Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

  • Mort du PDG de Total Christophe de Margerie

    En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

Amériques

Québec : déroute électorale des séparatistes du PQ

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/04/2014

Le Parti libéral du Québec a remporté la majorité absolue aux élections provinciales, lundi. Une victoire qui leur permet de reprendre la province aux séparatistes du Parti québécois, qui la dirigeaient depuis 2012.

Le Parti libéral du Québec a remporté la majorité absolue en nombre de sièges lors des élections provinciales, lundi 7 avril. Une victoire qui écarte de fait l'hypothèse d'un nouveau référendum sur l'indépendance de la province dans les mois à venir.

Les séparatistes du Parti québécois (PQ), au pouvoir depuis septembre 2012, avaient dissous l'assemblée provinciale dans l'espoir d'atteindre la majorité qui leur faisait défaut. Mais le scrutin anticipé a finalement tourné au référendum sur l'opportunité d'organiser une nouvelle consultation au sujet de l'émancipation.

Le "non" l'a donc largement emporté et le libéral Philippe Couillard succédera à Pauline Marois au poste de Premier ministre de la province canadienne, majoritairement francophone.

Pour la dirigeante "péquiste", cette déroute constitue un véritable désaveu, d’autant qu’elle pourrait perdre son propre siège à l'assemblée provinciale. Elle a d’ailleurs renoncé à la direction de son parti.

Les libéraux sont en tête dans 70 des 125 circonscriptions et n'en laissent que 30 au PQ, qui enregistre son plus mauvais score depuis 1989 en termes de sièges, et depuis 1970 en valeur absolue.

Après dépouillement de la quasi-totalité des bulletins, les libéraux étaient créditées de 41,5 % des suffrages, contre 25,4 % pour les séparatistes. Avec 22 sièges et 23,3 % des voix, la Coalition Avenir Québec, mouvement conservateur hostile à un nouveau référendum, qui se présentait pour la première fois, fait presque jeu égal avec le PQ.

Péladeau, le "pire cauchemard" du PQ

"Les résultats démontrent clairement que les Québécois ont rejeté l'idée d'un référendum et veulent un gouvernement focalisé sur l'économie et les créations d'emplois", a déclaré le Premier ministre fédéral Stephen Harper dans un communiqué.

La formation de Pauline Marois faisait pourtant figure de favorite au début de la campagne. La tendance s'est inversée lorsque Pierre Karl Péladeau, patron de l'empire médiatique Québecor et tête d'affiche du parti, a promis "de faire du Québec un pays".

Car bien que la souveraineté soit la raison d'être du PQ, Pauline Marois n'en a pas fait une priorité et ce sont les propos de Pierre Karl Péladeau qui ont remis le sujet au premier plan.

Lors du premier référendum d'autodétermination, organisé en 1980, le "non" l'a largement emporté, mais l'indépendance n'a été rejetée qu'avec une marge d'un peu plus de 1% lors du second, en 1995.

Depuis, jamais les Québécois n’ont eu l’opportunité de se prononcer à nouveau sur leur souveraineté et les sondages dévoilent qu’une majorité d’entre eux ne souhaite pas la tenue d’une troisième consultation sur le sujet.

Avec Reuters

Première publication : 08/04/2014

  • CANADA

    Législatives québécoises : la campagne vire à l'aigre

    En savoir plus

  • CANADA

    Le Québec s'émeut de la venue de prédicateurs musulmans radicaux

    En savoir plus

  • QUÉBEC

    Interdire les symboles religieux, la charte qui ne passe pas au Québec

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)