Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DEMAIN À LA UNE

2014-10-18 14:45-

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Russie - Ukraine - EU: Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Alain Duhamel signe "Une histoire personnelle de la Ve République"

En savoir plus

SUR LE NET

Data centers : un coût énergétique trop élevé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le fardeau d'une nation"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Aubry, beaucoup de silence pour rien"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Start-up, la tentation de l'étranger

En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Deux journalistes français jugés en Papouasie

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Kobané : les États-Unis larguent des armes aux combattants kurdes

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

  • Foot européen : excepté la Juve, les cadors assurent

    En savoir plus

  • Ebola : la course au vaccin bat son plein

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Serbie-Albanie : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

EUROPE

Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

© KIRILL KUDRYAVTSEV / AFP

Vidéo par Anna MOREAU

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/04/2014

Après l’envoi d’unités ukrainiennes dans l’Est pour lutter contre les insurgés pro-russes, Vladimir Poutine a estimé que le pays était au "bord de la guerre civile". Les tensions sont à leur comble à la veille de la réunion internationale de Genève.


"L’Ukraine est au bord de la guerre civile. L’affirmation vient de Vladimir Poutine lui-même, après l’envoi de l’armée ukrainienne dans l'est du pays pour lutter contre les séparatiste pro-russes dans le cadre de "l'opération antiterroriste de grande envergure" lancée par Kiev il y a trois jours.
 
"Le président a souligné que l'escalade brutale du conflit avait mis le pays au bord de la guerre civile", a déclaré, mardi 15 avril, le Kremlin à l'issue d'un entretien téléphonique entre Vladimir Poutine et la chancelière allemande Angela Merkel. L'intervention de l'armée ukrainienne représente "un recours inconstitutionnel à la force contre des manifestations pacifiques", a également estimé Moscou.
 
Au troisième jour de "l'opération antiterroriste", des forces ont été massées près d'Izioum, à 40 km au nord de Sloviansk, contrôlée depuis samedi par des hommes puissamment armés, mais ne portant pas d'insignes sur leurs uniformes. Des renforts ont été héliportés à 15 km au sud de la cette localité, pour la prendre en étau.
 
Atmosphère tendue avant la réunion quadripartite de Genève
 
L'atmosphère s'annonce des plus tendues à la veille de la réunion quadripartite, prévue jeudi à Genève, entre l'Ukraine, la Russie, les États-Unis et l'Union européenne, pour dénouer la crise. Vladimir Poutine et Angela Merkel "ont exprimé l'espoir que la rencontre de Genève puisse donner un signal clair pour faire revenir la situation dans un cadre pacifique", selon le Kremlin. "
 
En cas d'échec de cette réunion, les États-Unis ont indiqué être prêts à imposer de nouvelles sanctions contre Moscou. Selon le département d'Etat, cela pourrait signifier l'interdiction d'accès à certains secteurs économiques clés comme les mines, l'énergie et les services financiers. Il a toutefois indiqué que la rencontre à Genève serait "l'occasion pour chacun de s'asseoir autour d'une table et d'avoir une discussion".
 
Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, avait de son côté prévenu mardi matin que tout ordre "criminel" de Kiev d'"envoyer les chars" ferait capoter les pourparlers de Genève. Le président ukrainien par intérim Olexandre Tourtchinov a quant à lui fustigé mardi les "projets brutaux" de la Russie qui "veut que s'embrasent tout l'est et le sud de l'Ukraine, de la région de Kharkiv à celle d'Odessa".
 
La ville de Kramatorsk sous tension

 
 
Sur le terrain, l'armée ukrainienne a lancé une "opération spéciale" pour reprendre le contrôle de l’aérodrome de Kramatorsk dans l’est du pays. Le président ukrainien par intérim, Olexander Tourtchinov, a annoncé, mardi, la reprise de l’aérodrome dans le cadre d’une opération "par étapes", visant à chasser les insurgés pro-russes des nombreux bâtiments publics qu’ils occupent depuis plusieurs jours. Mercredi matin, la situation restait tendue entre les forces loyalistes et la population locale.
 
"Des tanks ukrainiens tentent de rentrer dans le centre de Kramatorsk", précise Gulliver Cragg, correspondant de FRANCE 24 en Ukraine, "mais, selon un confrère sur place, la population tentait d'empêcher l'avancée de ces véhicules armés".
 
La Russie, qui a massé jusqu’à 40 000 soldats le long de sa frontière avec l’Ukraine selon l’OTAN, menace d’intervenir dans le conflit si les populations russophones venaient à être menacées.

Avec AFP et Reuters

 

Première publication : 16/04/2014

  • UKRAINE

    Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Obama à Poutine : les insurgés de l’est de l’Ukraine doivent poser les armes

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Michel Foucher : "Dans l'Est, les gens se sentent ukrainiens"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)