Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses du palais de l'Élysée

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : quelle est l'influence de l'extrême droite ?

En savoir plus

TECH 24

IFA 2015 : retour vers le futur

En savoir plus

MODE

Quand la lingerie triomphe !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : avec les migrants face au "rideau de fer" hongrois

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Alcatel-Lucent : le parachute doré de Michel Combes fait polémique

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Réforme du droit du travail : premier test pour Myriam El Khomri

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Le Berry, patrie de George Sand

En savoir plus

#ActuElles

Féministes et sexy : ces icones pop qui bousculent les lignes

En savoir plus

Afrique

Reportage : "les anti-balaka font pire que la Séléka"

© Capture d'écran FRANCE 24

Vidéo par Tatiana MOSSOT , James ANDRE

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/04/2014

Alors que la Centrafrique attend l'arrivée de 12 000 casques bleus en septembre, les soldats de la Misca tentent de sécuriser le pays et d'empêcher les anti-balaka de terroriser la population musulmane. Reportage.

Au lendemain de l'annonce du déploiement dans cinq mois de 12 000 casques bleus, la situation reste extrêmement tendue en Centrafrique, où les violences entre milices anti-balaka et les ex-Séléka n’ont pas cessé malgré la présence de la Misca.

Sur l’une des principales routes qui relie Bangui à Bossangoa, à une soixantaine de kilomètres de la capitale, une brigade de la force africaine s’apprête à démanteler un barrage d'anti-balaka, une milice chrétienne. Les soldats ont repéré que les miliciens détenaient des armes.

Les anti-balaka "prennent la population en otage"

Les moyens d'attaque sont rudimentaires, mais ils suffisent à intimider les voyageurs. Les armes sont aussitôt confisquées par les soldats tandis que le capitaine de la brigade met la main sur un carnet de comptes, preuve irréfutable du racket auquel se livre l’un responsable du check point. L’homme, pris en faute, est arrêté sur le champ.

Au même moment l'évêque de Bossangoa, Mgr Nestor Désiré Nongo Aziagbia, qui rentre dans son diocèse, stoppe son convoi pour tenter une médiation et rassurer les villageois. "Je sais qu'ils ont peur, explique le prélat. Ils ont mené une bataille pour la bonne cause. Mais maintenant ils font pire que la Séléka et ils prennent la population en otage".

Des miliciens chrétiens de Centrafrique bloquent les routes vers le Cameroun pour empêcher les fuyards musulmans de trouver refuge à l'étranger, les obligeant ainsi à prendre des chemins détournés dans la brousse. Ces réfugiés mettent parfois deux ou trois mois pour atteindre la frontière camerounaise, épuisés et affamés.

En moyenne, 10 000 réfugiés, surtout des femmes, des enfants et des vieillards, franchissent chaque semaine la frontière camerounaise en provenance de Centrafrique. Depuis le début de l'année, ils ont été au total près de 70 000, selon les chiffres du HCR.
 

Première publication : 12/04/2014

  • RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

    Fabius salue l'envoi de 12 000 casques bleus en Centrafrique

    En savoir plus

  • RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

    Centrafrique : l'ONU autorise l'envoi de près de 12 000 Casques bleus

    En savoir plus

  • EXCLUSIF

    Retrait des soldats tchadiens : "Les musulmans de Centrafrique sont inquiets"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)