Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Exclusif : Marzouki met en garde les Tunisiens contre la "tentation extrémiste"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Essebsi : "Ennahda a organisé la campagne de Marzouki"

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean-Christophe Moreau, co-auteur de "Islamophobie : la contre-enquête"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Charlotte Gainsbourg : "Je n'aurais pas pu être autre chose qu’actrice"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Liban : Beyrouth, entre souvenir et amnésie

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Hollande à Florange : un retour sous tension

En savoir plus

FOCUS

Violences conjugales : la France s'attaque à la source du fléau

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

Moyen-Orient

Les quatre journalistes français otages en Syrie ont été libérés

© Capture d'écran Hürriyet TV

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/04/2014

L'Élysée a annoncé, samedi, la libération des quatre journalistes français Édouard Elias, Didier François, Nicolas Hénin et Pierre Torres. Les ex-otages sont "en bonne santé", "en dépit des conditions très éprouvantes de leur captivité".

Les quatre journalistes français retenus en otages en Syrie depuis juin 2013 en Syrie sont "libres" et "en bonne santé", a annoncé, samedi 19 avril, l’Élysée. Dans un communiqué, le président François Hollande, a exprimé son "immense soulagement", précisant que les quatre hommes étaient "en bonne santé en dépit des conditions très éprouvantes de leur captivité".

Edouard Elias, Didier François, Nicolas Hénin et Pierre Torres devraient rejoindre la France dans les prochaines heures. Le chef de l’État a, en outre, remercié "tous ceux qui ont permis l’heureux dénouement de cette épreuve".

"Je suis très heureux d'être libre" (Didier François)

Pierre-Yves Henin, le père de Nicolas, a exprimé son "soulagement" et sa très grande "joie" lorsqu'il a appris l'annonce de la libération, dans un entretien téléphonique accordé à FRANCE 24. "Ce matin, dès 9 heures, nous avons reçu des appels téléphoniques, notamment du président de la République", a-t-il raconté. "La mère et l'épouse" de Nicolas "ont pu le joindre par téléphone et nous rassurer sur son état de santé".

Le père de l'otage s'est également voulu prudent sur les conditions de détention des otages. "Nous en savons peu et il faudra probablement observer beaucoup de discrétion à cet égard car il reste entre 15 et 20 personnes, journalistes et humanitaires en détention".

Les otages étaient ligotés, les yeux bandés

Les quatre hommes ont été retrouvés par une patrouille de l'armée turque à la frontière turque avec la Syrie ligotés et les yeux bandés, a rapporté samedi l'agence de presse turque Dogan. Selon la même source, ils ont été abandonnés par des hommes inconnus dans la nuit de vendredi à samedi dans le "no man's land" de la frontière séparant la Turquie et la Syrie, près de la petite ville turque d'Akçakale (sud-est).

Les soldats turcs ont d'abord cru avoir affaire à des contrebandiers mais après avoir remarqué que les hommes parlaient français, les ont conduits à un poste de police d'Akçakale.

Dans les images diffusées sur les chaînes de télévision turques, on voit les quatre journalistes, cheveux longs et barbus mais visiblement en bonne santé, en train d'entrer et de sortir du commissariat dans la nuit, sans faire de déclaration aux caméras.

Hollande profondément attaché à la "liberté de la presse"

La président de la République "partage la joie des familles de nos compatriotes qui ont enduré avec un grand sens des responsabilités, l’angoisse de cette épreuve". Il a par ailleurs "salué aussi tous les proches qui ont marqué leur solidarité autour de nos compatriotes".

Et d'affirmer "son attachement profond à la liberté de la presse, qui impose le respect indispensable de la sécurité et de l’intégrité des journalistes dans leur rôle d’information".

Le président de la République s’est enfin dit "préoccupé par le sort des deux autres ressortissants français toujours détenus au Sahel", réaffirmant "son soutien à leurs familles et rappelle sa détermination et la mobilisation sans relâche des services de l’État pour obtenir leur libération".

Surprise et joie

Dès l'annonce de leur libération, les réactions ont fusé. La ministre de la Communication Aurélie Filippetti a exprimé sa "joie" et son "soulagement". "C'est la fin d'une angoisse terrible pour leurs familles, pour leurs proches et pour leurs rédactions", s'est félicité le président de l'UMP, Jean-François Copé, en rendant hommage "à tous ceux qui ont contribué" à la libération des quatre hommes.

Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, a salué "la réussite de l'action" du président de la République, du ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, et des services français. "C'est une joie immense, on en pleure", a fait savoir le PDG d'Europe 1 Denis Olivennes.

Treize grands médias internationaux, dont le "New York Times", BBC News et les agences de presse Reuters, AP et AFP,estimaient en décembre que plus de 30 journalistes étaient retenus en Syrie.

Première publication : 19/04/2014

  • MÉDIAS

    En direct : soirée de soutien aux journalistes français otages en Syrie

    En savoir plus

  • MÉDIAS

    Les journalistes français Nicolas Hénin et Pierre Torres otages en Syrie

    En savoir plus

  • MÉDIAS

    Journée de mobilisation pour les deux journalistes français otages en Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)