Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

DÉBAT

Droit d'asile en France : les enjeux de la réforme

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : les négociations de paix au point mort

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : espoir de paix à Brazzaville

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : risque de famine en Casamance

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Maestro", intello mais pas trop !

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : les enfants, victimes du conflit

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : la guerre s’importe–t-elle en France ?

En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien sans heurts

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné!"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Reportage : l'armée israélienne essuie de lourdes pertes à Gaza

    En savoir plus

  • Accident d'avion à Taïwan : au moins 45 morts, dont deux Françaises

    En savoir plus

  • MH17 : les premières dépouilles des victimes sont arrivées aux Pays-Bas

    En savoir plus

  • Une ville chinoise placée en quarantaine après un cas de peste bubonique

    En savoir plus

  • Au Nigeria, la ville de Kaduna secouée par deux explosions meurtrières

    En savoir plus

  • Ryanair contraint de rembourser à la France 9,6 millions d’euros d’aides publiques

    En savoir plus

  • Immigration et droit d'asile : les projets de réforme du gouvernement

    En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • Manifester, une liberté qui reste "la règle"... mais sous haute surveillance

    En savoir plus

  • Après le gel des vols vers Tel Aviv, Israël dénonce une mesure "injustifiée"

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costa Concordia

    En savoir plus

Culture

Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

© AFP | Gabriel García Márquez en mars 2014

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 18/04/2014

Le Prix Nobel de littérature Gabriel Garcia Marquez est décédé, jeudi, à Mexico à l'âge de 87 ans. L'auteur colombien a marqué la littérature du XXe siècle avec ses romans à succès, "Cent ans de solitude" et "L'Amour au temps du choléra".

La Colombie en deuil

 

Le président de la Colombie, Juan Manuel Santos, a décrété un deuil national de trois jours en hommage à Gabriel Garcia Marquez.
 
"La Colombie entière est en deuil, puisqu'est parti le compatriote le plus admiré et le plus aimé de tous les temps", a commenté M. Santos lors d’une allocation à la télévision. "Il a été, et je n'exagère pas, le Colombien qui, dans toute l'histoire de notre pays, a porté le plus loin et le plus haut le nom de notre patrie", a-t-il poursuivi.
 
Les hommages se multiplient aux quatre coins du monde. Le président mexicain Enrique Peña Nieto a exprimé ses condoléance au nom du Mexique. L'ex-président américain Bill Clinton a loué le "don unique d'imagination, de clarté de pensée et d'honnêteté émotionnelle" de celui qui fut son ami "pendant plus de 20 ans". 
 
L'auteur brésilien Paulo Coelho a salué l'écrivain qui "a brisé le mur entre la réalité et la fantaisie, ouvrant la voie à toute une génération d'écrivains sud-américains".

 

"On ne meurt pas quand on veut, mais seulement quand on peut", écrivait Gabriel Garcia Marquez. Atteint d'une pneumonie selon sa famille, l'auteur colombien a quitté l’hôpital de Mexico, le 8 avril, pour continuer "sa convalescence à domicile". Il s'est éteint, jeudi 17 avril, à l'âge de 87 ans.

L'auteur de génie, auréolé du Prix Nobel de littérature en 1982, laisse derrière lui d'innombrables chefs-d'œuvres : "Cent ans de solitude", traduit dans 35 langues et vendu à quelque 30 millions d’exemplaires, "L'Amour au temps du choléra", son œuve la plus populaire ou "La Mala hora", primé par l'Académie des Lettres en Colombie. Ses romans reconnus dans le monde entier font parfois oublier que l'auteur était aussi journaliste et activiste politique. Retour sur les grands chapitres de sa vie.

  • "La vie n'est pas ce que l'on a vécu, mais ce dont on se souvient et comment on s'en souvient" ("Cent ans de solitude", Gabriel Garcia Marquez)

Dans tous les écrits de Gabriel Garcia Marquez transparaissent des tranches de son passé. Le petit monde fantastique de Macondo, qui figure dans plusieurs de ses fictions, s'inspire du village colombien d'Aracataca, où il est né le 6 mars 1927. L'aîné de cette famille de douze enfants y a grandi aux côtés de ses grands-parents. 

Ses grands-parents, qui l'ont élevé jusqu'à ses dix ans, l'ont aussi beaucoup influencé et notamment dans son style narratif. Son grand-père, un ancien colonel d'armée aux idées politiques libérales, n'a cessé de lui relater des souvenirs de la guerre civile (1899-1902). À l'inverse de cette figure pragmatique, sa grand-mère dotée d’un esprit fantasque a partagé avec lui des histoires dans lesquelles apparaissaient souvent des fantômes. "Je suis partagé entre ces deux mondes", a ainsi résumé l'écrivain, qui mêle dans ses récits le réalisme et le surnaturel. À la mort de son grand-père en 1937, il est contraint de rejoindre ses parents à Sucre, dans le nord du pays, mais est resté très nostalgique de cette période. 

  • "La menuiserie"

Gabriel Garcia Marquez a toujours su qu'il deviendrait écrivain. "J’avais la volonté, les dispositions, le courage et la capacité de le devenir. J’ai toujours écrit et je n’ai jamais songé faire autre chose, disait-il. Si l'envie est là, l'étudiant en droit âgé de 20 ans peine néanmoins à acquérir les techniques d'écriture. Jusqu'au jour où un ami lui offre un livre qui le marque à jamais, "La Métamorphose" de Franz Kafka. En lisant les premières pages, il découvre la méthode narrative "pour hypnotiser le lecteur, disait Gabriel Garcia Marquez. Il faut une énorme quantité de clous, vis et charnières pour qu’il ne se réveille pas. C’est ce que j’appelle la menuiserie”.

