Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

Afrique

La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

© AFP/ Manifestation pour la libération de Karim Wade en octobre 2013 à Dakar

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/04/2014

Selon une source judiciaire, la justice sénégalaise a décidé jeudi du maintien de Karim Wade en détention. Le fils de l'ex-président Abdoulaye Wade est incarcéré depuis un an pour enrichissement illicite présumé.

Karim Wade en sait un peu plus sur son avenir. Selon une source judiciaire citée par l'AFP, la justice sénégalaise a décidé de son maintien en détention provisoire jusqu'à son procès, dans deux mois. Le fils de l'ex-président Abdoulaye Wade, dont il fut aussi ministre, est en prison depuis un an pour enrichissement illicite présumé.

"Karim Wade reste en prison (où il se trouve depuis un an) et sera jugé dans deux mois pour enrichissement illicite", a affirmé cette source. Le juge d'instruction a signé "une ordonnance renvoyant" Karim Wade devant une cour spéciale qui le jugera, a-t-elle ajouté.

D'autres prévenus, dont le nombre n'a pas été précisé, ont également été renvoyés devant la Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI).

Le 17 avril 2013, Karim Wade avait été inculpé et écroué pour six mois à Dakar. L'ex-ministre d'État est accusé d'avoir acquis de manière illicite divers biens, dont des sociétés, des terrains et des véhicules, estimés à 694 milliards de FCFA (près de 1,06 milliard d'euros). Le 16 octobe 2013, il avait été à nouveau inculpé et maintenu en détention pour six autres mois, dans un autre volet de l'affaire concernant l'origine douteuse de 98,6 milliards de FCFA (plus de 150 millions d'euros) déposés, selon l'accusation, dans une banque à Monaco. Et un nouveau compte à Singapour, de 45 milliards de FCFA (plus de 68 millions d'euros), lui a été attribué cette semaine à quelques heures de la fin de l'instruction.

Autant d’accusations que Karim Wade nie en bloc et que ses avocats qualifient d'"affabulation". Âgé de 46 ans, il a eu d'immenses pouvoirs pendant la présidence de son père (2000-2012), au point d'être surnommé "ministre du Ciel et de la terre" ou "ministre de l'Univers". Il menait grand train, se déplaçant le plus souvent en jet privé selon ses détracteurs.

"Chasse aux sorcières"

Créée en 1981 par l'ex-président Abdou Diouf (1981-2000, bien 1981) la CREI était en sommeil depuis des années, avant d’être réactivée par le président Macky Sall qui avait battu Abdoulaye Wade à la présidentielle de mars 2012. Plusieurs anciens responsables, dont des ministres et directeurs de sociétés, ont été interrogés, interdits de voyage hors du Sénégal ou emprisonnés dans le cadre de la traque dite des biens mal acquis déclenchée par le régime de Macky Sall.

Le Parti démocratique sénégalais (PDS), formation d'Abdoulaye Wade et de son fils, a de son côté dénoncé une "chasse aux sorcières" visant ces responsables. Plusieurs manifestations ont été organisées par des militants et sympathisants du PDS pour demander la libération de Karim Wade.

"Il est démontré que tout ce qu'on (lui) reproche ne repose sur rien. L'État du Sénégal lui a attribué un patrimoine qui en réalité ne lui appartient pas. L'accusation est fallacieuse", a déclaré à la presse le porte-parole de l'ex-président Wade, Serigne Mbacké Ndiaye. Karim Wade est poursuivi car "c'est un candidat potentiel" dangereux pour Macky Sall à la prochaine élection présidentielle prévue en 2017, a-t-il également estimé.

Karim Wade a refusé la semaine dernière de répondre aux questions des juges de la commission d'instruction de la CREI. "Les poursuites contre moi sont politiques et fantaisistes", a-t-il affirmé dans une déclaration publique, ajoutant que le président Macky Sall, avait "probablement (...) été victime d'une grande manipulation et d'une campagne d'intoxication".

Sidiki Kaba a assuré, mardi 15 avril, que Karim Wade aurait droit à "un procès juste et équitable" s'il était traduit en justice. "Tous ceux qui sont impliqués dans la traque des biens supposés mal acquis bénéficient de la présomption d'innocence, y compris Karim Wade".

Avec AFP

Première publication : 17/04/2014

  • SÉNÉGAL

    Karim Wade doit justifier de l'origine de 150 millions d'euros supplémentaires

    En savoir plus

  • SÉNÉGAL

    Biens mal acquis : Karim Wade inculpé et incarcéré

    En savoir plus

  • SÉNÉGAL

    Karim Wade entendu dans un dossier d’enrichissement illicite

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)