Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

EUROPE

Des pro-russes proclament une "République populaire" à Donetsk

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/04/2014

Des militants pro-russes ont pris, lundi, le contrôle des bureaux du gouvernement régional à Donetsk dans l'est de l'Ukraine et ont proclamé une "République souveraine". Kiev a accusé la Russie de déstabiliser le pays.

L'Ukraine est confrontée, lundi 7 avril, à une nouvelle menace de sécession, cette fois dans l'est russophone, à Donestk, où des activistes ont proclamé une "République souveraine" et réclamé leur rattachement à la Russie. Un plan pour "démembrer" le pays, selon le gouvernement pro-européen de Kiev.

Une centaine de militants pro-russes ont ainsi pris le contrôle des bureaux du gouvernement régional à Donetsk dans l'est de l'Ukraine et ont proclamé la création d'une République séparatiste dans cette ville. Les manifestants, qui se sont rendus maîtres des lieux dimanche soir, ont demandé la tenue au plus tard le 11 mai d'un référendum sur la création de cette nouvelle entité baptisée "République populaire de Donetsk".

Un des manifestants lisant un texte a ajouté que les protestataires demanderont à la Russie l'envoi d'un "contingent de maintien de la paix" en cas d'agression des autorités de Kiev, qu'ils considèrent comme illégitimes. Les protagonistes du mouvement ont ensuite quitté la place où siège le gouvernement régional et ont lu à l'aide de haut-parleurs le même texte devant un millier de personnes. Des "hourras" ont retenti parmi la foule.

Des séparatistes pro-russes ont également mené, dimanche soir, des opérations similaires contre des bâtiments officiels à Louhansk et Kharkiv.

Les régions de l'est ukrainien, frontalières de la Russie, ont connu une brusque montée de tension, quand des manifestants pro-russes, certains masqués ou cagoulés, ont attaqué et pris, dimanche 6 avril, le contrôle de bâtiments officiels - administration locale ou services de sécurité (SBU) - dans les grandes villes de Kharkiv, Lougansk et Donetsk.

Kiev accuse Moscou

Des mouvements qui inquiètent Kiev. Le président par intérim, Olexandre Tourtchinov, a ainsi accusé Moscou d'avoir entamé une "seconde phase de démantèlement de l'Ukraine, après l'annexion de la Crimée le 21 mars.

Déclarant que les troupes russes se trouvaient regroupées à moins de 30 km de la frontière orientale de l'Ukraine, le Premier ministre Arseni Iatseniouk a de son côté indiqué, lundi 7 avril, que ces actions s'inscrivaient dans le cadre d'un plan de déstabilisation de la Russie pour s'emparer de l'est du pays.

Dans un message télévisé, il a déclaré que les ennemis de Kiev "rejou(ai)ent le scénario criméen" dans l'est de l'Ukraine. "Nous ne permettrons pas cela", a-t-il lancé, ajoutant que des "actions antiterroristes ser(aie)nt entreprises contre ceux qui ont pris les armes".

Un responsable militaire de l'Otan a, pour sa part, déclaré que l'Alliance n'avait pas constaté de changement important dans le positionnement de l'armée russe dans cette région. L'Otan estime à environ 40 000 le nombre de soldats russes présents à proximité de la frontière ukrainienne.

Avec AFP et Reuters
 

Première publication : 07/04/2014

  • UKRAINE

    Crimée : un officier ukrainien abattu dans une fusillade avec des forces russes

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Les pro-Russes investissent des bâtiments officiels à l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Reportage : Les ultranationalistes ukrainiens refusent de désarmer

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)