Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La Grèce de nouveau au menu de l'Eurogroupe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le croque-mort se rebiffe"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Reding : "Si l’Europe ne joue pas, ce sont les autres qui vont nous imposer leurs règles"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE-Canada : un traité de libre-échange indispensable ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : 6ème anniversaire du début de la Révolution

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Impasse politique en RD Congo : Léonard She Okitundu est l'invité du Journal de l'Afrique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Made for sharing" : avis partagés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Corée du Nord : que recherche Kim Jong-Un ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Donald Trump : un mois à la Maison Blanche et une série de mesures

En savoir plus

EUROPE

Des tasses à l'effigie d'Hitler vendues par erreur en Allemagne

© Twitter @BILD_News

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/04/2014

Un magasin de meubles allemand a vendu par erreur un lot de tasses - fabriquées en Chine - à l'effigie d'Adolphe Hitler. Le portrait de l'ancien dictateur nazi figurait discrètement sur un timbre à l'arrière plan du récipient.

C'est une cliente qui a fait l'improbable découverte, cette semaine, au petit déjeuner. Alors qu'elle examinait sa tasse, Agnes.T - le nom a été changé - n'a pas pu croire ce qu'elle voyait. Sur le récipient nouvellement acheté était peint un timbre à l'effigie d'Hitler. Le tout agrémenté d'une croix gammée et légèrement caché derrière des décorations florales.

Ironie de l'histoire, c'est un magasin de meubles allemand qui a commercialisé les malheureuses tasses... La presse a révélé ce fait divers jeudi 10 avril. Le gérant qui a déploré un événement "épouvantable dû à une 'série déplorable d'erreurs malheureuses'", a immédiatement retiré de la vente le lot de 5 000 tasses à café fabriquées en Chine. Il propose également de reprendre les 175 exemplaires déjà écoulés au prix de trois euros, en échange d'un bon d'achat de 20 euros.

Le magasin en question refuse de porter la responsabilité de cet incident. La boutique a expliqué qu'elle souhaitait une décoration "vintage" pour ses tasses et qu'elle avait suggéré à son fabricant d'utiliser le portrait de personnalités telles que Goethe ou Schiller. Mais le fournisseur chinois aurait utilisé le portrait de l'ancien chancelier du IIIe Reich sans savoir qui il était...

Avec AFP

Première publication : 11/04/2014

COMMENTAIRE(S)