Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Zimbabwe : La fin de l'ère Mugabe

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : Scène de liesse à Harare après la démission de Robert Mugabe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Hortefeux : "Si le président prend de bonnes initiatives pour les collectivités, nous le dirons"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"La bataille des sexes" : l’égalité homme-femme en jeu

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le sort incertain des militaires transgenres

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Chancelière ch. partenaire, et plus si affinités"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement américain tente de bloquer la fusion AT&T - Warner Bros

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La chancelière chancelle"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Allemagne : le crépuscule d'Angela Merkel ?

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 09/04/2014

Législatives en Inde : le nationaliste Modi, un favori au bilan contrasté

© AFP

Les élections législatives indiennes pourraient porter au pouvoir Narendra Modi, dirigeant controversé du parti nationaliste hindou. Les envoyés spéciaux de FRANCE 24 se sont rendus dans son fief, l’État du Gujarat. Reportage.

Les élections législatives indiennes, plus grand scrutin jamais organisé dans le monde, ont débuté cette semaine. Sachant que près de 815 millions d’électeurs sont appelés à glisser leur bulletin dans l’urne, l’annonce officielle des résultats n’aura lieu que le 28 mai.
 
Et d’après les sondeurs locaux, le parti nationaliste hindou Bharatiya Janata Party (BJP) est le grand favori des élections. En cas de victoire, son chef Narendra Modi, qui a axé sa campagne sur sa capacité à gouverner l'Inde et sur la relance de l'économie, deviendra le prochain Premier ministre du pays.  
 
 
Chef de l'exécutif de l’État du Gujarat depuis 2001, son bilan économique est loué par les observateurs. En continuelle transformation, la région est en effet devenue l'un des principaux moteurs de la croissance indienne et constitue le meilleur argument de campagne de Narendra Modi.
 
Légende vivante aux yeux de ses partisans
 
Dans son fief, sa popularité est telle que nul n'en doute : l'enfant du pays sera bientôt Premier ministre de l'Inde. "On en est sûr à 100 % ! C'est le meilleur, il saura diriger ce pays comme personne, comme aucun des autres candidats", explique un partisan de "Modi" à FRANCE 24.
 
La longue ascension de Narendra Modi a commencé il y a 63 ans à Vadnagar, une petite ville rurale au nord du Gujarat, où l'homme politique est désormais une légende vivante. "Après l'école, il venait travailler dans la petite boutique de thé de son père, raconte M. Mehta, un représentant local du BJP. Modi sait ce qu'est une vie de privations, il comprend la pauvreté. Ce qu'il veut, c'est que personne ne s'endorme l'estomac vide. Regardez le parti au pouvoir ! Qui le dirige ? Le prince Rahul Gandhi [parti du Congrès, au pouvoir, NDLR], lui ne peut pas comprendre ce que signifie la pauvreté".
 
Jeune homme, "Modi" s'est enrôlé dans les RSS, l'organisation extrémiste des jeunes nationalistes hindous. Un groupe paramilitaire, dont est issu son parti politique, régulièrement accusé de violences contre la minorité musulmane comme à Ahmedabad, la grande ville du Gujarat.
 
Une personalité qui divise
 
En 2002, des émeutes intercommunautaires avaient couté la vie à près de 2 000 personnes, essentiellement des musulmans. À l’époque, "Modi" est le chef du gouvernement régional. La communauté internationale avait dénoncé sa passivité, mais il n'a pas été mis en cause par la justice. Depuis, les Indiens sont divisés sur sa personnalité.
 
À Ahmedabad, personne n'a oublié le massacre : Shaqueela a perdu huit membres de sa famille, tués sous ses yeux. "Cet endroit me rappelle toute la famille que j'ai perdue. C'est ici que nos enfants, des innocents, ont été brûlés vifs, confie-t-elle à FRANCE 24. Mes frères, ma mère ont tous été tués ici. C'est là aussi qu'ils ont jeté un bébé de deux mois dans les flammes". 
 
La tante de Shaqeela estime de son côté qu’un gouvernement digne de ce nom n'est pas censé faire la différence entre les hindous et les musulmans. "Modi a fait du bon boulot au Gujarat ? Qu'est ce qu'il a fait ? Une superbe ville, des ponts, des routes, des voitures, dit-elle Ça, c'est ce que tout le monde voit. Et nous ? Quelles sont les réelles actions qu'il a prises ? Les émeutes de 2002 ? Chaque homme, chaque femme, chaque enfant n'oubliera jamais ce qu'il s'est passé".
 
Shaqueela et toutes les femmes musulmanes du quartier n'ont jamais reçu de compensation. Aujourd'hui, elles ont le sentiment d'être les oubliées du Gujarat. Au delà de l'apparente réussite économique, les indicateurs de développement humain sur l'éducation ou la santé placent le Gujarat dans le bas de la liste des États Indiens. Pour les musulmans et les autres laissés pour compte, la question se pose : Narendra Modi parviendra-t-il à être le Premier ministre de tous les Indiens ?

 

Par FRANCE 24

COMMENTAIRE(S)

Les archives

21/11/2017 Donald Trump

Vidéo : aux États-Unis, le sort incertain des militaires transgenres

Aux États-Unis, en juillet dernier, Donald Trump a annoncé dans un tweet qu'il voulait interdire aux personnes transgenres de servir dans l'armée. Le président américain remet...

En savoir plus

20/11/2017 Mauritanie

Mauritanie : le typha, catastrophe écologique, se transforme en petit miracle

En Mauritanie, le typha fait des ravages. Cette plante invasive, qui ressemble au roseau, prolifère partout et détruit la faune et la flore. Mais certains lui ont trouvé une...

En savoir plus

17/11/2017 FRANCE

La République en marche à l'épreuve de la démocratie interne

La République en marche d'Emmanuel Macron va se doter d'une nouvelle direction à l'issue de son premier congrès à Lyon, samedi 18 novembre. Unique candidat, Christophe Castaner...

En savoir plus

16/11/2017 Moyen-Orient

Cameroun : l'Ambazonie, la République fantasmée des séparatistes anglophones

Ce pays n'existe pas mais, au Cameroun, une partie des anglophones sont déterminés à le rendre bien réel. En un an, ce qui n'était au départ qu'un mouvement de revendications...

En savoir plus

15/11/2017 Moyen-Orient

Proche-Orient : les groupes armés, point de crispation de la réconciliation interpalestinienne

Au Proche-Orient, selon les termes de l'accord de réconciliation signé le mois dernier entre le Fatah et le Hamas, l'autorité palestinienne doit reprendre le contrôle du secteur...

En savoir plus