Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"La France, bonne et mauvaise élève"

En savoir plus

DÉBAT

Netanyahou aux États-Unis : coup de froid entre Israël et la Maison Blanche

En savoir plus

DÉBAT

Boris Nemtsov assassiné : l'opposition russe punie ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : Bamako espère que les groupes du Nord signent l'accord de paix

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La France mise à l'index pour sa législation sur la fessée

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Grèce, Allemagne, Espagne… L'Agriculture européenne réformée

En savoir plus

ICI L'EUROPE

La France, principale bénéficiaire de la PAC

En savoir plus

FOCUS

Chine : vers de meilleures conditions pour les travailleurs migrants de Pékin

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vieux Farka Touré, le blues du désert

En savoir plus

FRANCE

Serge Dassault mis en examen pour soupçons d'achat de votes

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/04/2014

Le sénateur Serge Dassault, âgé de 89 ans, a été mis en examen jeudi 10 avril dans l'enquête sur des soupçons d’achat de votes à Corbeil-Essonnes, dont il fut maire de 1995 à 2009. L'ancien édile a toujours clamé son innocence.

L'industriel et sénateur UMP Serge Dassault a été mis en examen dans l'enquête sur les achats de votes présumés dans sa ville de Corbeil-Essonnes (Essonne), commune dont il fut le maire pendant quatorze ans, a-t-on appris de source judiciaire.

L'ancien édile, âgé aujourd'hui de 89 ans, a notamment été mis en examen pour achat de vote, complicité de financement illicite de campagne électorale et financement de campagne électorale en dépassement du plafond autorisé. Aucun contrôle judiciaire ne lui a été imposé, a ajouté la source. Contacté, l'entourage de Serge Dassault n'avait pas réagi. 
 
Le propriétaire du "Figaro" a toujours clamé qu’il n’avait "rien à se reprocher". Il avait d’ailleurs lui-même demandé la levée de son immunité parlementaire le 11 février pour pouvoir répondre aux accusations portées contre lui.
 
Pour rappel, Serge Dassault est soupçonné d'avoir mis en place un système clientéliste en 2008 en achetant les votes de l’électorat populaire pour garantir la paix sociale dans les quartiers sensibles de la ville. Le conseil d'État avait annulé son élection pour dons d'argent.
 
Avec AFP

Première publication : 10/04/2014

  • FRANCE

    Affaire Dassault : une liste de bénéficiaires présumés d'achats de voix

    En savoir plus

  • FRANCE

    Fin de garde à vue pour Serge Dassault, dans l'attente d'une convocation des juges

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'immunité parlementaire de Serge Dassault levée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)