Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

Drame du "Cercueil volant" et un riche couple sauve des migrants

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

  • Mort du PDG de Total Christophe de Margerie

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 au Qatar se jouera en hiver, tranche Blatter

    En savoir plus

  • Oscar de la Renta, le célèbre styliste des Premières dames, est mort

    En savoir plus

  • Yémen : l’irrémédiable ascension des Houthis, nouveaux maîtres de Sanaa

    En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

EUROPE

L'armée ukrainienne déploie ses blindés près de la frontière russe

© FRANCE 24

Vidéo par Sébastien GOBERT , Gulliver CRAGG

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/04/2014

Alors que l'Ukraine est confrontée à une menace de sécession de l'est russophone, où les pro-russes ont réclamé leur rattachement à la Russie, Kiev a envoyé des troupes à la frontière. Reportage.

La tension est remontée d’un cran entre Kiev et Moscou, depuis que des manifestants pro-russes se sont emparés de bâtiments officiels, dimanche, dans plusieurs villes de l'est ukrainien. Ils ont également réclamé leur rattachement à la Russie.

Alors que, selon l'OTAN, des milliers de soldats russes restent stationnés le long de la frontière, le gouvernement ukrainien, lui, dit craindre une invasion de l’est du pays. En réaction, des troupes ukrainiennes ont été déployées dans ces régions frontalières.

Les correspondants de FRANCE 24, Gulliver Cragg et Sebastien Gobert, ont rencontré des soldats ukrainiens qui ont posté leurs blindés près de la frontière russe. Le commandant leur a demandé de ne pas révéler leur emplacement exact.

Cependant, ce déploiement militaire ne semble guère impressionner les habitants de la région, près de Karkhiv. "La Russie a l'armée la plus puissante du monde, à part l'OTAN - en fait je pense qu'elle est même plus forte que l'OTAN. Que peut faire l'Ukraine en comparaison ? Notre armée n'a ni l'équipement, ni les technologies...", confie Anatoly, propriétaire d'une datcha près du lieu où est stationnée la compagnie.

Pour ces les habitants, c’est sûr, il n'y aura pas d'invasion russe."En Crimée, les Russes ont protégé les gens contre les fascistes. C'est pour ça qu'ils ont envoyé l'armée. Ce n'est pas comme si Poutine avait décidé de s'en emparer. Ils lui ont demandé ! Ici, c'est différent, tout est calme et paisible", assure Lyubov, une villageoise.

En face, à peine trois kilomètres plus loin, c'est la Russie. À certains endroits, la ligne de démarcation n'est qu'un simple fil de fer et chaque villageois ukrainien a de la famille de l'autre côté de la frontière.

"Vous me demandez d'imaginer qu'il va y avoir une guerre, et que je dois tirer... Mon frère ou quelqu'un d'autre déboulerait de là-bas, et je lui tirerai dessus ? Jamais", promet Aleksandr, fermier.

 

Première publication : 08/04/2014

COMMENTAIRE(S)