Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • En direct : le leader des indépendantistes écossais Alex Salmond reconnaît la défaite

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

Afrique

L'enseignement de l'histoire du génocide, un outil au service de la réconciliation

© FRANCE 24

Vidéo par Thaïs BROUCK , Sarah SAKHO

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/04/2014

À l'heure où le Rwanda commémore le vingtième anniversaire du génocide, l'histoire s'impose au centre du processus de réconciliation. Son enseignement aux jeunes générations est une étape clé pour tourner la page de cette période sombre.

Lundi 7 avril, le Rwanda commémore le vingtième anniversaire du génocide. Près de 800 000 personnes - essentiellement des Tutsis - tuées en l'espace de 100 jours, entre avril et juillet 1994, et une population marquée à vie. Vingt ans après, dans un contexte de réconciliation à tout prix, comment enseigne-t-on dans le pays l'histoire de cette période sombre ? Et ce, sachant que de nombreux épisodes clés du génocide restent toujours à éclaircir.

Thais Brouck et Sarah Sakho, envoyés spéciaux de FRANCE 24 ont rencontré des collégiens rwandais qui s'apprêtent à passer les examens de fin de trimestre. Au programme notamment, l'Histoire. Eddy, 15 ans, élève de troisième, énonce les quelques notions qu'il a retenues de la période du génocide. "Ce que nous avons appris en général, c'est que les Tutsis étaient en quelque sorte détestés par les Hutus. Donc ils ont fait un génocide. Donc en 1994 le génocide s'est terminé, quand nous avons dit 'Les Rwandais sont tous les mêmes'", raconte-t-il.

Eddy semble avoir bien retenu sa leçon. Au Rwanda, l'histoire est un outil au service de la réconciliation et les professeurs se doivent de respecter cet objectif. "Ils subissent certaines influences dans leurs familles respectives, ça, on ne peut pas le nier, souligne Christian Nyrinkindi, professeur d'histoire. Je crois que l’enseignant doit lui-même changer, comprendre le point du vue de la réconciliation, avant d'aborder le sujet en classe, au risque d'enseigner ce qu'il a dans son cœur, vu qu'il n'a pas non plus de documents sur lesquels s'appuyer".

Accusés de relayer la propagande de l'ancien régime, les manuels ont en effet été retirés des écoles après le génocide. Relégués aux archives, ils n'ont pas été remplacés depuis.

Pour l’historien Deo Byanafashe, l’histoire, telle qu’elle était enseignée avant le génocide a conduit au génocide. "L'Européen avait présenté le Tutsi comme quelqu'un de noble, de plus proche de lui, qui est plus noble encore. Vous voyez ? L'idéologie de la domination où l'on essaie de se mettre à la bonne place. Alors, l'histoire a été écrite dans ce sens-là, elle a été enseignée dans ce sens-là, et cela a conduit au génocide".

Vingt ans après le génocide, le Rwanda n'a pas fini de revisiter ce chapitre douloureux de son histoire.

Reportage dans l'un des villages de la réconciliation

Première publication : 07/04/2014

COMMENTAIRE(S)