Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls est-il capable de rassembler les socialistes ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'Organisation de l'Etat islamique perd la ville de Syrte, son fief en Libye

En savoir plus

FOCUS

Italie : la région désertée de Basilicate reprend vie grâce aux migrants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Richard Bona, l'un des bassistes les plus doués de sa génération

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'Italie entre dans une zone d'incertitude

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'échec de Renzi: avoir sous-estimé la brutalité sociale de sa politique"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La "castritude" selon Ségolène Royal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pierre Conesa : "L’Arabie saoudite a une diplomatie à deux facettes"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"La Turquie ne peut pas se passer de l'Europe"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comment les artistes nous racontent-ils le monde ? Nous recevons les cinéastes, les écrivains, les photographes ou encore les musiciens qui font l’actualité en France et à l’étranger. Du lundi au vendredi, à 12h15.

Dernière modification : 10/04/2014

Jean Hatzfeld, de retour au Rwanda aux côtés d'Englebert

Depuis près de quinze ans, le journaliste et écrivain Jean Hatzfeld ne cesse de raconter le génocide rwandais. Il a déjà consacré trois récits à cette tragédie et publie "Englebert des collines", le témoignage poignant d'un rescapé du génocide.

A l’occasion de la sortie de son dernier ouvrage, chez Gallimard, et de la parution en version compilée de ses trois précédents récits sur le génocide rwandais, au Seuil, il revient avec Axelle Simon sur les récits de ces hommes et de ces femmes qui témoignent de leur passé et de leur vie à Nyamata, une des régions où les massacres ont été les plus massifs, devenue aujourd’hui un lieu de mémoire.

France 24 : Lors des commémorations des 20 ans du génocide organisées à Kigali, le président rwandais Paul Kagame a eu des mots durs envers la France. Qu’en avez-vous pensé ?

Jean Hatzfeld : La France est un peu responsable de ces accusations, sur lesquelles je n’ai d’ailleurs pas d’idées précises. Son tort est de ne pas accepter de regarder plus sereinement cet épisode – assez court - de son histoire. Si elle le faisait, elle s’apercevrait sans doute que ce n’est pas si terrible que ça. Cela éviterait toutes ces rumeurs, ces crispations et cette réaction assez violente du président rwandais. Que ce soit avec l’Algérie, avec l’Occupation, la France a toujours eu du mal à se retourner sur son passé.

"Englebert des collines" fait le récit d’un rescapé du génocide. Comme l’avez-vous rencontré ?

Englebert est un ami, un monsieur de 66 ans que j’ai rencontré dans son village il y a 15 ans. Ce jour-là, il m’a interpellé en me parlant de l’Olympique de Marseille. Ce n'était pas facile à cette époque. J’étais français et journaliste, les gens étaient méfiants. Englebert était en haillons. Il sentait mauvais, il était alcoolisé. Puis, d’un coup, il s’est mis à me parler "Des fleurs du mal" de Baudelaire.

Englebert refusait de parler du génocide auquel il a réchappé en vivant cinq semaines dans les marais. Puis l’année dernière, cela a changé. Il s’est mis à parler de son enfance et à parler de son expérience. Il refuse de faire des efforts pour tourner la page. Il ne veut pas retrouver la vie de haut fonctionnaire qu’il avait avant. Il considère que sa vie est cassée et il l’assume.

"Englebert des collines" est votre quatrième récit sur le génocide rwandais. Est-ce un sujet inépuisable ?

La différence entre un génocide et une guerre, c’est qu’on n’a pas de réponse aux questions. On pose des questions, qui amènent des réponses, qui amènent elles-mêmes de nouvelles questions. C’est sans fin. En fait, le mystère derrière tout cela c’est qu’on ne comprend pas l’idée de l’extermination.

Le récit se déroule dans la région de Nyamata, au sud de Kigali, où cohabitent bourreaux et survivants. Comment cela se passe-t-il ?

Les gens cohabitent, discutent, partagent la boisson au cabaret, se retrouvent au match de foot, au dispensaire, dans des associations de parents d’élèves. Bref, la vie a repris. Mais si on reste un peu plus longtemps, on se rend compte qu’il y a un souci. Ils sont incapables de parler de ce qu’il s’est passé en 1994. Les Tutsis en parlent entre eux, les Hutus en parlent entre eux, mais ils sont incapables d’en parler entre Tutsis et Hutus. C’est vertigineux. Qu’ils aient été tueurs, fils de tueurs, ou rescapés, ils ne peuvent pas en parler.

Une réconciliation est-elle possible ?

L’héritage sera difficile pour les enfants parce que l’Histoire n’est pas racontée de la même façon au sein des deux ethnies. Il est plus facile de raconter dans une famille tutsie ce qu’il s’est passé et de dire pourquoi son père ou son oncle a été tué. Il est en revanche beaucoup plus difficile de raconter dans une famille hutue pourquoi son père ou son oncle a tué. Ces jeunes grandissent avec deux histoires différentes et quand ils se retrouvent à l’école, c’est un problème entre eux.

Par Axelle SIMON

COMMENTAIRE(S)

Les archives

05/12/2016 Culture

Richard Bona, l'un des bassistes les plus doués de sa génération

Amobé Mevegue reçoit le bassiste et chanteur camerounais Richard Bona, des musiciens les plus demandés de la planète. Trois ans après "Bonafied", il revient un nouvel album,...

En savoir plus

02/12/2016 Culture

Hommage à Ousmane Sow, l'artiste des ethnies

Dans ce numéro de "À l’Affiche", le sculpteur sénégalais Ousmane Sow, immense artiste décédé le 1er décembre, est à l'honneur. Nous revenons aussi sur les 70 ans de carrière du...

En savoir plus

01/12/2016 Culture

Olivia Ruiz, plus sensuelle que jamais dans "A nos corps-aimants"

Voix mutine, regard pétillant et caractère explosif... Depuis quinze ans, Olivia Ruiz et son imaginaire rythment la scène musicale française. Elle est notre invitée, à l’occasion...

En savoir plus

30/11/2016 Cinéma

"Sully", ça plane pour Eastwood !

Louise Dupont et Thomas Baurez reviennent sur la sortie de « Sully ». Clint Eastwood a choisi Tom Hanks pour incarner ce pilote qui sauva 155 passagers en amerrissant sur...

En savoir plus

29/11/2016 Culture

Jean-Charles de Castelbajac, une vie de mode et de rock’n’roll

Il a habillé le pape, Lady Gaga ou encore Diane Keaton, dans "Annie Hall" de Woody Allen. Il a aussi illustré le Petit Larousse et éclairé de néons la statue d'Henri IV à Paris....

En savoir plus