Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les présidents Trump et Macron font polémique, mais pas pour la même chose...

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga va saisir la Cour suprême

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis : l'ambiguïté de Trump vis-à-vis de l'extrême droite

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Contrats de travail : vers plus de flexibilité ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Violences gynécologiques, la lutte prend corps"

En savoir plus

Asie - pacifique

Législatives : Les électeurs indiens entendent voter pour le changement

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/04/2014

Le coup d'envoi des plus grandes élections législatives jamais organisées dans le monde a été donné, ce lundi, en Inde. FRANCE 24 a sillonné l'État de l'Assam, situé dans le nord-est du pays, qui est l'un des premiers à passer aux urnes.

Les bureaux de vote ont ouvert ce lundi 7 avril dans deux États du nord-est de l'Inde, donnant le coup d’envoi des plus grandes élections législatives organisées dans le monde. Le scrutin auquel vont participer près de 815 millions d’électeurs (soit 100 millions de plus qu'en 2009), dans 543 circonscriptions, s’étale sur plus de cinq semaines.

Natacha Butler et Julien Fouchet, correspondants de FRANCE 24 en Inde, ont sillonné l'État de l'Assam, situé dans le nord-est de l’Inde, l'un des premiers à passer aux urnes, pour aller à la rencontre des électeurs. Dans le Radjani Express, un train qui relie la capitale indienne New Delhi à l'État de l'Assam en un peu moins de 28 heures, certains des 1 200 voyageurs rentrent chez eux pour aller voter.

Sant Lal, qui leur sert des collations pendant ce long voyage, est un père de famille qui travaille dans ce train depuis quinze ans, pour un peu moins de 70 euros par mois. "Je suis un homme très pauvre et j'aimerais que tout cela change, tout augmente, tout est trop cher, même la nourriture, même les légumes", proteste-t-il.

Le BJB grand favori

Pour beaucoup, préoccupés comme Sant Lal par la situation économique du pays, le responsable est la formation politique au pouvoir depuis plus de dix ans, le Parti du Congrès. Affaibli par les affaires, le ralentissement de la croissance et l'inflation, il est donné perdant par les sondeurs.

"Tout le monde dit que ce gouvernement n'a rien fait et que la seule alternative, c'est le Bharatiya Janata Party (BJP, un parti nationaliste hindou). C'est le deuxième parti le plus important en Inde, confie un passager du train. Les gens veulent des changements drastiques dans la politique pour que le peuple en bénéficie".

Résultat, le BJP est le grand favori du scrutin. Mais, ce n'est pas pour l'un de ces deux grands partis que Samir Jain va voter. Cet ingénieur informatique, originaire de l'Assam, rêve d'une Inde plus juste pour ses deux enfants. Son vote ira à un troisième parti, de plus en plus populaire chez les déçus de la politique. "Je vais voter pour le Parti de l'Homme ordinaire, car les autres partis comme le Congrès et le BJP sont tous pareils et on veut quelque chose de différent", confesse-t-il.

Toujours est-il que quelque soit le vainqueur du marathon électoral qui vient de commencer dans la plus grande démocratie du monde, il aura un défi majeur à relever : remettre l'Inde dans le droit chemin.

Première publication : 07/04/2014

COMMENTAIRE(S)