Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

Afrique

Sur FRANCE 24 : MSF lance un appel pour ses otages enlevés au Nord-Kivu

© FRANCE 24 | Manuel Lannaud, responsable de la cellule de crise de MSF

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/04/2014

Médecins sans frontières a lancé sur FRANCE 24, mardi, pour la première fois, un appel pour libérer quatre membres de l’ONG, enlevés il y a neuf mois dans un village du Nord-Kivu.

Ils ont été enlevés le dernier jour de leur mission dans le village de Kamango, sur le territoire de Béni, dans la région du Nord-Kivu en République démocratique du Congo. Quatre membres de Médecins sans frontières (MSF) n’ont plus donné signe de vie à l’ONG depuis le 11 juillet 2013, le jour où le village fut attaqué par un groupe armé.

Jusque-là resté discret, MSF a décidé pour la première fois, mardi 8 avril, de s’exprimer sur cet enlèvement. "Au début, on a privilégié le travail en toute discrétion pour ne pas interférer avec nos prises de contact sur le terrain, explique Manuel Lannaud, le responsable de la cellule de crise de l’association, sur FRANCE 24. On voulait aussi éviter la pression médiatique."

Seulement voilà, neuf mois après l'enlèvement des quatre membres de MSF, l’ONG, toujours sans nouvelles, se déclare "assez inquiète". "Trois mois après l’intervention des forces congolaises et de la Monusco [force de l’ONU en RDC, NDLR] dans la région, les recherches ont été infructueuses et n’ont pas permis de libérer un seul otage", précise Manuel Lannaud.

Faire des otages une priorité pour la Monusco

"C’est bientôt la fin de l’offensive militaire" et toujours aucun signe de vie de Chantal, Philippe, Richard et Romy. "On en appelle dans un premier temps aux ravisseurs, bien sûr, et ensuite, on tient à rappeler à la Monusco ses obligations en terme de protection des civils et des otages."

Le flou reste entier autour de l’identité des ravisseurs. "Il est difficile de pointer du doigt un groupe en particulier", précise Manuel Lannaud. Certains ont incriminé l’ADF-Nalu, un groupe armé installé sur le territoire de Béni et qui combat le gouvernement ougandais "mais il existe de nombreux groupes armés", ajoute le responsable de MSF.

Médecins sans Frontières a suspendu ses activités sur le territoire de Béni en attendant la libération des quatre otages. L’ONG reste cependant en activité dans les autres territoires du Nord-Kivu.

Première publication : 08/04/2014

  • RD CONGO

    L'ONU frappe pour la première fois les rebelles ougandais au Nord-Kivu

    En savoir plus

  • Justice internationale

    RD Congo : Katanga reconnu coupable de complicité de crimes contre l'humanité

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE

    RD Congo : Kabila accusé de préparer un "coup d’État constitutionnel"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)