Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

EUROPE

Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/04/2014

Au lendemain de l'accord conclu à Genève pour apaiser la crise en Ukraine, les séparatistes pro-Russes de l'est du pays ont exprimé leur refus de se plier au plan et demandé le départ du gouvernement ukrainien.

L’accord conclu jeudi 17 avril à Genève n’est pas du goût des rebelles séparatistes de l'est de l'Ukraine. Barricadés dans leur QG du bâtiment de l'administration régionale de Donetsk, occupé depuis le 6 avril, les insurgés ont sèchement rejeté ce plan, ravivant le spectre de la partition du pays de 46 millions d'habitants.

Le président par intérim, Olexandre Tourtchinov, et son Premier ministre, Arseni Iatseniouk, ont, quant à eux tendu la main aux rebelles, promettant une importante décentralisation et un statut protecteur pour la langue russe, sans réagir à la fin de non-recevoir des pro-Russes. Une tentative qui s’est soldée par un échec.

"Les avis des Ukrainiens sur l'avenir de leur pays sont très divergents"

Les rebelles réclament le départ du gouvernement de Kiev

Les insurgés réclament avant tout le départ du gouvernement pro-européen de Kiev. "Tourtchinov et Iatseniouk doivent d'abord quitter les bâtiments qu'ils occupent illégalement après leur coup d'État", a lancé Denis Pouchiline, "ministre" du gouvernement de la "République de Donetsk" autoproclamée, qualifiant le soulèvement qui a renversé fin février le régime pro-russe de putsch.

Les séparatistes, qui prévoient, en outre, un référendum sur l'autonomie régionale le 12 mai, ne se sentent d'ailleurs pas liés par l'accord. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï "Lavrov, n'a pas signé en notre nom mais au nom de la Russie", a insisté M. Pouchiline.

À la surprise générale, les chefs de la diplomatie ukrainienne, russe, américaine et européenne avaient signé un texte prévoyant notamment le désarmement des groupes armés, la libération des bâtiments publics occupés, une amnistie pour les insurgés non "coupables de crimes de sang" et un dialogue national sur des réformes constitutionnelles pour "inclure toutes les régions ukrainiennes et toutes les entités politiques".

Kiev s’engage dans la voie d’une "décentralisation"

Malgré ce rejet, les autorités de Kiev ont tenu à s'engager solennellement sur leur partie de l'accord, M. Iatseniouk promettant dans une adresse à la Nation commune, avec le président, l'élection des exécutifs régionaux aujourd'hui nommés, des budgets locaux renforcés, un statut spécial pour le russe. Une "décentralisation" loin toutefois de la "fédéralisation" prônée par les pro-Russes et Moscou, et qui, selon Kiev, ouvrirait la voie à l'éclatement du pays.

Le président et le Premier ministre n'ont pas évoqué le refus des séparatistes, ni la réaction possible des autorités. Mais si l'application de l'accord "n'est pas effective dans les prochains jours, je pense qu'après Pâques, il y aura des actions plus concrètes", a de son côté déclaré le ministre des Affaires étrangères, Andriï Dechtchitsa.

"L'opération antiterroriste" lancée pour reprendre la main, et qui a jusqu'à présent tourné à la débandade, n'est en tout cas pas suspendue, mais n'est plus "dans une phase active", selon les services spéciaux ukrainiens (SBU).

Les partisans de l’unité ukrainienne déçus par l’accord

Sur le terrain, les mystérieux "hommes verts" en armes - militaires russes, selon Kiev, "groupe locaux d'autodéfense", selon Moscou - contrôlaient toujours la localité de Sloviansk, qu'ils ont prise il y a six jours. Et les séparatistes, simples manifestants ou groupes armés, tenaient toujours des bâtiments publics dans plus d'une demi-douzaine de villes de l'est russophone.

"Encore mieux qu'une fédération, ce serait de s'unir à la Russie", lance Artour, qui monte la garde devant l'amas de pneus et de sacs de sable barrant l'accès à l'hôtel de ville de Kramatorsk (20 km au sud de Sloviansk), que les pro-russes occupent.

L'accord de Genève a également déçu les partisans de l'unité ukrainienne. "Ces accords ne mentionnent pas l'intégrité territoriale de l'Ukraine, ni n'exigent de la Russie de cesser l'occupation de la Crimée, ni ne mentionnent les saboteurs russes dans le Donbass" (bassin minier de l'Est). Les Occidentaux ne se rendent-ils pas compte que (le président russe Vladimir) Poutine est une menace pour l'Europe et le monde?", s'emportait sur son blog Anatoli Gritsenko, ex-ministre de la Défense et candidat à la présidentielle anticipée du 25 mai.

"C'est l'échec des règles et des garanties de la sécurité mondiale. Nous voyons maintenant que les garanties de l'inviolabilité des frontières ukrainiennes ne valent rien", renchérissait la chanteuse Rouslana, lauréate de l'Eurovision et militante très active du Maïdan.

Avec AFP

Première publication : 18/04/2014

  • UKRAINE

    Accord à Genève : l’est de l’Ukraine encore loin de la "désescalade"

    En savoir plus

  • ANALYSE

    La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Kiev impuissant face aux pro-Russes dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)