Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG neutralisé par l'Ajax

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

Moyen-Orient

Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

© AFP | Bandar ben Sultan

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/04/2014

La télévision saoudienne a annoncé, mardi, la démission du chef des services de renseignement saoudien, le prince Bandar ben Sultan. Son adjoint, le général Youssef ben Ali Al-Idrissi, a été désigné par décret royal comme son successeur.

La gestion du dossier syrien a-t-elle été fatale au puissant chef des services de renseignement saoudien, Bandar ben Sultan, dont la démission a été annoncée mardi 15 avril ? L’agence de presse officielle SPA n’a pas fourni d'explication sur son départ, se bornant à indiquer qu'il avait été "relevé de ses fonctions à sa demande".

Il n’en reste pas moins que cette démission survient seulement deux mois après que l’Arabie saoudite lui a retiré la gestion du dossier syrien, dans lequel Riyad soutient l’opposition armée au régime du président Bachar al-Assad.

Le prince se trouvait depuis fin décembre hors du royaume pour des raisons de santé et avait été hospitalisé aux États-Unis, avant de se rendre au Maroc, selon des sources diplomatiques. Fils de l'ancien prince héritier Sultan ben Abdel Aziz et ambassadeur à Washington pendant 22 ans, le prince Bandar avait été nommé en juillet 2012 à la tête des services de renseignement saoudiens. Il a été aussitôt remplacé par son adjoint, le général Youssef ben Ali Al-Idrissi.

Gestion de la crise syrienne "critiqué par les États-Unis"

En février, des diplomates avaient indiqué que l'Arabie saoudite lui avait retiré la gestion du dossier syrien, pour la confier notamment au ministre de l'Intérieur, le prince Mohamed Ben Nayef Ben Abdel Aziz, à la pointe de la lutte contre Al-Qaïda.

La reprise en main du dossier syrien par ce dernier avait été accompagnée par un décret prévoyant des peines de 3 à 20 ans de prison pour tout Saoudien se rendant à l’étranger pour combattre ; ainsi que des peines de 5 à 30 ans de prison à quiconque accorde un soutien moral ou matériel à des groupes jugés extrémistes par les autorités du royaume. Treize personnes ont ainsi été condamnées à de la prison ferme, dimanche 13 avril, pour avoir apporté leur soutien à des djihadistes combattant à l'étranger.

Le ministre de l'Intérieur avait participé en février à Washington à une réunion de responsables des services de renseignements arabes et occidentaux, consacrée à la situation sur le terrain en Syrie, ce qui avait confirmé la mise à l'écart du prince Bandar.

Selon des sources diplomatiques, la gestion par le prince Bandar du dossier syrien avait été critiquée par les États-Unis et cette question a été évoquée par des responsables américains en visite dans le royaume. Le prince avait pour sa part reproché à Washington de ne pas être intervenu militairement contre le régime de Damas et de faire pression sur ses alliés pour empêcher qu'ils livrent aux rebelles syriens des armes anti-aériennes et anti-char, selon ces mêmes sources.

Avec AFP

Première publication : 15/04/2014

  • ARABIE SAOUDITE

    Le roi Abdallah désigne un nouveau successeur parmi ses frères

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Barack Obama en Arabie saoudite sur fond de tensions diplomatiques

    En savoir plus

  • ISLAMISME

    Comment Riyad veut pousser le Qatar à rompre avec les Frères musulmans

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)