Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • UE : Le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

Economie

Budget : opération séduction à Berlin pour le nouveau duo de Bercy

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 07/04/2014

Arnaud Montebourg, ministre de l’Économie, et son homologue des Finances, Michel Sapin, sont en visite à Berlin pour préparer, notamment, le terrain à une probable demande d’un nouveau délai pour réduire les déficits français à Bruxelles.

Berlin aujourd’hui, Bruxelles ensuite. Le nouveau “tandem de choc” de Bercy débute en Allemagne, lundi 7 avril, sa grande œuvre de pédagogie budgétaire. Arnaud Montebourg, ministre de l’Économie et son homologue aux Finances, Michel Sapin, cherchent en effet à rediscuter du “rythme” de la réduction des déficits français.

Plus précisément, Michel Sapin avait évoqué, jeudi 3 avril, la nécessité de “trouver [avec la Commission européenne, NDLR] un rythme adapté à la situation”. Il a pris soin de ne pas prononcer le mot "délai" - la France en a déjà obtenu deux de Bruxelles (en 2010 et 2013) pour atteindre l’objectif des 3 % de déficit - mais personne n’a été dupe. Le gouvernement français a, en effet, annoncé la semaine dernière que le déficit en 2013 avait été plus important qu’anticipé (4,3 % au lieu de 4,1 %), ce qui rend d’autant plus difficile pour Paris de respecter la fameuse règle d’or budgétaire des 3 % en 2015.

Avant de convaincre la Commission européenne, le duo de Bercy doit passer l’obstacle berlinois, connu pour sa rigueur budgétaire. Arnaud Montebourg a rencontré son homologue allemand, le social-démocrate Sigmar Gabriel, tandis que Michel Sapin s’est entretenu avec le ministre des Finances, Wolfgang Schäuble. Ce dernier s’est montré compréhensif à l’égard de la situation française, lundi 7 avril. Il a déclaré que Paris “était sur une très bonne voie” budgétaire et qu’il ne fallait “pas tout réduire à une seule question”, celle de la baisse des déficits.

Traitement de faveur ?

C’est peu ou prou l’argument que Bercy entend développer à Bruxelles. L’idée serait que “si la France pouvait étaler sur une ou deux années supplémentaires les 50 milliards d’euros d’économies à faire, ce ne serait pas seulement une bonne nouvelle pour les Français et l’économie française, mais aussi pour l’Europe”, explique Jérôme Creel, directeur du département d’études à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) et spécialiste de l’économie européenne.

La logique est simple : une rigueur moins brutale peut stimuler la croissance en France et, à cause du poids économique de l’Hexagone, favoriser la reprise européenne. Mais Paris ne peut pas simplement arguer de l’importance de son économie pour obtenir un nouveau délai. Les pays avec lesquels le Commission européenne reste intransigeante, comme le Portugal ou l’Irlande, verraient d’un très mauvais œil un tel traitement de faveur.

Reste que “les ministres français peuvent aller plaider la cause de l’économie française dans le respect du pacte de stabilité”, assure Jérôme Creel. Les textes prévoient qu’il est acceptable de ne pas atteindre l’objectif des 3 % dans certaines conditions. Arnaud Montebourg et Michel Sapin doivent convaincre la Commission que la situation économique n’a pas évolué comme prévu lors de la négociation du précédent délai obtenu de Bruxelles en 2013. “Ils devront démontrer que la trajectoire de croissance a été moins forte qu’anticipée ou que les dépenses publiques ont été plus importantes”, souligne l’économiste de l’OFCE. L’autre solution, d’après ce spécialiste, est de démontrer que la politique de réforme structurelle entamée après l'obtention du dernier délai est plus coûteuse qu'anticipé.

Le risque vient des marchés financiers

Certes, la Commission européenne peut rester insensible aux arguments français, mais ce serait une première. Le vrai risque, d’après Julien Creel, vient des marchés financiers. “Si les opérateurs de marché analysent un nouveau délai comme le signe que la France ne va jamais faire les réformes attendues, ils pourraient sanctionner Paris en poussant les intérêts sur la dette française à la hausse”, analyse cet expert.

Pour lui, ce risque est surtout à prendre au sérieux si des dissensions entre chefs d’État et ministres des Finances européens au sujet de la démarche française s’étalent au grand jour. “Ils pourraient alors déduire que les États membres de l’UE ne sont plus d’accord sur la politique à suivre”, juge Julien Creel. Le grand flou européen autour de la réponse à donner au risque de défaut grec entre 2010 et 2012 avait largement alimenté la défiance des marchés envers la zone euro.

L’ex-Premier ministre luxembourgeois, Jean-Claude Juncker, a d’ailleurs commencé ce week-end à se faire le porte-parole de ceux qui, en Europe, ne veulent pas que la France obtienne un nouveau délai. La France “ne peut pas encore une fois avoir un passe-droit”, a déclaré, samedi 5 avril, celui qui est candidat pour remplacer Manuel Barroso à la tête de la Commission européenne lors d’un déplacement à Berlin. Il était donc d’autant plus urgent, dans ces conditions, que la France et l’Allemagne apparaissent, en public, être sur la même longueur d’onde budgétaire.

Première publication : 07/04/2014

  • POLITIQUE FRANÇAISE

    La stratégique nomination d'Arnaud Montebourg à Bercy

    En savoir plus

  • FRANCE

    En 2013, le déficit public français a été supérieur aux prévisions

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    La France devrait ralentir le rythme des efforts budgétaires, selon le FMI

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)