Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

  • Confusion autour de l'arrestation des trois jihadistes français

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : longtemps frileuse, la Turquie prête à s'engager

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

Economie

Le Nigeria devient la première économie africaine

© AFP | Exploitation de gaz et de pétrole de Shell dans le delta du Niger, au Nigeria.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/04/2014

Avec un PIB de 510 milliards de dollars en 2013, le Nigeria est devenu la première économie africaine, devant l’Afrique du Sud. Des chiffres qui ne reflètent pas le niveau de développement de ce pays, gangréné par la corruption.

Pays le plus peuplé d'Afrique et premier producteur de pétrole africain, le Nigeria est devenu dimanche la première économie du continent grâce à un changement de calcul statistique, passant ainsi devant l'Afrique du Sud. Il a enregistré un PIB (produit intérieur brut) de 510 milliards de dollars en 2013, selon le chef du Bureau national des statistiques, Yemi Kale. En 2012, le PIB du pays était de 453,9 milliards de dollars, selon cette même méthode, alors qu'il était de 384 milliards de dollars pour l'Afrique du Sud la même année.

Des statisticiens des Nations unies recommandent aux pays de modifier tous les cinq ans le mode de calcul de leur PIB pour prendre en compte les évolutions dans la production et la consommation, mais le Nigeria n'avait pas modifié sa méthode de calcul depuis 1990. Les nouveaux chiffres  prennent donc en compte l'apparition et le développement rapide de nouveaux secteurs et de nouvelles industries, notamment les télécommunications et l'industrie locale du cinéma, Nollywood.

Nollywood et téléphonie mobile

Principal producteur et exportateur de pétrole africain, le Nigeria a enregistré de forts taux de croissance ces dernières années, devenant de plus en plus attractif pour les investissements des entreprises étrangères, malgré la corruption rampante, les problèmes de vol de pétrole à grande échelle et l'insurrection islamiste qui sévit dans le Nord.

Les télécoms et l'industrie du cinéma comptent parmi les secteurs qui ont le plus évolué au Nigeria depuis 1990. La très prolifique industrie du film de Nollywood génère à elle seule jusqu'à 590 millions de dollars de chiffre d'affaires annuel, selon Robert Orya, à la tête de la banque nigériane de l'import-export.

Le taux de croissance annuel a atteint en moyenne 6,8 % entre 2005 et 2013 et les prévisions de croissance pour cette année sont de 7,4 %, selon les chiffres du Fonds monétaire international (FMI).

En comparaison, l'Afrique du Sud a connu un taux de croissance légèrement supérieur à 5 % entre 2005 et 2008/2009, et peine depuis à dépasser les 3,5 %.

Des chiffres qui ne sont pas un signe de développement

Mais, selon les experts, ces chiffres ne doivent pas être interprétés comme un signe de développement, l'Afrique du Sud étant largement devant le Nigeria en termes de PIB par habitant, d'infrastructures et de gouvernance.

Si une petite partie de la population est extrêmement riche, la grande majorité des quelque 170 millions de Nigérians vit avec moins de deux dollars par jour, dans un pays qui manque cruellement d'infrastructures, où tous n'ont pas accès à l'eau potable, où les coupures d'électricité sont quotidiennes et la corruption endémique.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 06/04/2014

  • DIPLOMATIE

    François Hollande au Nigeria pour parler commerce et sécurité

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le groupe pétrolier français Technip condamné pour corruption au Nigeria

    En savoir plus

  • HOMOPHOBIE

    Nigeria : une loi anti-gay entraîne une "chasse aux homosexuels"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)