Le jour même, il écrit une nouvelle, "La troisième résignation", qui est publiée le 13 septembre 1947 dans le quotidien colombien "El Espectador". Également nourri par les œuvres de Virginia Woolf, William Faulkner ou encore James Joyce, il en publie quelques autres, dont "Récit d'un naufragé", un recueil de chroniques sur un vaste trafic de drogue qui lui vaut les foudres du gouvernement en place. Ces écrits lui permettront de se faire remarquer et recruter comme journaliste. 

Documentaire sur Gabriel Garcia Marquez réalisé par Yves Billon et Mauricio Martínez Cavard (1999 - en espagnol)
  • "Une synthèse de tous les dictateurs d'Amérique Latine"

En écrivant "L'Automne du Patriarche" en 1975, qu'il présente comme un "poème sur la solitude du pouvoir", Gabriel Garcia Marquez s'inspire de la fuite du dictateur Marcos Pérez en 1958 au Venezuela. Porté par les idées libérales de son grand-père, l'écrivain affirme son engagement politique avec l’avènement de la révolution cubaine et la diffusion des idées révolutionnaires qui secouent le continent latino-américain. Même lorsqu'il part en Europe, le journaliste-écrivain s'implique dans des mouvements révolutionnaires latino-américains.

Les idéaux anti-impérialistes de Gabriel Garcia Marquez le poussent également à écrire sur le quotidien à Cuba sous embargo américain. En 1960, il se noue d'amitié avec le leader cubain Fidel Castro, ce qui lui vaut d'être considéré comme "agent de propagande au service de la Direction de l'intelligence de Cuba" par les États-Unis. Il est alors interdit d'entrée sur le territoire américain jusqu'à ce que Bill Clinton, président à l'époque, lève son interdiction de voyager, affirmant que "Cent ans de Solitude" était son roman favori.  

Gabriel Garcia Marquez aux côtés du dirigeant cubain Fidel Castro, à la Havane en 2000. (Crédit : AFP)
  • "'Cent ans" de solitude est le meilleur roman en langue espagnole écrit depuis "Don Quichotte'" (Pablo Neruda, poète chilien)

Depuis l'adolescence, il voulait écrire sur cette maison familiale où il a passé les dix premières années de sa vie. Mais il a attendu l'inspiration jusqu'en 1965. Alors âgé de 38 ans, il vit avec sa famille à Mexico et est contraint, durant les dix-huit mois d'écriture, de vendre sa voiture et de se nourrir à crédit. Deux ans plus tard, "Cent ans de solitude" est publié à Buenos Aires et connaît un succès populaire immédiat.

Cette épopée minutieuse et délirante raconte l’histoire de la famille Buendia sur six générations dans le village imaginaire de Macondo, inspiré de son enfance et qu’on retrouve dans d’autres œuvres. Le livre, qui conjugue le roman politique et le récit fantastique, s’inscrit comme une œuvre maîtresse de la littérature hispano-américaine et comme référence dans le genre littéraire du réalisme magique.

En 1982, c'est la consécration suprême : il reçoit le Prix Nobel de Littérature pour "ses romans et ses nouvelles, dans lesquels le fantastique et le réalisme se combinent dans un univers à l'imagination très riche, reflétant la vie d'un continent et ses conflits". Il devient le premier Colombien à recevoir ce prix. "J'ai l'impression, qu'en m'attribuant le prix, [...] ils cherchaient à récompenser toute la littérature de cette région", a-t-il déclaré. 

  • "Dans le malheur, l'amour devient plus grand et plus noble" ("L'amour au temps du choléra")

Malgré le succès de "Cent ans de solitude", Gabriel Garcia Marquez parle d'un livre "superficiel" et ne cache pas sa préférence pour un autre de ses romans, "L’amour au temps du choléra", publié en 1985. Une fois encore, il puise l'inspiration dans ses racines puisque le livre raconte l’histoire d’amour de ses parents, qui a été perturbée par la résistance des parents de sa mère, et notamment du colonel. 

  • "Le temps s’écoule sans faire de bruit"

En 1999, Gabriel Garcia Marquez apprend qu’il est atteint d’un cancer lymphatique et freine sa production journalistique, littéraire et cinématographique. Cette année-là, il écrit son dernier article, un portrait du président vénézuélien Hugo Chavez, rencontré dans un avion. En 2002, il publie le premier des trois tomes de son autobiographie. Les deux autres ne sont jamais sortis. Son dernier livre, "Mémoire de mes putains tristes" (2004), une histoire d'amour entre un homme de 90 ans et une jeune vierge de quatorze ans, a créé la polémique. Depuis, Gabriel Garcia Marquez s’est retiré de la vie publique et n’a fait aucune déclaration à la presse. Dernièrement, son cancer était réapparu et s’étendait aux poumons, aux ganglions et au foie. Sa famille affirmait alors qu'il avait été hospitalisé pour une pneumonie.

Première publication : 15/04/2014

COMMENTAIRE(S)