Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

Economie

Automobile : le plan de PSA pour redresser la barre

© AFP | Le nouveau président du directoire de PSA Carlos Tavares

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/04/2014

PSA Peugeot Citroën a dévoilé, lundi, un plan pour restaurer sa rentabilité. Le groupe automobile prévoit notamment un repositionnement de ses marques en simplifiant sa gamme, de nouvelles économies et un renforcement à l'international.

Le groupe automobile PSA Peugeot Citroën a présenté, lundi 14 avril, son plan stratégique "Back in the race" (retour dans la course), destiné à relancer son activité économique après l’entrée au capital du constructeur du chinois Dongfeng et de l’État.

Au cours d’une conférence de presse, le nouveau président du directoire Carlos Tavares a ainsi annoncé que ce plan était surtout axé sur une simplification drastique de ses gammes de voitures et sur une stricte discipline financière. PSA, qui a accusé l’an dernier une perte opérationnelle de 1 042 millions d’euros, a pour objectif de retrouver une marge opérationnelle positive de 2 % d’ici 2018.

"Nous allons concentrer le pouvoir créatif de nos équipes sur un nombre limité de voitures que les gens veulent acheter et une plus forte concentration de notre talent sur une gamme plus compacte nous donnera plus d’efficience", a décrit Carlos Tavares. Le nombre de véhicules au catalogue des trois marques Peugeot, Citroën et DS, actuellement de 45, sera réduit à 38 d’ici 2016 et 26 d’ici 2022. Avec cette simplification, PSA attend 300 millions d’euros de réduction de coûts annuelle sur la durée du plan.

Ce projet prévoit aussi une diminution du nombre de plates-formes ramenées de sept à deux, et du nombre de programmes, réduit de 18 à cinq. Le groupe entend aussi concentrer ses ingénieurs, ses usines et ses commerciaux sur les segments les plus prometteurs comme les 4X4 et les crossovers. À l’heure actuelle, ses 2,8 millions de ventes annuelles placent PSA très loin derrière les géants du secteur Toyota, Volkswagen ou encore General Motors.

Inquiétude de la CGT

Les explications de Carlos Tavares

Ce plan a suscité de vives critiques de la CGT, qui a dénoncé "un retour dans la course aux profits". "Avec un certain cynisme, il met au premier plan le retour du cash pour les actionnaires et ne dissimule pas sa volonté pour atteindre ces objectifs financiers de poursuivre la casse de l’emploi en France", a affirmé le premier syndicat de l’entreprise dans un communiqué.

La CFTC s’est en revanche félicitée de ces annonces. "L’important, c’est qu’on ait enfin une feuille de route, que PSA sache où il va", a expliqué à l’AFP Franck Don, représentant de ce syndicat.

De son côté, la Bourse n’a pas été convaincue par ce plan stratégique. Après la présentation de Carlos Tavares, l'action du groupe a perdu plus de 4 %. 

Avec AFP et Reuters

Première publication : 14/04/2014

  • AUTOMOBILE

    Louis Gallois futur président du conseil de surveillance de Peugeot Citroën

    En savoir plus

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    Comment la famille Peugeot a perdu le pouvoir absolu dans PSA

    En savoir plus

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    PSA officiellement renfloué par la Chine et l’État français

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)