Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

FRANCE

Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

© AFP Marie-Guite Dufay et François Patriat

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/04/2014

Favorables à la réforme territoriale voulue par François Hollande, les présidents de Bourgogne et de Franche-Comté ont décidé lundi d'engager leurs deux régions vers une fusion, afin de "créer les cadres de la croissance et de l'emploi".

Le 14 janvier, François Hollande avait "invité" les régions françaises à se "rapprocher". C’est bientôt chose faite entre la Bourgogne et la Franche-Comté. Les présidents des deux territoires ont décidé, lundi 15 avril, de s'engager vers une fusion, lors d'une conférence de presse commune à Besançon. Une première en France depuis l'annonce des réformes territoriales par Manuel Valls.

"Pour la Franche-Comté et la Bourgogne, nous avons la perspective d'un développement commun, afin de construire l'avenir dans un monde qui change", a déclaré Marie-Guite Dufay, présidente du conseil régional de Franche-Comté, espérant ainsi créer un "territoire qui pèse en France et en Europe".

La France "meurt de ses rigidités"

Marie-Guite Dufay et son homologue en Bourgogne François Patriat, tous deux socialistes, espèrent parvenir, à terme, à une "fusion des deux collectivités". Les exécutifs pourraient s'associer à la fin du prochain mandat, en 2021.

Si la coopération des deux régions est déjà engagée depuis plusieurs années au niveau de leurs hôpitaux et de leurs universités, il reste en revanche des opportunités de rapprochement sur le plan économique. L’ambition des deux responsables de région est donc d'être "plus attractif" afin de "créer les cadres de la croissance et de l'emploi".

Cette fusion mettrait fin à l’actuel "mille-feuille territorial" qui "n’est pas simple", reconnaissent les deux élus. "S'il était efficace, ça se saurait", a ajouté le sénateur de la Côte-d'Or, estimant que la France "meurt de ses rigidités, de ses complexités et de ses conservatismes."

"Soit on y va maintenant, en espérant une petite compensation financière, soit on ne fait rien et en janvier 2017 la loi tombera" et "nous pourrions disparaître, a renchérri François Patriat, redoutant un "possible démantèlement" des deux régions.

Vers la perte de l’identité des régions ?

Soucieux de rassurer les administrés, qui craignent de voir se perdre l’identité de leur région, les deux élus socialistes se sont montrés rassurants. Une "organisation administrative plus efficace pour envisager l'avenir ne veut pas dire une perte d'identité de nos régions, au contraire, un partenariat très fort pourrait arrêter le départ de certains sièges (d'entreprises et d'organisations) à Dijon", a par ailleurs estimé Marie-Guite Dufay.

Certains élus de l’opposition sont en revanche moins confiants. Jacques Grosperrin, conseiller régional UMP de Franche-Comté et ancien candidat à la mairie de Besançon, a souhaité, pour sa part, un référendum en Franche-Comté avant de s'engager plus loin avec la Bourgogne. "Besançon ne peut devenir la sous-préfecture de Dijon sur simple diktat de Paris", a-t-il estimé dans un communiqué.

Avec AFP

 

Première publication : 15/04/2014

  • FRANCE

    La fusion des régions : "C’est loin d’être gagné"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Grand oral de Manuel Valls : le discours d'un patriote

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)