Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

Economie

Succès pour le retour de la Grèce sur les marchés financiers

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 10/04/2014

Athènes a réussi à lever trois milliards d'euros grâce à sa première émission de dette sur les marchés financiers depuis 2010. Un succès incontestable qui ne doit pas masquer les problèmes économiques persistants du pays.

Retour gagnant. La Grèce n'a eu aucun mal à trouver, jeudi 10 avril, des investisseurs privés prêts à souscrire à son émission de dette. Athènes a ainsi pu lever trois milliards d'euros à l'occasion du lancement de son premier emprunt obligataire à cinq ans depuis le début de la crise grecque en 2010. Ce succès, salué par tous, a cependant été terni par l'explosion, dans la matinée, d'une bombe dans les rues de la capitale.

L'incident n'a, toutefois, pas empêché le Premier ministre grec, Antonis Samaras, de saluer la "confiance incontestable" retrouvée de son pays auprès des marchés financiers. Pour le chef du gouvernement, ce test hautement symbolique a été passé avec d'autant plus de brio que le taux d'intérêt imposé par les investisseurs ne s'élève qu'à 4,5 %. Une bagatelle comparée au taux de plus de 10 % qui étaient infligés à la Grèce peu avant qu'elle ne soit obligée de demander, à l'été 2010, une première aide internationale pour éviter la faillite.

Le retour sur les marchés est "le résultat des sacrifices du peuple grec", a poursuivi Antonis Samaras. C'est la démonstration de "la capacité du pays à sortir de la crise plus vite que prévu", a-t-il conclu alors que la Grèce vient de connaître six ans de récession sans interruption.

Il reste "beaucoup à faire"

Christine Lagarde, la directrice du Fonds monétaire international (FMI), s'est jointe aux concerts d'applaudissements. La levée de fonds sur les marchés financiers prouve que "la Grèce va dans la bonne direction", a-t-elle affirmé. La patronne de l'un des trois principaux bailleurs de fonds d'Athènes (avec la Banque centrale européenne et l'Union européenne) a, cependant, voulu calmer un peu les ardeurs triomphalistes. Il reste, d'après Christine Lagarde, "beaucoup à faire" pour remettre le pays sur pied.

Des trois États de la zone euro emportés par la crise des dettes souveraines, la Grèce est encore le plus mal en point. L'Irlande et le Portugal, qui ont tous les deux déjà retrouvé le chemin des marchés financiers, n'ont certes pas encore des taux de croissance flamboyants mais peuvent espérer, en 2014, une hausse d'au moins de 1% de leur PIB. Athènes en est encore loin. "Les prévisions les plus optimistes tablent sur 0,4 % de croissance en 2014", indique Céline Antonin, économiste à l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) et spécialiste de la Grèce.

Surtout, la Grèce affiche une dette publique équivalente à 170 % de son PIB en 2013. Le retour sur les marchés financiers va entraîner une augmentation de cet endettement car "la faible croissance ne permet pas de la réduire", précise Céline Antonin. Pour la faire baisser, Athènes n'a que deux solutions : soit continuer à couper dans les dépenses publiques, c'est-à-dire infliger de nouvelles cures d'austérité aux Grecs, soit faire défaut sur une partie de sa dette. Deux perspectives qui n'ont rien de réjouissant.

Première publication : 10/04/2014

  • UNION EUROPÉENNE

    En quête de souveraineté, la Grèce réinvestit les marchés financiers

    En savoir plus

  • AGROALIMENTAIRE

    En Grèce, la tempête politique se cache dans un verre de lait

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    La Grèce à la tête de l’UE, une présidence inutile ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)