Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Familles séparées : la grogne monte aux États-Unis

En savoir plus

L’invité du jour

Karine Tuil : "Romancière, je tente à travers l’observation de la société d’en décrypter la complexité"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Boeing : "Il faut maintenir le dialogue entre américains et chinois"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Grèce : un allègement de la dette se profile à l'Eurogroupe

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Donald Trump contraint de reculer sur les familles de sans-papiers"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Play it again, Cristiano Ronaldo"

En savoir plus

Le revirement de Donald Trump sur la question des enfants migrants séparés de leurs parents

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Taxes américaines sur l'acier : les mesures de rétorsion de l'UE entreront en vigueur le 22 juin

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ethiopie-Erythrée : une délégation érythréenne ira bientôt à Addis-Abeba

En savoir plus

FRANCE

Axelle Lemaire, sur les pas numériques de Fleur Pellerin

© AFP - Axelle Lemaire en compagnie du Président François Hollande à Londres en 2012

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 10/04/2014

La députée des Français d’Europe du Nord, Axelle Lemaire, a été nommée au poste de secrétaire d’État au numérique, occupé jusqu’à présent par Fleur Pellerin, très populaire dans le milieu des start-up françaises.

Pas facile de succéder à Fleur Pellerin. Axelle Lemaire a été nommée, mercredi 9 avril, secrétaire d’État au numérique du gouvernement de Manuel Valls. Sa prédécesseuse avait réussi à acquérir une popularité certaine dans le monde des nouvelles technologies. Lors du remaniement, un hashtag #KeepFleur avait même envahi Twitter.
La nomination d’Axelle Lemaire, sur les réseaux sociaux, semble avoir effacé la déception du départ de Fleur Pellerin, qui hérite, quant à elle, du poste de secrétaire d’État au Commerce extérieur. Les messages de félicitations enthousiastes sont, en effet, légion sur Twitter. Son arrivée au gouvernement a été salué par un autre hashtag, #WelcomeAxelle.

Cette jeune socialiste de 39 ans s’est d’ailleurs tournée vers le fameux réseau de micro-blogging pour se réjouir de sa nomination. “Très honorée d'être nommée secrétaire d’État au numérique. C'est une grande responsabilité, et un beau défi”, affirme celle qui a gagné depuis sa nomination plusieurs milliers de nouveaux abonnés à son fil Twitter.

Un défi qui, visiblement, lui plaît davantage que le poste de secrétaire d’État aux Français de l’étranger. Axelle Lemaire s’est, en effet, fait connaître du grand public, en 2012, en refusant par téléphone la proposition de François Hollande d’entrer au gouvernement de Jean-Marc Ayrault, pendant l’émission le Grand Journal de Canal +.

Proximité idéologique avec Fleur Pellerin

Mais elle n’est, bien sûr, pas que la femme qui dit "non" au Président. Née à Ottawa en 1974, cette Franco-Canadienne vit aujourd’hui à Londres et est multi-diplômée (Sciences-Po Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et King’s College de Londres). Cette juriste de formation s’est déjà frottée aux nouvelles technologies puisqu’elle est en charge du numérique à la Commission des affaires européennes à l’Assemblée nationale.

Ce n’est probablement pas la seule raison qui a poussé Manuel Valls à la nommer au poste de secrétaire d’État au numérique. Axelle Lemaire assume, en effet, une proximité idéologique avec Fleur Pellerin sur certaines questions. Elle a ainsi assuré, lors de sa nomination, que son action s’inscrirait dans “la continuité” de ce qui a été fait jusqu’à présent. La nouvelle secrétaire d’État a, tout comme Fleur Pellerin, souvent évoqué l’importance du tissu entrepreneurial. “Je n’ai pas une vision diabolisée de l’entreprise”, assurait-elle au quotidien “Le Monde” en 2012.

Sa grande différence avec Fleur Pellerin ? Elle a déjà connu une victoire électorale aux législatives en 2012 et, en tant que députée des Français d’Europe du Nord, elle a exercé un mandat électif avant d’entrer au gouvernement.quotidien “Le Monde” en 2012.

Première publication : 09/04/2014

  • FRANCE

    La ministre Fleur Pellerin veut ouvrir une école pour former de futurs patrons

    En savoir plus

  • INTERNET

    À Paris, Google veut flatter le monde de la culture avec son Lab

    En savoir plus

  • PORTRAIT

    Fleur Pellerin, digital girl

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)