Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Moyen-Orient

Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

© Un homme torturé par les forces du régime, Alep, 2012 - AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/04/2014

Paris va proposer une résolution au Conseil de sécurité de l'ONU pour que la Cour pénale internationale (CPI) soit saisie de "tous les crimes" de guerre commis en Syrie. Une requête qui a toutefois peu de chances d'aboutir.

C’est sans conteste le "rapport César" qui a poussé la France à passer le pas. Paris, via la voix de Gérard Araud son ambassadeur à l’ONU, va en effet proposer au Conseil de sécurité une résolution demandant que la Cour pénale internationale (CPI) soit saisie de tous les "crimes de guerres" commis en Syrie.

Gérard Araud s’exprimait suite à la présentation du "rapport César" aux 15 membres du Conseil. "César", du nom d’emprunt de ce photographe syrien travaillant officiellement pour le régime de Bachar al-Assad, avait clandestinement diffusé en janvier des photos insoutenables de prisonniers morts de faim ou de tortures sous les ordres du régime.

Commandité et financé par le Qatar, qui soutient l'opposition armée syrienne, le rapport "César" fait état de 11 000 détenus morts dans les geôles du régime en s'appuyant sur 55 000 photos prises entre la fin 2011 et l'été 2013. Certains clichés prouvent que des prisonniers ont été affamés pendant des semaines voire des mois. Les corps sont squelettiques et les visages émaciés.

"Maintenant nous avons ces preuves"

"Nous allons essayer d'obtenir que la CPI soit déclarée compétente […] Maintenant, nous avons ces preuves", a expliqué Gérard Araud. Présents à la conférence de presse, deux des experts, qui ont analysé les clichés, ont réaffirmé leur authenticité. Ils ont tous deux jugé que le rapport – qui ne repose sur le témoignage que d’un seul homme - étaient crédibles. Elles pourraient donc servir de preuves tangibles devant la CPI.

Selon le Pr David Crane, ancien procureur en chef du tribunal spécial pour la Sierra Leone qui a inculpé Charles Taylor, il est rare "d'avoir accès à des preuves directes et précises de crimes contre l'humanité". Crane estime également que le rapport n'est que "la partie émergée de l'iceberg". Les photos dévoilent les conditions de vie des détenus au sein de trois centres de détention. Or il en existe cinquante sur tout le territoire syrien.

Moscou juge la proposition contre-productive

Onze des quinze pays membres du Conseil ont adhéré à la CPI et plusieurs se sont déjà prononcés en faveur d'une saisine de la Cour en Syrie (France, Royaume uni, Argentine, Australie, Chili, Lituanie, Luxembourg, Nigeria, Corée du Sud). Les États-Unis, bien que n'ayant pas adhéré à la CPI, se sont engagés à faciliter le travail de la Cour.

Reste que le projet a peu de chance d'aboutir : Moscou, dont la voix est obligatoire pour l'adoption de la résolution, a fait savoir que saisir la CPI serait contre-productif au moment où la Syrie élimine progressivement son arsenal d'armes chimiques.

L’ambassadeur français s'est défendu d'utiliser le rapport César à des fins politiques, soulignant qu'il s'agissait d'en appeler "à la conscience humaine" et que la CPI "devait enquêter sur tous les crimes commis en Syrie", y compris ceux de l'opposition.

Avec AFP

 

Première publication : 16/04/2014

  • SYRIE

    Syrie : Assad estime que la guerre tourne en faveur du régime

    En savoir plus

  • SYRIE

    Damas et l'opposition s'accusent réciproquement d'empoisonnements au gaz

    En savoir plus

  • SYRIE

    Assad : "Je ne suis pas Ianoukovitch, je ne partirai pas"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)