Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Choquette, drôlement magique !

En savoir plus

TECH 24

Quand le jeu vidéo change le monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Université d'été du PS : "une allumette et c'est l'incendie"

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : la Syrie, une alliée inévitable ?

En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

  • Obama "n'a pas encore de stratégie" pour intervenir contre l'EI en Syrie

    En savoir plus

Moyen-Orient

Le père Frans, jésuite néerlandais, assassiné en Syrie

© AFP

Texte par Amara MAKHOUL-YATIM

Dernière modification : 07/04/2014

Le père Frans van der Lugt, jésuite néerlandais qui vit en Syrie depuis près de cinquante ans, a été abattu lundi dans son monastère par un homme armé. Il avait choisi de rester dans la vieille ville de Homs et de partager le quotidien des Syriens.

Il était un héros pour des milliers de Syriens. Le père Frans van der Lugt, jésuite néérlandais de 75 ans, a été abattu par un homme armé, lundi 7 mars au matin, dans son monastère situé dans la vieille ville de Homs, où il vivait depuis cinquante ans.

Aussitôt la nouvelle de sa mort annoncée, son visage a peu à peu envahi Facebook : nombreux sont ceux qui ont troqué leur photo de profil habituelle contre un portrait du père Francis van der Lugt, "Frans" tout court pour la plupart de ceux qui le connaissaient. Des cheveux blancs et un visage marqué par l’âge, mais derrière de petites lunettes rectangulaires, le regard était vif et rieur. Sous les portraits, les messages de condoléances n’en finissent plus.

"Je dois partager la peine du peuple syrien"

Ce jésuite néerlandais a déjà passé près de cinq décennies en Syrie, pays qu’il aimait au point de le considérer comme le sien. Depuis deux ans, le religieux vivait dans le vieux Homs, un quartier aux mains des rebelles et assiégé par l’armée syrienne. Jusqu’en février 2012, des dizaines de milliers de chrétiens vivaient encore dans ce quartier, dans la partie de Boustan al-Diwan et Hamidieh. Mais la grande majorité d’entre eux ont fui les combats et les violences. Sur les 1 500 civils toujours pris au piège dans cette partie historique de la ville de Homs après l'évacuation qui a eu lieu début février, seulement 35 environ sont chrétiens.

Dans le monastère jésuite du quartier de Hamidieh, où il vit depuis des dizaines d’années, il partageait le quotidien de ceux qui sont restés, chrétiens comme musulmans. Bien que la situation soit alarmante à Homs, où les habitants livrent un combat quotidien pour se procurer à manger et où la population chrétienne s'est réduite à quelques dizaines d'âmes, l'idée de quitter la ville n'a jamais traversé l'esprit du père Frans. "Je suis à la tête d'un monastère. Comment pourrais-je le quitter ? Puis-je abandonner derrière moi les chrétiens ? C'est tout à fait impossible, avait-t-il expliqué début février à l'AFP. Le peuple syrien m'a tant donné, tant de gentillesse, tant d'inspiration, et tout ce que je possède. Maintenant qu'il souffre, je dois partager sa peine et ses difficultés", avait-il soutenu.

"Je suis le seul prêtre et le seul étranger à être resté. Mais je ne me sens pas comme un étranger, mais comme un arabe parmi les arabes", avait-il déclaré un sourire aux lèvres.

En Février 2012, le père Frans décrit le quotidien des assiégés

 Avec AFP

Première publication : 07/04/2014

  • PORTRAIT

    Le père Frans, jésuite néerlandais devenu un héros en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Malgré les violences, l'aide humanitaire arrive à Homs

    En savoir plus

  • SYRIE

    Cessez-le-feu à Homs, premières évacuations des civils pris au piège

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)