Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Rio c'est parti, Lille c'est fini !

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mort d'Adama Traore : la troisième autopsie n'aura pas lieu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkini : le Conseil d'état tranche, le débat politique continue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

L'offensive turque en Syrie - Arrêté anti-burkini suspendu

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les secrets de l'Hôtel des Invalides

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Fiscalité, épargne, travail : les promesses économiques du candidat Sarkozy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le patriotisme économique prôné par Montebourg peut-il fonctionner ?

En savoir plus

FOCUS

Présidentielle au Gabon : bataille électorale à Port-Gentil

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Le golfe de Porto, un paradis entre terre et mer

En savoir plus

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

REVUE DE PRESSE

REVUE DE PRESSE

Dernière modification : 14/04/2014

"Laisse faire et je t'envahis, résiste et je t'envahis aussi"

© France 24

Presse internationale, Lundi 14 avril 2014. Au menu de cette revue de presse, l’escalade des tensions dans l’est de l’Ukraine.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook.
 
La presse internationale revient largement ce matin sur la riposte de Kiev aux séparatistes de l’est de l’Ukraine.
 
«La bataille pour l’Ukraine a fait couler le sang» - à la Une du Independent, l’image de ces troupes qu’on a vu s’emparer de différents points stratégiques de plusieurs villes de l’est de l’Ukraine - des hommes en plein assaut qui se présentent comme des séparatistes pro-russes, et que Kiev accuse d’être des soldats russes.
 
On les retrouve, au repos, à la Une du journal belge Le Soir, qui évoque «le spectre de la guerre civile» en Ukraine - des mots qu’a employés le porte-parole du ministère des Affaires étrangères russe, au moment où la Russie a annoncé vouloir porter le problème devant le conseil de sécurité de l’ONU.
 
Le problème de l’est de l’Ukraine est également à la Une du site du magazine allemand Der Spiegel. L’Allemagne avait tenté de faire entendre raison à Poutine à-travers la médiation d’Angela Merkel, avant de jeter l’éponge.
 
Du côté de la presse russe, on dénonce la décision de Kiev d’intervenir, avec, toujours, ces accusations de «fascisme». «Fasciste», le gouvernement de Kiev, «anti-fascistes», ces hommes en uniforme qui ont pris d’assaut l’est de l’Ukraine - voilà le monde en noir et blanc tel que le décrit La Pravda. «La vérité sur l’Ukraine, c’est que dans n’importe quel pays civilisé, le président élu reste au pouvoir jusqu’à la fin de son mandat. Les électeurs décident ensuite, ou non, de le reconduire. Mais ils décident avec des bulletins de vote, pas avec des fusils». La Pravda parle du nouveau gouvernement issu de Maïdan comme d’une «junte fasciste qui a pris le pouvoir en prenant en otage le parlement», un «putsch», soutenu par l’Ouest et «le lobby juif aux Etats-Unis», qui devrait «avoir honte de soutenir les fascistes ukrainiens». Le journal russe invite les médias occidentaux à dire la vérité plutôt qu’à répéter des «mensonges russophobes».
 
Pour The Kiev Post, ces accusations seraient avant tout le résultat de la propagande de Vladimir Poutine. Le journal ukrainien reprend ce matin à la Une un article du quotidien britannique The Guardian, qui compare le président russe… à Milosevic. Poutine partagerait avec le défunt président serbe la même intelligence, la même popularité, la même défiance à l’égard de ceux qu’il n’identifie pas comme ses amis, le même cynisme poussé jusqu’à l’absurdité, la même tendance à exploiter le côté victimaire du discours patriotique. Mais, à la différence de Milosevic, il serait rendu invulnérable par son arsenal nucléaire, et serait immensément riche grâce à ses exportations de matières premières. «Depuis la révolution de Maïdan, Poutine essaie de faire croire que l’Ukraine est plongée dans le chaos, mais le seul chaos que l’Ukraine connaisse, c’est lui qui l’a créé, c’est lui qui a promu, sans preuves, l’idée que les Ukrainiens d’origine russe étaient en danger et mis le nouveau gouvernement dans cette position impossible: si vous ne résistez pas, alors je vous envahirai. Résistez, et je vous envahirai encore plus».
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

26/08/2016 Burkini

Burkini : le piège

Au menu de cette revue de presse française vendredi, le débat sur le burkini qui n'en finit pas, les divisions au sein du gouvernement de Manuel Valls et les hommages rendus à la...

En savoir plus

26/08/2016 sécurité

L'offensive turque en Syrie se poursuit

Au menu de cette revue de presse internationale, vendredi 26 août : les dégâts en Italie après le séisme et les interrogations que cela suscite, l'offensive turque en Syrie et la...

En savoir plus

25/08/2016 Revue de presse internationale

"En une seconde, tout s'est écroulé"

Au menu de cette revue de presse internationale, jeudi 25 août, le séisme qui a frappé le centre de l’Italie, hier, faisant au moins 247 morts, l’entrée des chars turcs en Syrie,...

En savoir plus

25/08/2016 Revue de presse française

"Le burkini est une provocation"

Au menu de cette revue de presse française, jeudi 25 août, le fort séisme qui a frappé hier le centre de l’Italie, faisant au moins 247 morts, la polémique sur le burkini, dont...

En savoir plus

24/08/2016 Revue de presse internationale

"Le sexisme, c'est terminé (selon les hommes)"

Au menu de cette revue de presse internationale, mercredi 24 août, la rencontre entre le vice-président américain et Recep Tayip Erdogan pour recoller les morceaux après le...

En savoir plus