Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

EUROPE

L'armée ukrainienne déploie ses blindés près de la frontière russe

© FRANCE 24

Vidéo par Sébastien GOBERT , Gulliver CRAGG

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/04/2014

Alors que l'Ukraine est confrontée à une menace de sécession de l'est russophone, où les pro-russes ont réclamé leur rattachement à la Russie, Kiev a envoyé des troupes à la frontière. Reportage.

La tension est remontée d’un cran entre Kiev et Moscou, depuis que des manifestants pro-russes se sont emparés de bâtiments officiels, dimanche, dans plusieurs villes de l'est ukrainien. Ils ont également réclamé leur rattachement à la Russie.

Alors que, selon l'OTAN, des milliers de soldats russes restent stationnés le long de la frontière, le gouvernement ukrainien, lui, dit craindre une invasion de l’est du pays. En réaction, des troupes ukrainiennes ont été déployées dans ces régions frontalières.

Les correspondants de FRANCE 24, Gulliver Cragg et Sebastien Gobert, ont rencontré des soldats ukrainiens qui ont posté leurs blindés près de la frontière russe. Le commandant leur a demandé de ne pas révéler leur emplacement exact.

Cependant, ce déploiement militaire ne semble guère impressionner les habitants de la région, près de Karkhiv. "La Russie a l'armée la plus puissante du monde, à part l'OTAN - en fait je pense qu'elle est même plus forte que l'OTAN. Que peut faire l'Ukraine en comparaison ? Notre armée n'a ni l'équipement, ni les technologies...", confie Anatoly, propriétaire d'une datcha près du lieu où est stationnée la compagnie.

Pour ces les habitants, c’est sûr, il n'y aura pas d'invasion russe."En Crimée, les Russes ont protégé les gens contre les fascistes. C'est pour ça qu'ils ont envoyé l'armée. Ce n'est pas comme si Poutine avait décidé de s'en emparer. Ils lui ont demandé ! Ici, c'est différent, tout est calme et paisible", assure Lyubov, une villageoise.

En face, à peine trois kilomètres plus loin, c'est la Russie. À certains endroits, la ligne de démarcation n'est qu'un simple fil de fer et chaque villageois ukrainien a de la famille de l'autre côté de la frontière.

"Vous me demandez d'imaginer qu'il va y avoir une guerre, et que je dois tirer... Mon frère ou quelqu'un d'autre déboulerait de là-bas, et je lui tirerai dessus ? Jamais", promet Aleksandr, fermier.

 

Première publication : 08/04/2014

COMMENTAIRE(S)