Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • 2e division blindée : "Nous étions des frères"

    En savoir plus

  • Meurtre de James Foley : Washington n'exclut pas de frapper l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

FRANCE

Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

© AFP Marie-Guite Dufay et François Patriat

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/04/2014

Favorables à la réforme territoriale voulue par François Hollande, les présidents de Bourgogne et de Franche-Comté ont décidé lundi d'engager leurs deux régions vers une fusion, afin de "créer les cadres de la croissance et de l'emploi".

Le 14 janvier, François Hollande avait "invité" les régions françaises à se "rapprocher". C’est bientôt chose faite entre la Bourgogne et la Franche-Comté. Les présidents des deux territoires ont décidé, lundi 15 avril, de s'engager vers une fusion, lors d'une conférence de presse commune à Besançon. Une première en France depuis l'annonce des réformes territoriales par Manuel Valls.

"Pour la Franche-Comté et la Bourgogne, nous avons la perspective d'un développement commun, afin de construire l'avenir dans un monde qui change", a déclaré Marie-Guite Dufay, présidente du conseil régional de Franche-Comté, espérant ainsi créer un "territoire qui pèse en France et en Europe".

La France "meurt de ses rigidités"

Marie-Guite Dufay et son homologue en Bourgogne François Patriat, tous deux socialistes, espèrent parvenir, à terme, à une "fusion des deux collectivités". Les exécutifs pourraient s'associer à la fin du prochain mandat, en 2021.

Si la coopération des deux régions est déjà engagée depuis plusieurs années au niveau de leurs hôpitaux et de leurs universités, il reste en revanche des opportunités de rapprochement sur le plan économique. L’ambition des deux responsables de région est donc d'être "plus attractif" afin de "créer les cadres de la croissance et de l'emploi".

Cette fusion mettrait fin à l’actuel "mille-feuille territorial" qui "n’est pas simple", reconnaissent les deux élus. "S'il était efficace, ça se saurait", a ajouté le sénateur de la Côte-d'Or, estimant que la France "meurt de ses rigidités, de ses complexités et de ses conservatismes."

"Soit on y va maintenant, en espérant une petite compensation financière, soit on ne fait rien et en janvier 2017 la loi tombera" et "nous pourrions disparaître, a renchérri François Patriat, redoutant un "possible démantèlement" des deux régions.

Vers la perte de l’identité des régions ?

Soucieux de rassurer les administrés, qui craignent de voir se perdre l’identité de leur région, les deux élus socialistes se sont montrés rassurants. Une "organisation administrative plus efficace pour envisager l'avenir ne veut pas dire une perte d'identité de nos régions, au contraire, un partenariat très fort pourrait arrêter le départ de certains sièges (d'entreprises et d'organisations) à Dijon", a par ailleurs estimé Marie-Guite Dufay.

Certains élus de l’opposition sont en revanche moins confiants. Jacques Grosperrin, conseiller régional UMP de Franche-Comté et ancien candidat à la mairie de Besançon, a souhaité, pour sa part, un référendum en Franche-Comté avant de s'engager plus loin avec la Bourgogne. "Besançon ne peut devenir la sous-préfecture de Dijon sur simple diktat de Paris", a-t-il estimé dans un communiqué.

Avec AFP

 

Première publication : 15/04/2014

  • FRANCE

    La fusion des régions : "C’est loin d’être gagné"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Grand oral de Manuel Valls : le discours d'un patriote

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)