Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

Afrique

RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Steven JAMBOT , Thomas HUBERT

Dernière modification : 15/05/2014

Le Belge Emmanuel de Mérode, directeur du parc national des Virunga, dans l'est de la RD Congo, se trouve toujours en soins intensifs à Goma, mercredi. La veille, il a été gravement blessé par balles, victime d'une embuscade.

Le Belge Emmanuel de Mérode, directeur du Parc national des Virunga, dans l’est de la République démocratique du Congo, a sans doute échappé à la mort, mardi 15 avril. Aux environs de 17 heures, alors qu’il circulait seul - et sans escorte - au volant d’une Jeep sur la route très fréquentée reliant Goma à Rumangabo (où se situe le siège administratif du parc), il est tombé dans une embuscade à une trentaine de kilomètres au nord de Goma, la capitale provinciale. Des hommes armés sortis de la forêt ont tiré cinq coups de feu sur son véhicule, deux ou trois balles - selon les sources - l’auraient atteint au ventre.

Mercredi, Emmanuel de Mérode, 43 ans, était toujours en soins intensifs à l’hôpital Heal Africa de Goma. "Je lui ai rendu visite ce matin", a indiqué le gouverneur de la province du Nord-Kivu, Julien Paluku. "Il est lucide, il parle." Selon une source à l'ambassade de Belgique à Kinshasa citée par l’AFP, le Belge devrait être rapatrié dans son pays dans les prochains jours.

L’identité des assaillants et les raisons de cette attaque n’étaient toujours pas connues, mercredi. Les assaillants "n'ont rien pris, même son téléphone est là, ils ont tiré et fui dans la forêt", a expliqué le porte-parole militaire provincial, le lieutenant-colonel Olivier Amuli. Si depuis 1996, plus de 140 gardes du parc des Viruga ont été tués dans l’exercice de leurs fonctions, "c'est la première fois que le directeur de Mérode est directement attaqué", a déclaré Norbert Mushenzi, adjoint d’Emmanuel de Mérode. Mais "ce n’est pas une tête brûlée", assure le directeur adjoint du parc contacté par FRANCE 24. "La situation sécuritaire dans le parc n’est pas du tout bonne, le contexte n’est pas facile mais on a toujours tenu bon", ajoute-t-il.

"Beaucoup de gens en voulaient à Emmanuel de Mérode"

Nommé directeur du parc national des Virunga en août 2008 par le gouvernement de Kinshasa, ce prince belge a pris ses marques dans le plus vieux parc du continent africain, classé au patrimoine mondial de l’Unesco en 1979, où vivent les derniers gorilles des montagnes et gorilles des plaines qu’avait défendus Dian Fossey, l'éthologue américaine, spécialisée dans l'étude du comportement des gorilles et assassinée en 1985.

Emmanuel de Mérode a fait de la lutte contre la déforestation et le braconnage ses priorités, quitte à se faire des ennemis. Le député belge François-Xavier de Donnea confirme à FRANCE 24 que "beaucoup de gens dans la région lui en voulaient". Il détaille "plusieurs pistes" : "Les FDLR qui transforment le bois en charbon près du volcan Nyiragongo, les Maï Maï qui pratiquent la pêche illégale dans le lac Edouard, les populations refoulées en dehors du parc où elles voulaient mener des activités agricoles, ou encore les partisans de l’implantation de compagnies pétrolières."

"[Emmanuel de Mérode] m’a téléphoné à 12h33, mardi, pour me dire qu’il allait déposer auprès du procureur de la République à Goma un dossier, fruit de deux ou trois ans d’enquête, mettant en cause SOCO International", explique François-Xavier de Donnea. C’est sur le chemin du retour que le directeur du parc a été attaqué. "Je n’ai pas lu le dossier, je ne sais pas ce qu’il y a dedans", assure-t-il, avant de rappeler que "les officiers du parc ont qualité d’officiers de police judiciaire" et qu’ils avaient consigné des faits mettant probablement en cause les méthodes musclées de la société d’extraction pétrolière britannique. Cette dernière est déterminée à forer au sein du parc national des Virunga et avait obtenu l’appui du gouvernement congolais au grand dam de nombreuses ONG de défense de la nature.

