Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

Afrique

Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

© AFP - Le dépouillement a commencé jeudi soir

Vidéo par FRANCE 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/04/2014

Les Algériens se sont rendus aux urnes, sans se bousculer pour élire leur nouveau président. Le chef de l'État sortant, Abdelaziz Bouteflika, semble assuré de sa réélection. Des incidents ont émaillé le scrutin, notamment en Kabylie.

- Le taux de participation s’élevait à 37,06 % à 17 heures.

- Des incidents ont éclaté peu après l'ouverture des bureaux de vote quand des groupes de jeunes ont saccagé des urnes dans les localités de Raffour, M'chedellah et Saharidj, dans la région de Bouira, en Kabylie, faisant une cinquantaine de blessés.

- Abdelaziz Bouteflika a voté, en fauteuil roulant, à l'école Bachir El Ibrahimi à Alger. Il a salué la presse avant de glisser son bulletin dans l'urne sans faire de déclaration. Le président sortant semble être assuré de sa réélection. "Dans la tradition algérienne, il y a toujours eu une élection dès le premier tour : en 1999, en 2004, en 2009. Il n'y a jamais eu de second tour", rappelle l'historien Benjamin Stora sur FRANCE 24.

- Ali Benflis, ancien Premier ministre et principal rival d’Abdelaziz Bouteflika, a lui aussi voté. Il a mis en garde contre les risques de fraude électorale. Le quotidien "El Watan" a évoqué un "scrutin dénué de crédibilité", dénonçant la fraude qui "a toujours régné sur les élections algériennes".

- Sur le terrain, plus de 260 000 policiers et gendarmes ont été déployés pour assurer la sécurité de près de 23 millions d'électeurs appelés à voter dans 50 000 bureaux en faveur de l'un des six candidats.

- Le dépouillement a commencé dans certaines villes. Les premiers résultats sont attendus vendredi 18 avril.
 

Pour revivre les événements de la journée, vous pouvez consulter notre liveblogging

 

Pour afficher le liveblogging sur votre mobile ou votre tablette, cliquez ici.

Première publication : 17/04/2014

  • PRÉSIDENTIELLE ALGÉRIENNE

    Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • ALGÉRIE

    Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • ALGÉRIE

    Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)