Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Se battre pour les cendres pour étouffer la braise"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les peoples et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

FOCUS

États-Unis : les prisons californiennes surpeuplées

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Russie sanctionnée

En savoir plus

DÉBAT

Moscou sanctionnée par l'UE : Poutine peut-il plier ?

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : "Il faut les aider à rester dans leur pays"

En savoir plus

SUR LE NET

Conflit à Gaza : des célébrités créent la polémique

En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • L'Argentine de nouveau en défaut de paiement

    En savoir plus

  • Ces politiques qui ne jurent plus que par Jean Jaurès...

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

  • Lille s'impose à Zurich et entrevoit la qualification pour les barrages

    En savoir plus

  • Nigeria : nouvel attentat-suicide perpétré par une femme à Kano

    En savoir plus

  • Ebola : "Les personnes traitées rapidement peuvent en guérir"

    En savoir plus

  • Transferts : deux champions du monde français signent en Inde

    En savoir plus

  • Nemmouche inculpé pour “assassinat dans un contexte terroriste”

    En savoir plus

  • Paris évacue des ressortissants français et britanniques de Libye

    En savoir plus

  • Résultats encore décevants pour Nintendo

    En savoir plus

EUROPE

Ukraine : à l’ONU, Moscou accusé de masser des troupes à la frontière

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/04/2014

Réuni dimanche à la demande de Moscou, le Conseil de sécurité de l’ONU a confirmé les antagonismes sur la crise ukrainienne entre Russes et Occidentaux. La Russie aurait massé entre 35 000 et 40 000 soldats bien équipés près de la frontière.

Dans la nuit de dimanche à lundi, le Conseil de sécurité des Nations unies s’est réuni en urgence pour évoquer la situation dans l'est de l’Ukraine. Convoquée par Moscou, cette réunion a rappelé l’incapacité actuelle des Occidentaux à prendre des mesures concrètes en raison des positions opposées avec la Russie. Les membres du Conseil ont accusé la Russie de préparer dans l’est de l’Ukraine une intervention analogue à celle de la Crimée ; la Russie a accusé Kiev de russophobie.

"Les images satellitaires montrent qu’il y a entre 35 000 et 40 000 soldats russes aux abords de la frontière avec l’Ukraine équipés d’avions de combat, de chars, d’artillerie et d’unités de soutien logistique", a déclaré l’ambassadeur du Royaume-Uni, Mark Lyall Grant, lors de la réunion du Conseil. "Cela s’ajoute aux 25 000 militaires russes basés illégalement en Crimée", a ajouté l’ambassadeur. Son homologue français, Gérard Araud, est allé dans le même sens.

L’ambassadeur de Russie auprès des Nations unies, Vitali Tchourkine, a quant à lui estimé que de "nombreuses accusations erronées avaient été faites contre la Russie." Il a accusé le gouvernement de Kiev d’être responsable de l’agitation qui règne dans le sud-est de l’Ukraine et déclaré que la menace d’intervention militaire du gouvernement ukrainien dans la région constituait "un usage criminel de la force".

Kiev a lancé une "opération antiterroriste" dans l’est

Le président ukrainien Olexander Tourtchinov a annoncé dimanche avoir déclenché une "opération antiterroriste à grande échelle" dans l’est de l’Ukraine avec la participation des forces armées. Selon lui, la Russie mène une guerre contre l'Ukraine et continue de semer le désordre dans l'est du pays, où, depuis samedi, des séparatistes armés ont mené plusieurs opérations dans des villes comme Donetsk, Sloviansk, Kramatorsk ou Marioupol.

>> À lire également sur FRANCE 24 : Après les combats à l'est, Kiev dénonce une agression de la Russie. 

"Du sang a été versé dans la guerre que la Russie mène contre l'Ukraine. L'agresseur ne va pas s'arrêter là, il continue d'organiser des émeutes dans l'est de l'Ukraine. Ce n'est pas une guerre entre Ukrainiens, c'est une situation de confrontation créée de toute pièce, dont le but est d'affaiblir, de détruire l'Ukraine", a déclaré le président ukrainien à la télévision.

Olexander Tourtchinov a posé un ultimatum, donnant jusqu'au lundi 14 avril, 6h00 locales (8h à Paris), aux séparatistes de l'est pour déposer les armes. Il a promis l'impunité à tout opposant qui rendrait les armes en temps et en heure.

Moscou a sommé les autorités de Kiev de cesser "la guerre contre leur propre peuple"."La responsabilité d'éviter une guerre civile en Ukraine incombe désormais aux Occidentaux", avait déclaré le ministre russe des Affaires étrangères dans un communiqué, appelant l'Occident à "maîtriser" ses alliés ukrainiens.

Deux morts dans les affrontements

À l'est de l'Ukraine, la situation s'est dégradée rapidement depuis samedi et les affrontements entre forces loyalistes et séparatistes ont été mortels. À Sloviansk, un agent du service de la sécurité d’État ukrainienne (SBU) et un militant pro-russe ont été tués dans un assaut "antiterroriste" lancé, dimanche 13 avril, par les forces ukrainiennes pour reprendre le contrôle de la ville de l'est de l'Ukraine aux mains depuis la veille des militants pro-russes. Ces derniers s’étaient emparés du QG de la police locale et du siège de la SBU.

Cinq autres personnes ont été blessées, a déclaré le ministre ukrainien de l’Intérieur Arsène Avakov sur sa page Facebook. Un militant pro-russe, Nikolaï Solntsev, interrogé par l’agence de presse RIA a confirmé de son côté qu’il y avait deux blessés dans les rangs des séparatistes.

Le ministre Arsène Avakov a, en outre, invité tous les civils à quitter le centre de Sloviansk, à ne pas sortir de leurs appartements et à ne pas s'approcher des fenêtres. Il a également fait mention de coups de feu dans la ville, ce que n'a pas pu confirmer un reporter de Reuters sur place.

L’Ukraine dénonce une "agression" russe

Samedi soir, le ministre avait dénoncé une "agression" russe. "Les autorités ukrainiennes considèrent les événements de ce jour comme une agression extérieure de la Fédération de Russie", écrit le ministre. Il affirme que les assaillants ont utilisé "des armes de fabrication russe AK100", dans la province de Donetsk, frontalière de la Russie.

La journée du 12 avril a été, en effet, émaillée de combats dans cette partie russophone de l’Ukraine. Sloviansk, Krasny Liman, Kramatorsk, Louhansk ou encore Donetsk ont été en proie à des coups de force de groupes pro-russes qui se sont emparés de bâtiments officiels.

Avec AFP et Reuters

 

Première publication : 13/04/2014

  • UKRAINE

    Après des combats à l'Est, Kiev dénonce une "agression" de la Russie

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Vidéo : "On a sorti la caméra et la police russe nous a arrêtés"

    En savoir plus

  • UKRAINE

    À l'Est, Kiev tente d'éviter un nouveau scénario criméen

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)