La Belgique suivra "de près la progression de l'enquête"

Contacté plus tôt par "La Libre Belgique", François-Xavier de Donnea a trouvé "très curieux que cette embuscade survienne juste au moment où Emmanuel de Mérode dépose ce dossier. "C'est une coïncidence extrêmement troublante." Et le député belge d’ajouter qu’il serait "temps que la justice britannique fasse la lumière sur les agissements de Soco".

La Société civile du Nord-Kivu, qui regroupe des associations, des ONG et des syndicats, s'est déclarée "choquée" par cet acte "barbare". Le Réseau des communicateurs pour l'environnement a condamné "avec la dernière énergie" une attaque décourageant "les initiatives de développement et de conservation communautaires". Quant au ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, il a invité, mercredi, "les autorités congolaises à mettre en œuvre tous les moyens nécessaires pour faire la lumière sur cette attaque". Il a assuré que la Belgique suivrait "de près la progression de l'enquête", annoncée mercredi, par le lieutenant-colonel congolais Olivier Amuli.

En octobre 2008, Emmanuel de Mérode confiait au "Figaro" : "Mon job n’est pas un concours de popularité. Je prends des risques, mais je les mesure." Et d’ajouter : "Il faut sauver le parc tant qu’il est encore temps." Ces dernières années, il avait choisi de rester sur place malgré les combats entre l’armée congolaise et les forces rebelles du M23 qui s’étaient déroulés dans la région où se trouve le parc.
 

DROIT DE REPONSE DE SOCO INTERNATIONAL

« France 24 a publié le 17 avril 2014 sur son site internet france24.com un reportage vidéo consacré à l’attaque armée dont a été victime de Monsieur Emmanuel de Mérode, directeur du parc national des Virunga, suivie d’une interview de Monsieur François-Xavier de Donnéa dans lesquels la société SOCO international est gravement mise en cause.

Cette vidéo est complétée par un article intitulé « RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ? » dans lequel la société Soco International est également gravement mise en cause.

Il est en effet clairement suggéré à plusieurs reprises que la société SOCO International serait impliquée dans l’attaque dont Monsieur de Mérode a été victime.

La société SOCO International dément fermement être impliquée d’une quelconque manière dans cette odieuse agression qu’elle condamne avec la plus grande fermeté.

En outre, l’affirmation de Monsieur de Donnéa selon laquelle la société SOCO International « explorerait » dans le parc sur la base de permis qui n’ont pas de base légale est fausse.

En effet, en mars 2011, le Ministère de l’Environnement de la République Démocratique du Congo a initié une évaluation environnementale stratégique destinée à évaluer l’impact d’une exploitation pétrolière dans le Parc des Virunga.

Dans ce cadre, le Ministère de l’Environnement a accordé à la société SOCO INTERNATIONAL l’autorisation de mener des études d’impact sur l’environnement et la population du parc, sous l’encadrement d’un Comité de suivi environnemental et écologique établi par arrêté ministériel et regroupant les experts de Ministère de l’environnement et de l’ICCN.

Les activités de la société SOCO International dans le parc des Virunga s’inscrivent dans les limites de ces études et on toujours respecté les lois et la réglementation de la République Démocratique du Congo. »

 

Première publication : 16/04/2014

  • RD CONGO

    Sur FRANCE 24 : MSF lance un appel pour ses otages enlevés au Nord-Kivu

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE

    RD Congo : Kabila accusé de préparer un "coup d’État constitutionnel"

    En savoir plus

  • RD CONGO

    L'ONU frappe pour la première fois les rebelles ougandais au Nord-Kivu

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)