Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

EUROPE

Le populiste Viktor Orban remporte les législatives en Hongrie

© AFP | Le Premier ministre Viktor Orban

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/04/2014

Le Fidesz, parti conservateur de Viktor Orban, est arrivé largement en tête des élections législatives hongroises de dimanche, selon des résultats provisoires. Reste à savoir s'il conservera sa majorité des deux tiers au Parlement.

Autocrate ou héros de la nation ? Aussi controversé soit-il, Viktor Orban a été reconduit à la tête de la Hongrie. Son parti arrive en tête des élections législatives qui se sont déroulées dimanche 6 avril.

Selon les premiers résultats, son parti conservateur le Fidesz recueillait environ 47 % des suffrages et était en position de remporter 96 des 106 sièges en lice, au scrutin uninominal majoritaire à un tour, contre 10 à l’alliance de gauche conduite par le parti socialiste. Les 93 autres sièges de la Diète, le Parlement hongrois, sont attribués selon un système de "compensation". Les projections de la commission électorale attribuent 134 sièges au Fidesz, 39 à l’alliance de gauche et 26 à Jobbik, le parti d’extrême-droite qui espérait devenir la deuxième force politique du pays.

"Vu l’écart [entre le Fidesz et ses rivaux], nous pouvons dire que pour la première fois depuis le changement de régime, un gouvernement de centre-droit va diriger le pays pendant deux mandats consécutifs", a déclaré Gergely Gulyas, un député du Fidesz, faisant allusion à l’effondrement du bloc soviétique il y a près d’un quart de siècle.

Le Jobbik, deuxième force politique du pays ?

Les deux principales interrogations de ce scrutin sont de savoir si Orban pourra conserver sa majorité des deux tiers au Parlement, ce qui lui permettrait de modifier la Constitution, et  si le Jobbik - parti d’extrême droite - dépassera la gauche pour devenir la deuxième force politique du pays. Son chef de file, Gabor Vona s’exprimant devant la presse dans la ville Gyongyos dans l’est de la Hongrie, a affirmé que sa formation allait créer la surprise lors de ces élections.

"Nos trois principaux thèmes de campagne, le niveau de vie, l’ordre et la responsabilité des hommes politiques, ont touché une corde sensible chez les électeurs qui sont intransigeants sur ces sujets", a-t-il estimé.

La formation d’extrême-droite a promis la création d’emplois, la lutte contre la criminalité, la renégociation de l’état de la dette et l’organisation d’un référendum sur le maintien au sein de l’Union européenne.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 06/04/2014

  • HONGRIE

    Viktor Orban, l’intransigeant leader hongrois qui inquiète l’Union européenne

    En savoir plus

  • HONGRIE

    Et l'autoritaire Viktor Orban créa une Hongrie à son image

    En savoir plus

  • HONGRIE

    La Hongrie assure à la Commission européenne être prête à lacher du lest

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)