Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début des audiences de Charles Blé Goudé devant la CPI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba, invité du Journal de l'Afrique !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

En savoir plus

  • En direct : suivez le match PSG - FC Barcelone

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, décapité en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Manifestations à Hong Kong : Pékin prive les Chinois d’informations sur Internet

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

Afrique

Égalité des sexes : "L’Algérie se cherche toujours" (1/2)

© Assiya Hamza / FRANCE 24 | La place Audin à Alger

Texte par Assiya HAMZA , envoyée spéciale en Algérie

Dernière modification : 15/04/2014

Alors que les Algériennes tendent à s’émanciper par le travail, la société peine à leur accorder les mêmes droits qu’aux hommes. Un écueil hérité de des années 90, la décennie noire. Portraits croisés (1/2).

Elles font vivre l’Algérie. Pompistes, serveuses, médecins, magistrats…ces dix dernières années, les Algériennes se sont progressivement imposées sur le marché du travail. D’après l’Office national des statistiques, le taux d’activité des femmes a crû de 37 % entre 2000 et 2014. Elles représentent désormais 16,6 % de la population active.

Pourtant, les Algériennes peinent à faire évoluer les mentalités. Bien que l'article 29 de la Constitution  affirme que les citoyens sont égaux "sans que puisse prévaloir aucune discrimination pour cause de naissance, de race, de sexe, d'opinion", l'Assemblée populaire nationale (APN) a adopté, en 1984, un code de la famille qui fait de la femme une mineure à vie.

Puis dans les années 90 c'est la montée de l'islamisme. En 1992, après l’arrêt du processus électoral remporté par le Front islamique du salut et l’interdiction du parti, l’Algérie bascule dans le terrorisme. Surnommée "la décennie noire", la période est marquée par la sanglante confrontation de l’État algérien avec les groupes islamistes armés.

FRANCE 24 a rencontré quatre femmes de la société civile qui se battent pour faire évoluer les mentalités. À travers leurs parcours, elles illustrent une Algérie en mouvement, toujours en quête de plus d’égalité.

Yasmina Taya, 64 ans, consultante et présidente d’honneur de la Seve

Yasmina Taya a été la première femme à prendre la tête d'une fédération professionnelle en Algérie. © Assiya Hamza / FRANCE 24

À 64 ans, Yasmina Taya a vécu plusieurs vies. Après avoir fondé avec son mari une entreprise de boissons gazeuses en 1978, c’est seule qu’elle se lance dans l’exportation de la pêche de lac huit ans plus tard. "Il fallait oser. Non seulement j’étais une femme dans le secteur de la pêche mais en plus j’exportais, raconte-t-elle. À l’époque, vendre quelque chose à des pays à l’extérieur était presque considéré comme une trahison". Mais la jeune femme s’accroche. Et s’impose. Yasmina devient alors la première femme à prendre la tête d’une fédération professionnelle, celle de la pêche en lac. La mère de famille voyage partout dans le pays. "La première fois que j’ai franchi le seuil d’un hôtel, le réceptionniste a tout fait pour me dissuader de prendre une chambre. Il m’a demandé de payer en liquide, de verser une caution… Même dans ce palace, une femme seule était mal vue. Mais je ne suis pas partie".

Yasmina commence alors à militer pour que "la société algérienne ne soit pas amputée de la moitié de sa richesse". En 1993, elle décide de promouvoir les femmes chefs d’entreprise en créant l’association Seve, Savoir et vouloir entreprendre. Son but ? Aller voir les femmes et les inciter à fonder leur propre entreprise. "Ce n’était pas une période facile. C’était un acte de courage en cette période de terrorisme et nous avons d’ailleurs toutes été condamnées à mort par le Groupe islamiste armé", souligne la consultante. Mais qu’importe. Aujourd’hui, l’association compte 200 adhérentes. Ces chefs d’entreprise représentent tous les corps de métier, y compris ceux habituellement associés aux hommes comme les pièces détachées. "Nous visitons les régions en ciblant tout particulièrement les universités en fin de cycle. Paradoxalement, les étudiantes sont plus difficiles à convaincre que les femmes ayant un savoir-faire dans le monde rural".

Le virus des affaires, Yasmina Taya l’a transmis à ses deux filles. Et, même si l’époque a changé, les mentalités n’ont, elles, pas évolué. "La première fois que ma fille architecte a mis les pieds sur un chantier de construction, elle a été sifflée, raconte-t-elle. Il lui a fallu faire ses preuves, mais lorsqu’on s’est rendu compte de ses compétences, elle a été respectée". Le travail a libéré la femme en lui apportant une autonomie financière mais il faut désormais lui accorder le même statut.

Nawel Boudjeltia, 46 ans, chef d’entreprise

Nawel Boudjeltia a monté son entreprise de communication en 2010. © Assiya Hamza / FRANCE 24

Nawel Boudjeltia fait partie des jeunes pousses de la Seve. Cette Algéroise de 46 ans, originaire de Chlef, à 200 km au sud-ouest d'Alger, a créé son entreprise de communication et conception graphique en 2010. Pourtant, rien ne la prédestinait à embrasser cette carrière. "J’ai commencé des études à l’Institut national de l’agronomie mais j’ai dû arrêter pendant la décennie noire". La jeune femme se tourne alors vers le secteur bancaire. "Je me suis rendu compte qu’il y avait un énorme problème de communication au sein de la banque et que tout était à faire".

La jeune femme décide de démissionner et d’ajouter quelques cordes à son arc avant de s’engouffrer sur cette voie. "Je me suis mise à l’informatique et à l’anglais. Ce n’était pas facile de jongler avec les études et la vie de famille car à l’époque mes trois enfants étaient en bas-âge". En 2006, Nawel passe avec brio son DESS de communication. C’est alors qu’elle a le déclic et refuse une proposition d’embauche pour se mettre à son compte. "J’avais peur mais je ne supportais plus d’être salariée. Je ne voulais plus subir la hiérarchie".

À l’époque, sa démarche n’est pas au goût de tout le monde. Alors que son mari est réticent à la voir se lancer dans les affaires, le père de Nawel lui offre un soutien inconditionnel. "Il m’a toujours encouragée dans tous les domaines, souligne-t-elle. Désormais patronne d’un salarié, Nawel n’a "aucun regret même si c’est dur. La concurrence est féroce mais on y arrive quand même".

Et elle ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Nawel veut revenir à ses premières amours : la terre. D’ici 2015, elle devrait donc se lancer dans la production d’aliments pour bétail et engraissement à Ghardaïa.

Cliquez ici pour lire le deuxième volet de ce reportage

Première publication : 12/04/2014

  • PRÉSIDENTIELLE ALGÉRIENNE

    En images, dans les bidonvilles : "On n’est pas des Algériens"

    En savoir plus

  • ALGÉRIE

    Présidentielle algérienne : "La situation est explosive"

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE ALGÉRIENNE

    Interdit de candidature, l'islamiste Ali Belhadj attend son heure

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)