Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

asie

Élections en Inde : plus de 800 millions d'électeurs pour un scrutin hors norme

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/04/2014

L'Inde entame lundi un marathon électoral pour élire les 543 députés de la Chambre basse. Avec 814 millions d’électeurs, ce scrutin, qui se déroule sur fond de tensions religieuses, est le plus important jamais organisé dans le monde.

L'Inde s’apprête à tenir les plus importantes élections législatives du monde. À partir de lundi, pas moins de 814 millions d’Indiens se rendront dans l’un des 930 000 bureaux de vote pendant les cinq semaines que doivent durer ces élections. Un marathon électoral en neuf phases pour élire les 543 députés qui siègeront à la Chambre basse.

Les partis politiques indiens ont tenu, dimanche 6 avril, leurs derniers meetings. D’un côté, le parti du Congrès. Après dix ans au pouvoir, le parti historique de la famille Nehru-Gandhi est donné perdant par les sondeurs. Affaibli par les affaires judiciaires, le ralentissement de la croissance et l'inflation, le parti du Congrès a perdu la confiance de ses électeurs.

Si les sondages se confirment, son candidat Rahul Gandhi va au-devant d'une défaite cuisante. Dernier né d’une dynastie qui a dirigé le sous-continent pendant 50 ans - son arrière-grand-père, Jawaharlal Nehru, a été le premier Premier ministre de l’Inde indépendante, sa grand-mère, Indira Gandhi, et son père, Rajiv Gandhi, ont dirigé ensuite le pays et c’est sa mère, Sonia Gandhi, qui dirige aujourd’hui le parti du Congrès – Rahul est peu expérimenté. Pas suffisamment  du moins pour remonter le parti, gangréné par les scandales de corruption, dans l'estime des Indiens.

Le très controversé Modi favori du scrutin

C'est le parti nationaliste hindou Bharatiya Janata Party (BJP), qui a déjà dirigé l’Inde de 1998 à 2004, qui est favori des sondages. Et ce malgré son très controversé candidat, Narendra Modi, à la tête de l’État du Gujarat depuis 12 ans.

Formé par la mouvance fondamentaliste qui prône l’instauration d’un État théocratique hindou, Modi est soupçonné  d’avoir laissé faire, dans son État en 2002, un pogrom qui a coûté la vie à plus de 1 000 personnes, principalement des musulmans. Il n'a pas été mis en cause par la justice mais l'inaction des forces de l'ordre a été pointée du doigt.

Ces derniers jours, son bras droit, Amit Shah, a été accusé d'avoir monté les hindous contre les musulmans qui représentent 13 % de la population, soit la plus grande minorité religieuse du pays. Il aurait appelé les électeurs à "se venger" dans les urnes lors d'un discours prononcé dans l’État de l'Uttar Pradesh où des violences confessionnelles avaient fait 50 morts l'an dernier. Le Congrès a demandé l'arrestation d'Amit Shah et saisi la Commission électorale pour obtenir sa radiation des listes.

La carte des petits parti 

Face aux grands partis historiques, une multitude de petites formations politiques sont également en lice. Parmi les nouveaux venus sur la scène politique indienne figurent une formation anti-corruption, le Parti de l’homme ordinaire (Aam Aadmi party), qui a récemment remporté les élections régionales à New Delhi.

L’importance de ces  formations sera cruciale dans la constitution du prochain gouvernement si aucune majorité claire ne se dégage lors des résultats attendus le 16 mai prochain. Si personne n'obtient la majorité absolue des 272 députés, le président demandera au parti arrivé en tête de former une coalition avec de petits partis régionaux. Ces négociations peuvent durer plusieurs jours ou semaines.

Première publication : 06/04/2014

  • INDE

    Narendra Modi, l’Iznogoud indien qui veut "être Singh à la place de Singh"

    En savoir plus

  • Inde

    Inde : les guerriers de la lutte contre la corruption

    En savoir plus

  • Inde

    Arvind Kejriwal, le candidat anti-corruption

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)