Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Afrique

Le Franco-Rwandais Claude Muhayimana arrêté et écroué en France

© AFP | Claude Muhayimana (à gauche) | AFP |

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/04/2014

La justice française a interpellé, mis en examen et écroué le Franco-Rwandais Claude Muhayimana, recherché dans le cadre d'une enquête sur sa participation présumée dans le génocide du Rwanda en 1994.

Recherché par Kigali pour sa participation présumée au génocide en 1994, le Franco-Rwandais Claude Muhayimana a été interpellé à Rouen, mis en examen et écroué dans la nuit de mercredi à jeudi 10 avril.

"Cela me paraît aberrant qu'il ait été placé en détention provisoire alors qu'il a des garanties de représentation. Je m'étonne beaucoup de l'activation de ce dossier en pleine commémoration du génocide au Rwanda", a tempêté l'avocat de Claude Muhayimana, Me Philippe Meilhac.

Son client "a répondu devant toutes les juridictions qui l'ont convoqué et il y en a beaucoup", a déclaré l'avocat dont le client a obtenu la nationalité française en 2010.

Cette mise en examen, menée dans le cadre d'une information judiciaire ouverte en juin, intervient après le refus en février de la Cour de cassation d'extrader ce quinquagénaire, que Kigali accuse d'avoir participé aux tueries de 1994.

Accusé de crimes dans la ville de Kibuye

L'enquête visant Claude Muhayimana fait suite à une plainte déposée début juin par le Collectif des parties civiles pour le Rwanda (CPCR), une organisation traquant les génocidaires présumés. Le CPCR accuse notamment M. Muhayimana de crimes dans la ville de Kibuye, dans l'ouest du pays, et ses alentours.

Les relations entre la France et le Rwanda traversent actuellement une nouvelle crise après des affirmations du président Paul Kagame sur l'implication de la France dans le génocide de 1994 qui a fait 800 000 morts en trois mois.

Le Rwanda avait pris "acte avec regret" du refus de la Cour de cassation de rejeter l'extradition de Claude Muhayimana et de deux autres Rwandais que sa justice réclamait. Cette décision consacrait aux yeux de l'ambassade du Rwanda en France "une nouvelle fois l'impunité" dont bénéficient des "personnes vivant sur le territoire français" et auxquelles "il est reproché d'avoir participé au génocide des Tutsi au Rwanda en 1994".

Contrairement à plusieurs pays comme le Canada ou la Norvège, la France n'a jamais extradé de génocidaires rwandais présumés. Plus d'une vingtaine d'enquêtes sont cependant en cours au pôle crimes contre l'humanité du tribunal de grande instance de Paris sur des Rwandais soupçonnés d'avoir participé aux tueries de 1994.

En mars, pour la première fois, la justice française avait condamné un Rwandais, Pascal Simbikangwa, pour sa participation au génocide. Il s'est vu infliger une peine de 25 ans de réclusion. Il a fait appel.

Avec AFP

Première publication : 10/04/2014

  • FRANCE - JUSTICE

    Génocide rwandais : Pascal Simbikangwa condamné à 25 ans de prison

    En savoir plus

  • GÉNOCIDE RWANDAIS

    "L'opération Turquoise au Rwanda était offensive avant d'être humanitaire"

    En savoir plus

  • WEBDOC

    "Rwanda, portraits du changement", la difficile réconciliation du monde rural

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)