Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La leçon de démocratie du Nigéria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'alternance démocratique au Nigeria, modèle pour le reste du continent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La victoire annoncée de l'opposant Muhammadu Buhari au Nigeria

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Climat : "Les chances sont bonnes" de parvenir à un accord à Paris

En savoir plus

FACE À FACE

Nicolas Sarkozy : après la victoire, retour à la case judiciaire

En savoir plus

FOCUS

Inde : les musulmans et les chrétiens dans le viseur des ultranationalistes hindous

En savoir plus

REPORTERS

San Cristóbal, le chaudron vénézuélien

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Arnaud Viard, les joies et les peines de l'autofiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Moriarty, l'alchimie gagnante

En savoir plus

Afrique

Génocide rwandais : Kagame s'en prend de nouveau à la France

© AFP

Vidéo par Pauline SIMONET

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/04/2014

Lors des cérémonies de commémoration du génocide de 1994, le président rwandais Paul Kagame a fait allusion, de façon à peine voilée, au rôle toujours controversé de la France durant les massacres. Revivez la journée sur notre liveblogging.

• Le président rwandais, Paul Kagame, s’en est pris une nouvelle fois à la France, mais à mots couverts. "Les gens qui ont planifié et exécuté le génocide étaient des Rwandais. Mais l'histoire indique que les causes fondamentales dépassaient ce pays. (…) Aucun pays n'est assez fort et puissant pour changer les faits", a-t-il affirmé dans son discours prononcé en anglais et en kinyarwanda. Et d’ajouter : "Après tout, les faits sont têtus", en français dans le texte, insinuant que Paris avait aussi ses responsabilités dans les massacres de 1994 qui ont coûté la vie plus de 800 000 personnes, en majorité des Tutsis, en 100 jours. La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a également appelé la France à "faire face à la réalité de l'Histoire", comme le rapporte Pauline Simonet, envoyée spéciale de France 24. 

• La France n’était pas représentée ce lundi 7 avril dans le stade Amahoro, le plus grand de la capitale. À la suite des propos du président rwandais, accusant Paris d'avoir participé au génocide rwandais en 1994, la venue de la ministre française de la Justice Christiane Taubira a été annulée. L'ambassadeur de France à Kigali, Michel Flesch, devait la remplacer mais il a indiqué que les autorités rwandaises lui ont retiré son accréditation pour participer aux cérémonies officielles de commémoration du vingtième anniversaire du génocide. L'Élysée a publié un communiqué ce lundi 7 avril dans lequel il déclare que "la France s'associe au peuple rwandais pour honorer la mémoire de toutes les victimes du génocide."

• Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations unies, a prononcé un discours dans lequel il a annoncé toujours ressentir, vingt ans après, la "honte" de n'avoir pas pu empêcher le génocide de 1994 au Rwanda. Relevant le "courage remarquable" de membres de l'ONU au Rwanda à l'époque, Ban Ki-moon a expliqué : "Nous aurions pu faire beaucoup plus. Nous aurions dû faire beaucoup plus. Les Casques bleus ont été retirés du Rwanda au moment où l'on en avait le plus besoin."

"Nous aurions dû faire beaucoup plus." Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies

 

Si le liveblogging ne s'affiche pas, rafraîchissez la page.

 

Pour afficher le liveblogging sur votre smartphone ou votre tablette, cliquez ici

Première publication : 07/04/2014

  • RWANDA

    L'enseignement de l'histoire du génocide, un outil au service de la réconciliation

    En savoir plus

  • ENTRETIEN

    Vidéo : "Paris a collaboré avec le régime rwandais qui a mené le génocide"

    En savoir plus

  • GÉNOCIDE RWANDAIS

    Rwanda : Roméo et Juliette au pays des mille collines

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)