Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du Sud : violentes manifestations à Mahikeng

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La fin d'une ère : Arsène Wenger quitte Arsenal

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Contestation sociale en France : l'impossible concertation ?

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans la peau d'un batelier du Nord

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le géant américain Starbucks accusé de racisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Emmanuel Macron peut-il réformer la Zone euro ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Café en capsules : "L'impact écologique est considérable"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Qui a peur de la dette ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le succès des monnaies locales

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Grands titres, éditos, photos et dessins du jour... Nos chroniqueurs passent en revue les Unes de la presse française et étrangère, ainsi que les débats qui l’alimentent. Du lundi au vendredi à 7h15 et 9h15.

Dernière modification : 07/04/2014

"L'inquiétant M. Kagame"

© France 24

Presse internationale, Jeudi 3 avril 2014. Au menu de cette revue de presse, la commémoration des 20 ans du génocide rwandais et les accusations de Paul Kagame contre la France et la Belgique, et la présidentielle en Afghanistan.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook.
 
Au menu de cette revue de presse internationale, la commémoration des 20 ans du génocide rwandais et les accusations du président Paul Kagame contre la France et la Belgique.
 
L’une et l’autre «ont joué un rôle direct dans la préparation politique du génocide et (la France) a même été associée à son exécution» - voilà ce qu’a dit le président rwandais au magazine Jeune Afrique. Des propos repris à la Une du journal belge Le Soir, pour qui Paul Kagame «ternit» la commémoration du génocide. Les Français ont décidé qu’ils n’assisteraient pas aux célébrations à Kigali, contrairement aux Belges.
 
Ces tensions montrent à quel point il est difficile de surmonter ce passé si douloureux. 20 ans après, les cicatrices sont toujours à vif, comme en témoigne Jean-Pierre, un rescapé rencontré par Slate, à Kigali. Il raconte qu’en avril, il n’allume jamais sa télé, de peur de ce que les images pourraient faire à sa femme, Grace. «Je l’ai amenée deux fois à l’hôpital, en avril. Elle a eu des flashbacks. Elle pleurait, elle disait que les milices étaient revenues». Grace a été frappée à coups de machette durant le génocide, et laissée pour morte. D’après Slate, les commémorations nationales masqueraient mal les divisions d’une société qui lutte pour surmonter ses rancunes et parvenir à une vraie réconciliation. Le site évoque les critiques faites par une partie de la population, qui accuse Kagame d’évoquer constamment les horreurs du génocide pour mieux justifier son emprise sur son pays. Ils en veulent notamment pour preuve une campagne lancée l’année dernière, intitulée «Je suis Rwandais». Elle exigeait des Hutus nés après le génocide de présenter leurs excuses au nom de leur groupe ethnique. Une demande pour le moins paradoxale de la part d’un gouvernement qui clame avoir déclaré la guerre à ce concept. Ce discours «anti-ethnie» est lui-même perçu comme une tentative de masquer la prédominance actuelle des Tutsis sur la vie publique. D’autres Rwandais évoquent également le côté univoque du discours officiel, qui passe sous silence les massacres de Hutus par le FPR de Kagame dans la foulée du génocide.
 
Cette réconciliation est pourtant vitale pour le Rwanda, plaide, entre autres, le ministre des Affaires étrangères britannique sur le site du Huffington Post. William Hague rappelle que c’est au moment du Rwanda qu’est né le principe de la «responsabilité de protéger», principe en vertu duquel la communauté internationale peut être amenée à réagir en cas de défaillance de l’Etat à protéger ses populations. «Mais, rappelle-t-il, il y a un gouffre entre le principe et la réalité: aujourd’hui encore, des milliers de civils sont massacrés en Syrie, en Centrafrique, au Soudan et au Soudan du sud».
 
On termine cette revue de presse en Afghanistan, où les électeurs ont voté en nombre pour la présidentielle, samedi, malgré les menaces d'attaques des rebelles taliban. The Independent rappelle le prix de ce civisme: dans certaines parties de l’Afghanistan, et en particulier dans les fiefs talibans, un doigt taché d’encre, le signe que l’on a voté, équivaut à une sentence de mort.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/04/2018 Immigration

Grande-Bretagne : les oubliés de la génération Windrush

Dans cette seconde revue de presse du vendredi 20 avril : le tollé suscité en Grande-Bretagne par l'arrêt des soins d'un immigré de la génération Windrush oubliée par le...

En savoir plus

20/04/2018 Manifestations

"Universités : le ras-le-bol des antibloqueurs"

Dans cette première revue de presse du vendredi 20 avril : le bilan de la journée de mobilisation d'hier en France, le mécontentement sanglant au Nicaragua et la stratégie...

En savoir plus

19/04/2018 Rap

Kanye West s'improvise "philosophe" sur Twitter

Dans cette seconde revue de presse du jeudi 19 avril, la diplomatie "sans but" de Donald Trump vis-à-vis de la Corée du Nord, l'annonce d'élections anticipées en Turquie, les...

En savoir plus

19/04/2018 Angela Merkel

Sur l'Europe, "Macron et Merkel rentrent dans le dur"

Dans la presse, ce jeudi 19 avril, la rencontre entre Emmanuel Macron et Angela Merkel à Berlin, l'appel à la grève générale lancé en France par la CGT, la guerre du "free...

En savoir plus

18/04/2018 Journalisme

Forbidden Stories : "Pour que le travail de Daphne Caruana Galizia ne soit pas perdu"

Dans cette seconde revue de presse du mercredi 18 avril, le collectif Forbidden Stories reprend les enquêtes de la journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia, tuée il y a six...

En savoir plus