême droite anti-Roms et antisémite Jobbik, qui a poli son image avec un certain succès, recueillerait entre 15 et 21 % des suffrages.

"Le changement de gouvernement est possible si le niveau de participation est suffisamment élevé", a toutefois assuré Gordon Bajnai, ancien Premier ministre technocrate (2009-2010) et l'un des leaders de l'alliance de la gauche.

Accusé de malmener l'État de droit et la liberté de la presse

Viktor Orban, 50 ans, a mis les bouchées doubles ces derniers jours pour mobiliser ses partisans, de peur qu'ils ne se rendent pas aux urnes, croyant la victoire déjà acquise.

Le dirigeant hongrois est accusé par l'Union européenne de malmener l'État de droit et la liberté de la presse et de flatter les sentiments nationalistes de ses compatriotes. En cause : plus de 850 lois adoptées sans débat, au moyen d'une majorité des deux tiers au Parlement.

En outre, son parti a accaparé toutes les institutions du pouvoir et les contre-pouvoirs du pays, comme les médias et la justice, mais aussi de l'économie, de la banque centrale et même de la culture. Une prise de contrôle tentaculaire que ni les manifestations populaires de 2011 et 2012, ni les sévères rappels à l'ordre de Bruxelles n'ont réussi à brider.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 06/04/2014

  • HONGRIE

    Bruxelles somme Budapest de revoir sa Constitution

    En savoir plus

  • HONGRIE

    La Commission européenne épingle Budapest pour ses lois controversées

    En savoir plus

  • HONGRIE

    La Hongrie assure à la Commission européenne être prête à lacher du lest

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)