Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Retour dans les pays qui ont marqué l’actualité, les villes traumatisées par la guerre, une catastrophe naturelle ou un désastre industriel. Le dimanche à 22h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

BILLET RETOUR

BILLET RETOUR

Dernière modification : 21/04/2014

Prijedor : les survivants contre l’oubli

© FRANCE 24

Vingt ans après la fin de la guerre qui a déchiré l’ex-Yougoslavie, la Bosnie-Herzégovine déterre encore ses morts. À l'automne dernier, dans la campagne de Prijedor, au nord-ouest du pays, le plus grand charnier du conflit a été mis à jour. Près de 400 corps en ont été exhumés, et les fouilles sont loin d’être terminées. Nos reporters sont retournés sur les lieux.

Prijedor. Le nom a souvent été oublié, contrairement à celui de Srebrenica, ville martyre où près de 8 000 Bosniaques ont été massacrés par des milices serbes en juillet 1995, sous le regard impuissant des Casques bleus de l'ONU.

Mais une image de Prijedor est restée dans les mémoires occidentales : celle d’un homme jeune, grand et décharné, torse nu, les côtes apparentes et les yeux hagards, qui tendait la main entre des fils de fer barbelés. Prise en août 1992 à Prijedor, cette photo a fait le tour du monde et alerté la communauté internationale sur le drame qui se déroulait à huis clos dans cette région isolée de l’ex-Yougoslavie.

En quelques mois, entre avril et août 1992, les milices serbes, lancées dans une vaste opération d’épuration ethnique, avaient enfermé plus de 30 000 personnes, majoritairement bosniaques, dans les camps de détention d’Omarska, Keraterm et Trnopolje. La plupart ont été expulsées vers des régions bosniaques, mais plusieurs milliers sont mortes dans les camps. Plus de 3 000 sont toujours portées disparues.

Avant la guerre, les Serbes étaient minoritaires à Prijedor. Ils représentent aujourd’hui près de 90% de la population.

La découverte du charnier de Prijedor, à l'automne 2013, a ravivé le traumatisme d’une guerre que les autorités locales s’appliquent à passer sous silence. D'ailleurs les traces physiques du conflit ont été soigneusement effacées. Le camp de détention d’Omarska est redevenu une mine (exploitée par Arcelor Mittal), celui de Trnopolje abrite aujourd’hui une école, et Keraterm a été transformé en station de lavage pour voitures...

Aucun mémorial public ne rend hommage aux victimes bosniaques de la guerre. Mais une statue en forme d’aigle de Serbie (photo), érigée devant l’ancien camp de Trnopolje, célèbre les "soldats serbes qui ont contribué à l’édification de la nation"….

Dans une région où le nationalisme serbe s’affiche sans complexe, où les enfants et les jeunes adultes sont maintenus dans l’ignorance du conflit, où les pouvoirs publics cultivent le déni, comment les communautés serbes et bosniaques parviennent-elles à cohabiter ? Nous les avons rencontrées.

Par Séverine Bardon

COMMENTAIRE(S)

Les archives

09/09/2016 Mali

Vidéo : Tombouctou, la "perle du désert" ternie par les fous de Dieu

Depuis sa libération par les forces françaises début 2013 des griffes des jihadistes, Tombouctou, la "Cité aux 333 saints", lutte toujours contre l’insécurité et le terrorisme....

En savoir plus

02/09/2016 Guatemala

Guatemala : les familles des disparus de la guerre civile luttent contre l'oubli

"Où sont-ils?" Telle est la question scandée tous les 21 juin au Guatemala, lors de la Journée nationale des disparitions forcées. Pendant la guerre civile (1960-1996), 45 000...

En savoir plus

15/07/2016 Chine

Cinquante ans après la Révolution culturelle en Chine

"La Grande révolution culturelle prolétarienne" avait débuté le 16 mai 1966 avec une déclaration officielle, ouvrant la voie à une décennie qui allait bouleverser de façon...

En savoir plus

23/06/2016 Ouganda

Dix ans après le départ de la LRA, les Ougandais toujours traumatisés

Pendant 20 ans, jusqu'en 2006, le nord de l’Ouganda a vécu au rythme d'exactions commises par l’Armée de résistance du Seigneur. Là-bas, plus de 100 000 personnes ont été...

En savoir plus

09/06/2016 Liban

Vidéo : à Sabra et Chatila, l'école pour sortir des camps

Notre reporter Antoine Laurent est retourné dans les camps de réfugiés palestiniens de Sabra et Chatila, près de Beyrouth. Entre le 16 et le 18 septembre 1982, l'un des pires...

En savoir plus