Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

À l'occasion de la fête du cinéma, Marjane Satrapi ouvre les portes de son univers

En savoir plus

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Stanley Johnson : "Pour moi, Boris a fait une campagne exceptionnelle !"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : les lendemains qui déchantent pour l'Europe ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Quelles conséquences à la dégradation de la note britannique ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

LafargeHolcim va enquêter sur son usine en Syrie

En savoir plus

asie

Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

Hoy Maï a perdu ses terres en 2009 (Ségolène Allemandou /FRANCE 24)

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 19/04/2014

Au Cambodge, des centaines de paysans ont perdu leurs terres. Délogés par des entreprises sucrières motivées par l'Union européenne, ils réclament aujourd'hui réparation. Partez à leur rencontre avec le reportage interactif de FRANCE 24.

Pour une qualité de visionnage optimale, veillez à utiliser de préférence les dernières versions des navigateurs Mozilla Firefox, Internet Explorer ou Google Chrome.

Cliquez ici pour afficher le webdoc sur votre tablette ou votre smartphone.

Heng Chhun, Hoy Maï et Sam Pala cultivaient du riz avant d'être expropriés de leurs champs et de leurs maisons. Leur vie a basculé quand les entreprises sucrières sont venues s'installer, entre 2008 et 2010, sur leurs champs pour y cultiver de la canne à sucre. Leur objectif : produire du sucre et l'exporter en Union européenne à des tarifs attractifs. 
 
FRANCE 24 vous propose de partir à la rencontre de ces paysans qui vivent dans deux provinces du pays, à Oddar Meancher (Nord) et à Kampong Speu (Ouest). Mais aussi de s'intéresser à la responsabilité du gouvernement cambodgien qui a cédé les concessions aux entreprises privées sans tenir compte de la population installée sur ces terres. Ainsi qu'au rôle de l'Union européenne qui a lancé, en 2001, un programme nommé Tout Sauf les Armes, destiné à stimuler l'économie des pays pauvres sans en mesurer les méfaits.
 

Première publication : 18/04/2014

COMMENTAIRE(S)