Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

asie

Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

Hoy Maï a perdu ses terres en 2009 (Ségolène Allemandou /FRANCE 24)

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 19/04/2014

Au Cambodge, des centaines de paysans ont perdu leurs terres. Délogés par des entreprises sucrières motivées par l'Union européenne, ils réclament aujourd'hui réparation. Partez à leur rencontre avec le reportage interactif de FRANCE 24.

Pour une qualité de visionnage optimale, veillez à utiliser de préférence les dernières versions des navigateurs Mozilla Firefox, Internet Explorer ou Google Chrome.

Cliquez ici pour afficher le webdoc sur votre tablette ou votre smartphone.

Heng Chhun, Hoy Maï et Sam Pala cultivaient du riz avant d'être expropriés de leurs champs et de leurs maisons. Leur vie a basculé quand les entreprises sucrières sont venues s'installer, entre 2008 et 2010, sur leurs champs pour y cultiver de la canne à sucre. Leur objectif : produire du sucre et l'exporter en Union européenne à des tarifs attractifs. 
 
FRANCE 24 vous propose de partir à la rencontre de ces paysans qui vivent dans deux provinces du pays, à Oddar Meancher (Nord) et à Kampong Speu (Ouest). Mais aussi de s'intéresser à la responsabilité du gouvernement cambodgien qui a cédé les concessions aux entreprises privées sans tenir compte de la population installée sur ces terres. Ainsi qu'au rôle de l'Union européenne qui a lancé, en 2001, un programme nommé Tout Sauf les Armes, destiné à stimuler l'économie des pays pauvres sans en mesurer les méfaits.
 

Première publication : 18/04/2014

COMMENTAIRE(S)