Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

FRANCE

Collecte massive d’ADN dans un lycée de La Rochelle pour confondre un violeur

© AFP

Vidéo par FRANCE 3

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/04/2014

La police procède depuis lundi matin à une vaste opération de prélèvement d’ADN dans le cadre d’une affaire de viol, commis le 30 septembre dans un lycée de La Rochelle. La collecte concerne 527 hommes de l'établissement.

C’est une opération inédite à laquelle se livre, lundi 14 avril, la police française dans un lycée privé de La Rochelle (Charente-Maritime). Il s’agit en effet de prélever l'ADN de 527 hommes avec l'espoir de confondre le violeur d'une lycéenne de 16 ans, agressée le 30 septembre dans les toilettes de l'établissement. La victime n’a pas pu reconnaître son agresseur, mais une trace ADN masculine inconnue a été relevée sur ses vêtements. L’affaire a été rendue publique vendredi 10 avril.

La collecte d’ADN, très rare en milieu scolaire, est prévue pour durer trois jours au sein du lycée d'enseignement catholique Fénélon-Notre Dame et mobilise une quinzaine de policiers. Elle concerne 475 lycéens, 31 enseignants et 21 autres personnes, personnel technique ou administratif. Tous ont reçu une convocation en fin de semaine dernière, et les mineurs devaient en outre avoir le consentement de leurs parents. La procureure de la République de La Rochelle, Isabelle Pagenelle, a expliqué que toute personne pouvait refuser le prélèvement mais a souligné que dès lors, un refus pourrait attirer les soupçons des enquêteurs.

Toutefois, selon les journalistes sur place, les élèves du lycée ne semblaient pas perturbés. Ils étaient même, pour certains, plus choqués de découvrir les circonstances de cette agression que de se voir prélever leur ADN au lycée. "Ce qui est bizarre, c'est qu'il y ait eu un viol (...) On ne sait pas qui est le coupable", mais "on ne pas tomber dans la 'psychote'" a expliqué un élève. "C'est normal d'aider à retrouver la personne qui a fait ça pour qu'elle soit condamnée comme elle le mérite", a également déclaré un lycéen, avant d'entrer dans l'établissement. "Si on ne se reproche rien, il faut le faire. Si ça peut servir à retrouver le coupable, c'est bien", a témoigné un autre.

Les prélèvements seront envoyés dans deux laboratoires spécialisés de Nantes et Lyon. Les résultats des tests ADN devraient être connus dans un délai d'un mois et les analyses négatives seront détruites.

Avec AFP et Reuters
 

Première publication : 14/04/2014

COMMENTAIRE(S)